1 min de lecture Christine and The Queens

VIDÉO - Christine and the Queens dévoile le beau clip de "Jonathan"

C'est l'un des titres inédits composés pour son album américain. Christine and the Queens a dévoilé le clip de "Jonathan", en duo avec l'auteur compositeur et interprète Perfume Genius.

>
Christine and the Queens - Jonathan (Clip Officiel) Crédit Image : Capture d'écran YouTube |
Charlie Vandekerkhove
Charlie Vandekerkhove
Journaliste RTL

C'est un clip simple et touchant. Quelques temps après la sortie de son album américain, la nantaise Christine and the Queens a publié le clip de Jonathan. Réalisée en duo avec l'Américain Perfume Geniuscette chanson est l'un des deux titres inédits qui figurent sur ce nouvel opus. Simplement intitulé Christine, cet album réservé au public américain reprend les morceaux de Chaleur humaine.

C'est Heloïse Letissier, alias Christine, qui a réalisé la vidéo, nimbée dans une lumière violette. On y découvre la chanteuse en compagnie de Perfume Genius. Tous deux sont habillés de la même manière, à l'exception des chaussures. Elle porte des derbies plates, lui de larges talons. Derrière eux, une femme habillée comme la Madame Butterfly de l'opéra de Puccini. Le tout est très épuré, poétique et triste. Comme l'a expliqué Christine elle-même au moment de la sortie de la chanson, cette précieuse pépite lui a été inspirée par la figure de Klaus Nomi, le chanteur allemand et icône de la new wave, mort du sida en 1983, à 39 ans. La chanson et la vidéo font référence à la honte : celle qui a entouré la maladie de Klaus Nomi et qui continue d'entourer le Sida, mais aussi celle qui pousse certains homosexuels à vivre cachés. "C'est fini, nous ne cacherons plus ce qui fait de nous des mutants", écrit la chanteuse.

J'ai grandi avec un poster de Klaus Nomi. Au milieu du visage crayeux, de grands yeux tristes. Sa silhouette était tranchante, absurde, mais elle tenait par leur seule force ; ils étaient la preuve, sans doute, qu'il y avait aussi ici un homme. Ils ont adoré la créature, mais laissé l'homme à son agonie, dans sa petite chambre d'hôpital ; depuis que je l'ai appris, je me méfie. On n'osait pas parler trop fort de cette nouvelle maladie, et certains rendez-vous continuent de se donner en silence, dans la honte. Klaus Nomi avait choisi d'être extraterrestre, Perfume Genius choisit de vous regarder droit dans les yeux, et de laisser la cigarette se consumer entre ses doigts aux ongles vernis. Il faudra être plus fort, devenir une extrapolation de vous-même ; c'est ainsi qu'on combat la honte, qui dessèche, éteint, rétrécit. J'ai écrit Jonathan parce que je n'étais aimée que dans un lieu précis, à une heure précise, en dehors de sa vie - le reste du temps, je ne devais pas exister. J'ai commencé à chanter pour m'assurer du contraire. La chanson est née avec deux voix, deux langues - je multipliais les adresses tout en sachant très bien que je n'aurais aucune réponse. Et puis elle est restée dans mon ordinateur, à attendre, elle aussi. Juin 2015. Perfume Genius vient d'accepter de la chanter. Alors, la ballade crépusculaire a été transformée ; avec lui, elle sonne presque comme une promesse de guérison. Ce que j'ai aimé enfant avec Klaus Nomi, c'était que le roi mort chante encore ; ce que donne Perfume Genius, c'est la solution dans la douleur de sa voix. C'est fini, nous ne cacherons plus ce qui fait de nous des mutants ; dans mon opéra, Mrs. Butterfly se relève.

Une photo publiée par Christine and the Queens (@christineandthequeens) le

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Christine and The Queens Vidéo Musique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants