1 min de lecture Sexisme

L'infraction d'outrage sexiste sera-t-elle efficace ?

INVITÉ RTL - La création de l'infraction d'outrage sexiste pouvant être sanctionné par une amende fait débat, même au sein des associations féministes. Laure Salmona explique pourquoi.

3 minutes pour comprendre - 3 minutes pour comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
L'infraction d'outrage sexiste sera-t-elle efficace ? Crédit Image : Unsplash/Denys Argyriou | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi et Éléonore De Marnhac

La lutte contre le sexisme continue. Le projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles est présenté mercredi 21 mars en conseil des ministres. Il crée notamment une infraction d'outrage sexiste pouvant être sanctionnée d'une amende. Mais cette pénalisation fait débat, notamment chez les associations féministes. 

Laure Salmona, militante féministe, spécialiste des violences sexistes et sexuelles et par ailleurs secrétaire générale adjointe du collectif Féministes contre le cyber-harcèlement, doute de l'efficacité d'une telle mesure pour quatre raisons.

Premièrement, elle craint notamment une déqualification des agressions sexuelles. En effet, selon elle, les affaires de viol, qui sont des crimes, sont souvent correctionnalisés et les agressions sexuelles au travail sont déqualifiés en harcèlement sexuel. De fait, Laure Salmona craint que "ce qui relève de l'agression sexuelle, du harcèlement sexuel ou de l'injure à caractère sexiste se solde par une simple contravention".

Un "effet de communication" du du gouvernement ?

Deuxièmement, la féministe estime qu'il sera difficile pour les policiers de prendre un harceleurs en flagrant délit d'outrage sexiste. Troisièmement, selon elle, la verbalisation des outrages sexistes entraînera des délits de faciès, de la "discrimination raciste" et un "harcèlement policier d'une certaines part de la population". Enfin, elle estime qu'à cause du manque de formation des policiers sur les questions d'outrage sexiste, qui relèvent souvent de la "zone-grise", ils ne seront pas à même de remplir leur mission.

À lire aussi
Seulement 5% des start-ups françaises sont composées d'une équipe dirigeante exclusivement féminine. technologie
Comment le monde des start-ups exclut les femmes de l'entrepreneuriat

Elle reste par ailleurs sceptique sur la dimension dissuasive et éducative de cette mesure. Selon la féministe, la simple annonce de cette contravention ne peut pas tout régler. "Le viol est un crime très sévèrement puni et (...) cela n'empêche pas plus 80 000 viols par an en France." Elle regrette donc un "effet de communication" de la part du gouvernement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sexisme Harcèlement Égalité hommes-femmes
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants