8 min de lecture Divertissement

"Autant en emporte le vent": un classique qui fait débat

"Raciste", "révisionniste": les critiques pleuvent sur le récit publié il y a plus de 80 ans. Pour en parler, Stéphane Bern s'entretient avec l'écrivain et professeur de philosophie Raphaël Enthoven.

Micro générique Switch 245x300 À la Bonne Heure ! Stéphane Bern iTunes RSS
>
Raphaël Enthoven, Bernard de Bosson, Christian Ollivier et Marie-Claude Bomsel dans "À la Bonne Heure !" du 30 mardi juin 2020 Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
David Buron

Les énigmes d'"À la bonne heure !"

Retrouvez Stéphane Bern dans A La Bonne Heure ! du lundi au vendredi de 11h30 à 12h30 pour une nouvelle émission.

Pour vous divertir, toutes générations confondues, l'équipe vous propose un jeu qui vous emmène à la découverte des rois de France aux rois de la pop, des trésors de nos villages aux trésors de la chanson, du cinéma, de tout ce qui fait le patrimoine... et à la rencontre aussi de personnalités qui font l’actualité culturelle !

Quatre nouvelles énigmes au menu ce matin, et quatre chances de gagner des cadeaux ! Pour cela, dès que vous croyez avoir la bonne réponse à l’énigme, envoyez un SMS au 64900 (0,35cts/sms) avec le mot clé "JEU" suivi de votre réponse. Vous passerez peut-être à l’antenne afin de la vérifier avec Stéphane Bern et un invité qualifié.

Énigme n°1

"Laissez-moi vous parler d'une œuvre à la fois ancienne.. et très actuelle ! Ancienne car elle fut publiée il y a plus de 80 ans et très actuelle car elle pose de manière brûlante la question de la « contextualisation » des productions du passé. Que faire des livres, des films ou même des peintures, sortis à des époques où les « codes » et les « mœurs » n'étaient pas les mêmes qu'aujourd'hui ? Peut-on les diffuser sans explications ? Épineux problème auquel l’œuvre dont vous devez me donner le nom n'échappe pas. Dès que vous avez trouvé la réponse, envoyez un message au 64900 !
À l'origine, c'est un livre, monumental (= plus de 1000 pages!), publié en 1936. Son auteure, une jeune journaliste d'Atlanta, a mis 10 ans à le rédiger, mais sa patiente est vite récompensée : un an seulement après sa parution, le roman s'est écoulé à plus d'un million d'exemplaires et se voit décerner le prestigieux Prix Pullitzer ! Pas mal pour un premier livre ! Sans surprise, le phénomène attire les maisons de productions et, dès 1937, une adaptation ciné est mise en chantier. C'est à cette époque d'ailleurs qu'apparaissent les premières critiques… car, s'il dresse un joli de portrait de femme, le roman délivre également une image douteuse, du moins bien trop « angélique » d'une des pages les plus sombres de l'histoire de l'Amérique… Malgré ces réserves, les producteurs s'accrochent et le film sort sur les écrans en décembre 1939. Exactement comme pour le livre, le long métrage fait un triomphe : les spectateurs se ruent dans les salles et lors de la cérémonie des Oscars, le film repart avec.. huit statuettes ! 
Aujourd'hui, en 2020, difficile de relire le livre ou de revoir le film sans ressentir une certaine « gêne ». Si l'on est toujours subjugué par l'histoire d'amour contrariée que vivent les deux héros.. on ne peut qu'être choqué par le traitement réservé à certains personnages secondaires. Récemment, le long métrage a carrément été retiré de certaines plateformes de streaming, mais il devrait revenir augmenté d'un appareil critique.. et une nouvelle traduction du livre est disponible depuis peu dans les librairies. Si vous voulez vous forger votre propre opinion, vous savez donc ce qu'il vous reste à faire… à moins, bien sûr, que tout cela ne soit « le cadet de vos soucis » !"

À lire aussi
Titoff dans "Les Grosses Têtes" titoff
L'été des Grosses Têtes du 18 juillet 2020

Réponse : Autant en emporte le vent. 
Au téléphone : Raphaël Enthoven. 

"Autant en emporte le vent" de Victor Fleming avec Vivien Leigh et Clark Gable (1939).
"Autant en emporte le vent" de Victor Fleming avec Vivien Leigh et Clark Gable (1939).

