1. Accueil
  2. Culture
  3. Musique
  4. Tanguy Pastureau : l'atroce saga des tubes de l'été
1 min de lecture

Tanguy Pastureau : l'atroce saga des tubes de l'été

REPLAY - Le tube de l'été 2015, d'après les experts, sera la chanson de Cyril Hanouna en duo avec les frères Bogdanov, la fameuse danse du menton. Une chanson affligeante de crétinisme, mais qui cadre bien avec ce qu'est le principe de tube de l'été.

Tanguy Pastureau
Tanguy Pastureau
Crédit : RTL
Tanguy Pastureau : l'atroce saga des tubes de l'été
03:32
Tanguy Pastureau : l'atroce saga des tubes de l'été
03:44

Il y a eu dans l'histoire de la musique de bien belles chansons, et notamment l’été, cette saison où en camping on danse à 3 grammes sur "El Bimbo" de Bimbo Jet avec une allemande non épilée.
 
C’est le principe des tubes de l’été, qui chaque année sont plus idiots que la précédente. Ainsi en 90, on a eu "Bo le Lavabo" de Lagaf', à côté la chanteuse Tal c’est du Robert Desnos. En 2004, le groupe Ozone, des roumains qui ont vendu leur disque au feu rouge. 2010, c'était René la Taupe, une taupe virtuelle en 3D qui avait des gaz, l’informatique, qui a permis ça, est donc un fléau, il faut pendre Bill Gates. 2013, le tube de l’été, c’était "Quand il pète il troue son slip", l’été est décidément la saison des flatulences, heureusement qu’on est en extérieur.
 
Et donc, cette année, on a Cyril Hanouna avec une chanson à propos du menton des Bogdanov, cette protubérance qui a la forme de la baignoire sabot qu’avait ma mamie, bref, vivement l’hiver.
 
Chaque été il y a une chanson atroce, qui fait convulser les fans de Berlioz. 2012, c’était le Gangnam Style, surnommée Danse du cheval, car on la dansait en imitant l’animal, heureusement ce n’était pas la danse du bonobo. 2010, il y a eu Jessy Matador avec "Allez ola olé", texte mémorisable même par une huître. 2005, le groupe Magic System chantait "Bouger bouger", le titre préféré des bègues. 99, Enrique Iglesias, l’un des 60 enfants de Julio Iglesias, qui a semé sa graine partout, ses amis l’appelaient Jardiland, chante "Bailamos", ça veut dire, on danse.
 

Bouger, danser, l’été c’est la saison de la discrimination des culs-de-jatte. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/