1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. Dopage : la France va autoriser les contrôles en pleine nuit
1 min de lecture

Dopage : la France va autoriser les contrôles en pleine nuit

DÉCRYPTAGE - Jusqu'à présent, il était interdit de tester les athlètes entre 23h et 6h du matin dans l'Hexagone.

L'Agence française de lutte contre le dopage est située à Chatenay-Malabry
L'Agence française de lutte contre le dopage est située à Chatenay-Malabry
Crédit : AFP/J.Saget
Dopage : la France va autoriser les contrôles en pleine nuit
01:33
Gregory Fortune & Isabelle Langé

Jusqu'à présent, pour des raisons de protection des libertés individuelles, les contrôles anti-dopage nocturnes n'étaient pas admis par le droit français. Mais cela va changer. Une ordonnance est en cours, un a priori favorable a été rendu en début de semaine, le texte est actuellement en relecture et devrait être présenté mercredi 16 septembre par le ministre des Sports Patrick Kanner lors du Conseil des ministres.

Depuis dix ans, les sportifs de haut niveau doivent remplir le logiciel Adams, qui permet de les localiser toute l'année une heure dans la journée afin d'être contrôlé. Jusqu'à maintenant, la plage horaire s'étendait de 6h à 23h. En passant à 24 heures sur 24, l'objectif est d'être plus efficace pour attraper les tricheurs qui utiliseraient, notamment, des procédés comme les micro-doses, souvent difficiles à détecter. Pour le champion du monde de natation Camille Lacourt, il s'agit d'une bonne démarche, qui risque quand même d'être compliquée à mettre en place. 

Si ils viennent à 3h du matin pendant les vacances et que j'ai décidé d'aller faire la fête avec mes potes, ils ne m'auront pas

Camille Lacourt

"Je ne sais pas quelle option ils (les contrôleurs, ndlr) vont mettre en plus mais le nombre de coups dans le vent qu'ils vont faire... Moi, s'ils viennent me contrôler à 3h du matin, bien sûr que je serai chez moi. Mais s'ils viennent à 3h du matin pendant les vacances et que j'ai décidé d'aller faire la fête avec mes potes, ils ne m'auront pas. Je ne vois pas comment ils peuvent mettre un avertissement alors que je fais ma vie. Sinon, pour le principe, je ne suis pas contre. Tant qu'il y a de la lutte contre le dopage, ça me va. Mais dans les faits je me demande comment ça va être possible". En adoptant les contrôles 24 heures sur 24, la France ne fait finalement que suivre le code mondial anti-dopage, qui l'a mis en place depuis le 1er janvier dernier.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/