Énigme n°2

"Lorsque Barak Obama fut élu à la Maison Blanche, Jay Z chanta History:

>
Jay-Z - History

Et cette chanson à la gloire du premier président noir américain, c’est un sample d’une chanson française qui figurait dans le deuxième album de cette auteure compositrice et interprète française dont je voudrais que vous me disiez le nom …
Je reviens deux secondes sur le titre de Jay Z. La créatrice de la chanson samplée s’est dite à la fois flattée qu’un de ses titres soit utilisé dans de telles circonstances – l’élection donc de Barak Obama – mais elle n’en a pas moins dit ce qu’elle pensait, à savoir qu’elle n’était pas une grande fan de la musique du mari de Beyoncé
Je vous parlais de son deuxième album dans lequel figure ce titre samplé par Jay Z. IL est sorti en 1972. Et le premier ? En 1972 aussi, huit mois plus tôt. Et sur ces deux albums on trouve, au moins 7 titres que tout le monde connaît, que tout le monde a essayé de fredonner, 7 tubes absolus – si le mot n’était pas galvaudé ou plutôt sept petits chefs d’œuvre … 
C’est qu’à l’époque de ses débuts, elle vivait avec un chanteur et producteur – avec lequel elle a aussi écrit des petits chefs d’œuvre – et que, comme elle l’a raconté, quand il arrivait le soir, il disait : tiens j’ai écrit une chanson aujourd’hui et, pour donner le change, elle répondait « moi aussi … » et elle se forçait à l’écrire.
Elle est une bonne pianiste classique. Toute jeune, elle s’est produite à Gaveau pour y jouer Rhapsody in blue de Gershwin. Elle aurait pu persévérer mais, de l’autre côté de la Manche, il s’est passé quelque chose qui s’appelait les Beatles/ Alors elle a fait un petit au revoir à Chopin, à Bach ou à Grieg et son piano a servi à écrire et à accompagner sa voie.
Un jour, elle a quitté le chanteur et producteur dont je vous parlais. Elle était tombée folle amoureuse du chanteur et compositeur américain Stephen Stills. C’était l’après 68, les années de liberté. Drogue, alcool, coups, l’histoire d’amour a tourné court. Elle le racontera plus tard, elle a même songé à mettre un contrat sur la tête de son mari. Aux Etats-Unis, on trouve de tout. Même des tueurs …
Elle est finalement revenue en France ou depuis son retour, le public tente de la cajoler, de la consoler, de la sauver parfois d’elle même, parce qu’il l’aime … Et le public a bien raison 
Qui est la chanteuse dont je viens de vous parler ?"

Réponse : Véronique Sanson. 
Au téléphone : Le producteur Bernard de Bosson, ancin directeur de Warner. 

Véronique Sanson au Printemps de Bourges, le 24 avril 2018
Véronique Sanson au Printemps de Bourges, le 24 avril 2018 Crédit : Guillaume Souvant / AFP

Énigme n°3

"Il est toujours compliqué, délicat même, d'évoquer la religion mais.. permettez-moi de vous parler d'une « croyance » un peu particulière. Depuis 20 ans, en divers points du globe, plusieurs dizaines de milliers de « fidèles » rendent un culte à une personnalité.. bien vivante ! Oui : ils ont « déifié », littéralement, un petit bonhomme de 60 ans qui passe encore souvent à la télévision en Amérique latine. Je sais ça paraît fou comme ça, mais il faut savoir que ce « petit bonhomme » comme j'ai osé l'appeler à l'instant à accompli de grandes choses par le passé. Dans les années 80, sa réussite a redonné espoir et fierté à des millions de « petites gens » qui se sentaient méprisés… 
Mais quel est cet homme, revenu des enfers et aujourd'hui vénéré comme un Dieu ? À vous de me le dire ! Dès que vous avez la réponse, envoyez un SMS au 64900 ! 
Rien ne prédestinait notre ami à devenir une star mondiale. Né pauvre parmi les plus pauvres, il aurait très bien pu vendre sa force de travail sur les chantiers comme le faisait son père et ses oncles. Seulement, dès ses premières années, il fait preuve d'une dextérité incroyable dans une discipline qui, fort heureusement, ne nécessite pas de gros moyens pour se distinguer. A 10 ans, c'est déjà une vedette et il donne sa première interview.. à 12 ans ! Les images, très touchantes, sont aujourd'hui visibles sur le net… 
Comme je vous le disais au début de l'énigme : la décennie 80 sera la sienne. D'abord dans son pays, puis en Espagne et enfin en Italie, son style de jeu, unique, fait chavirer les foules ! Certes : il a un tempérament ombrageux et ses frasques, déjà, défraient la chronique.. mais son talent est tel qu'on lui pardonne tout. 
En 1986 c'est l’apothéose : lors d'un des événements les plus suivis au monde, il accomplit deux gestes incroyables qui le font instantanément entrés dans l'histoire. L'une des deux actions est plus controversées que l'autre, mais le jeune prodige s'en sort en invoquant la « main », autrement dit « l'aide », du Tout-Puissant… que répondre à cela ?!
La suite de l'histoire, hélas, est moins glorieuse et il serait trop fastidieux d'en faire ici la chronique. Dans les années 90, l'argent, les mauvaises fréquentations et surtout la drogue précipitent la chute du « phénomène ». En 2004, alors qu'il est devenu obèse, son cœur manque de lâcher et ce sont tous ses fans, de Bueno Aires jusqu'à Naples, qui retiennent leur souffle. 
Heureusement aujourd'hui il semble aller mieux et il est même revenu dans son pays pour devenir meneur d'hommes à son tour. Espérons pour lui et ses adeptes que cette « renaissance » soit la bonne…"




