1. Accueil
  2. Culture
  3. Musique
  4. U2 en toute intimité à l'AccorHotels Arena le 10 novembre
3 min de lecture

U2 en toute intimité à l'AccorHotels Arena le 10 novembre

NOUS Y ÉTIONS - U2 a donné son premier concert sur les quatre prévus à l'AccorHotels Arena, nouveau nom de Paris Bercy, le 10 novembre. Le groupe irlandais a entretenu la proximité avec son public.

Bono à Amsterdam en septembre 2015
Bono à Amsterdam en septembre 2015
Crédit : AFP PHOTO / ANP / PAUL BERGEN
Morgane Giuliani
Morgane Giuliani

Le 10 novembre 2015, U2 a inauguré le flambant neuf AccorHotels Arena, feu Bercy agrémenté de 3.000 places supplémentaires, à Paris. La salle affichait complet et ce sont 20.300 personnes qui ont accueilli la bande à Bono, pour une première date sur les quatre prévus cette semaine, dans le cadre de leur tournée iNNOCENCE + eXPERIENCE

Première tournée en salles depuis 2001

On pourrait penser qu'après presque 40 ans de carrière, Bono, The Edge, Larry Mullen Junior et Adam Clayton seraient blasés. Il n'en est rien. Pour cette nouvelle tournée, U2 veut être le plus proche possible de son public. Alors, le quatuor irlandais a décidé de d'abandonner les stades pour revenir uniquement aux salles, une première depuis 2001, et de conserver tous les gradins, pour une vision à 360 degrés, comme pour la tournée U2360. Il est même un peu étrange de pouvoir voir U2 d'aussi près. On en avait perdu l'habitude. 

On a toujours été à la maison en France, on a toujours été à la maison à Paris

Bono

Au début du concert, Bono s'adresse longuement en français aux spectateurs : "On a toujours été à la maison en France, on a toujours été à la maison à Paris, assure le chanteur, tout de cuir vêtu. On commence une semaine incroyable avec vous." Plus tard dans la soirée, il remercie la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui les a reçus le jour même : "Nous sommes Parisiens maintenant !", jubile Bono. 

Anecdotes en rafale

"Nous nous appelons U2 et nous venons d'Irlande, annonce le chanteur. La prochaine chanson était notre premier single ici", dit-il avant I Will Follow, troisième de la setlist. Au fur et à mesure de la soirée, Bono égrène les anecdotes.

Une partie de nous reste dans l'enfance, avec nos premières bagarres et nos premiers amours

Bono
À lire aussi

"Laissez-nous vous présenter une autre ville, Dublin, parce qu'il y a une partie de nous qui reste dans l'enfance, nos premières bagarres, nos premiers amours, explique-t-il en français. On ne va pas trop traîner dans le passé. Cette chanson est pour ma mère, pour toutes les mères. Quand elle m'a laissé avec ces trois hommes, j'étais un artiste." Le groupe entame ensuite le morceau Iris, présent sur son dernier album en date, Songs of Innocence. Il est émouvant de voir Bono chanter en partie à genoux, en-dessous d'un écran constellé d'étoiles. 

Bono est d'ailleurs prudent dans ses gestes. Après une grave chute de vélo il y a un an, qui l'a mené à l'hôpital, l'a mis en convalescence et l'a empêché de jouer de la guitare, le chanteur de 55 ans mesure ses gestes, préférant l'intensité à la fougue. Il monte ainsi doucement les marches le menant à une plateforme cachée au milieu d'un mur d'écrans pour Cedarwood Road, du nom de la rue où il a grandi. Magie de la technologie, il apparaît au milieu de dessins représentant son Irlande natale. 

L'animation montre ensuite un Bono adolescent, composant dans une chambre avec des posters de Kraftwerk et The Clash plaqués au mur. "J'écrivais une chanson pour tenter de séduire une fille, j'y travaille encore", plaisante Bono, avant de chanter Song For Someone, dernier single issu de Songs of Innocence

Un show ambitieux

Malgré l'intimité voulue avec le public de l'AccorHotels Arena, U2 n'a pas pu s'empêcher de voir les choses en grand. Non seulement tous les gradins sont occupés, mais le groupe a prévu une avancée scindant la fosse en deux et terminant sur une mini-scène. Un mur d'écrans pouvant monter et descendre surplombe l'avancé.

Les musiciens peuvent se placer à l'intérieur de cette enceinte d'écrans, en marchant sur une plateforme. Le groupe se retrouve alors au milieu de visuels, calibrés pour créer une chorégraphie. Il est assez amusant de voir The Edge petit, perché sur la plateforme, surplombé par une énorme image de Bono, qui fait semblant de l'avoir dans sa main. 

On retient aussi le moment où, comme le veut la tradition, Bono a fait monter une spectatrice sur scène, pendant Mysterious Ways. Vêtue de jaune canari, Brigitte danse sans peur face au chanteur. Ce dernier lui a réservé une belle surprise : s'improviser cameraman le temps de la chanson suivante, Elevation. Il lui donne un téléphone pour filmer le groupe, dont la prestation est diffusée en direct sur Internet. 


Par ailleurs, U2 ne manque pas d'évoquer de nombreux sujets qui lui tiennent à cœur : la guerre, le Sida, l'appel à la tolérance et au vivre-ensemble. "Le rock'n'roll est une distraction", peut-on lire sur les écrans géants. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/