La réponse : Diego Maradona. 
Au téléphone : Christian Ollivier, chef du service des sports d'RTL. 

"Diego Maradona", le documentaire d'Asif Kapadia
"Diego Maradona", le documentaire d'Asif Kapadia Crédit : M2R Films

Énigme n°4

"Elle est partie de Marseille à pied le 19 mai 1827 et elle arrivera à Paris un mois et demi plus tard, le 30 juin, il y a précisément 193 ans, ayant traversé 880 kilomètres devant une foule de plus en plus nombreuse qui vient la voir à chaque étape, Avignon, Lyon, Chalon sur Saône Auxerre etc….Elle est devenue une véritable star, Quelques jours plus tard le 9 juillet, elle repartira pour quelques kilomètres à Saint Cloud où séjourne Charles X pour être présentée à la Cour … Il y a là le roi, bien sûr mais aussi le duc d’Angoulême, la duchesse, la duchesse du Berry et ses deux enfants. On l’accueille en héroïne. Pas bégueule,  elle se laisse approcher et caresser par les enfants et même décorer d’un collier de fleurs qu’on dépose délicatement sur son long cou …
Mais qui est cette star, la première de son genre que vont découvrir les français ? C’est mon énigme.
Tout a commencé par une missive adressée au Consul de France au Caire, missive par laquelle on demande au fonctionnaire de rechercher des animaux exotiques pour le Muséum d’histoire naturelle de Paris. Le consul, M. Drovetti, convainc le vice roi d’Egypte, Mehemet Ali, de lui céder un animal tellement exotique, après tout c’est ce qu’on lui demande, que les français n’en ont jamais vu en vrai …
Et voici donc que s’approche Zarafa puisque c’est son nom. Pour la ramener en France, il faut traverser la Méditerranée. Qu’à cela ne tienne, on affrète un deux mats qui a des petits airs d’arche de Noé. C’est que, pour faire bonne mesure, outre  Zarafa, le consul a embarqué des chevaux , des mouflons, des antilopes et trois vaches sensées donner leur lait à la star pendant la traversée.
Eh bien, vous le croirez si vous le voulez, mais, à part le mal de mer d’une des vaches, le voyage se passe à merveille et Zarafa est donc accueillie à Marseille en grandes pompes et plus que ça puisqu’elle y passera l’hiver …
Le périple, je vous l’ai raconté, la traversée de la France et  la présentation à la cour aussi … Ensuite Zarafa ira donc, comme c’était prévu, rejoindre le Jardin des plantes et elle remporte un tel succès que plus de 600.000 français viendront la voir pendant les six premiers mois de son séjour . 
Elle y mourra en 1845. On l’empaillera et on peut encore la voir puisque, désormais, elle trône au musée de la Rochelle. 
Mais qui est Zarafa ? De quel animal s’agit-il ?"



Réponse : La girafe offerte au Roi Charles X en 1827, la première à avoir été introduite en France. 

Au téléphone : Marie-Claude Bomsel, vétérinaire, professeur au Museum d’histoire naturelle.

Le Passage de la girafe près d'Arnay-le-Duc, tableau de Jacques Raymond Brascassat (1827).
Le Passage de la girafe près d'Arnay-le-Duc, tableau de Jacques Raymond Brascassat (1827). Crédit : Musée des beaux-arts de Beaunes
L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Divertissement Stéphane Bern Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants