4 min de lecture Solidays

Solidays 2015 - Yaël Naïm, The Vaccines, Taïro : un deuxième jour dédié à la world music

NOUS Y ÉTIONS - Pour cette deuxième journée du festival Solidays, la programmation était largement centrée sur la world music avec entre autres Taïro, Xavier Rudd et Die Antwoord.

Le deuxième jour du festival des Solidays était dominé par la world music
Le deuxième jour du festival des Solidays était dominé par la world music Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Arièle Bonte
Arièle Bonte
Journaliste

Après avoir dansé jusqu'au lever du soleil, les festivaliers se sont réveillés en douceur ce samedi 27 juin. En début d'après-midi, les finalistes du tremplin Île-de-France et les musiciens du métro ont investi le César Circus devant une petite foule assise. C'est avec la prestation de Jeanette Berger que les spectateurs se sont enfin levés. Le jour 2 des Solidays pouvait alors commencer. 


La programmation du festival, très légère en ce début de journée, a permis aux festivaliers de profiter des stands et attractions dispersés dans tout l'hippodrome de Longchamp. Le village des associations, situé au cœur du terrain, a accueilli les curieux souhaitant s'engager ou obtenir des renseignements. Des ateliers de sensibilisation aux handicaps étaient également proposés, comme des parcours en fauteuil roulant ou des démonstrations de gestes de premiers secours.

La world music de Taïro et le rock des Vaccines

À 16h30, la scène Bagatelle a été prise d'assaut par le chanteur de reggae Taïro. Entre deux morceaux, ce reggae man de 37 ans a diffusé des messages de paix et d'amour aux spectateurs venus l'applaudir en grand nombre. 

L'année dernière, l'hippodrome de Longchamp était un vaste terrain de boue. Cette année, le lieu s'est transformé en désert jaune et poussiéreux. Les températures excessives des jours précédents et les piétinements des festivaliers ont eu raison de la pelouse verte de l'hippodrome.

À lire aussi
festival
Solidays : découvrez les premières têtes d’affiche du festival

Sur la scène Paris, on a aussi pu entendre le temps d'une parenthèse entre chose que de la musique. Des membres d'associations de lutte contre le VIH sur le continent africain sont venus témoigner devant une foule attentive. Un hommage suivi par la performance de l'orchestre national de Barbès et de sa world music influencée par le jazz, le funk, le reggae ou encore le rock. 

Le groupe parisien a terminé son concert par une reprise des Rolling Stones, une belle introduction à The Vaccines. Les 5 musiciens anglais, menés par le charismatique Justin Young, se sont produits sur la scène Bagatelle. Leurs compositions punk et rock sixities ont séduit les festivaliers. Le groupe britannique a lui aussi apprécié ce set et n'a pas été frustré de jouer si tôt dans la journée. "C'est un challenge, on doit s'adapter", à confié Justin Young à RTL.fr. 

Jain, la découverte et Yaël Naïm, la confirmation

De l'autre côté du festival, Jain, col claudine et petite robe noire de jeune fille sage, a rassemblé une jolie foule autour du César Circus. La protégée de Yodelice, seule sur la scène, a livré une prestation étonnante où beats hip hop, couplets rappés et mélodies plus pop se sont côtoyés dans des morceaux riches et prenants. 

Un peu plus loin, sous le Dôme de l'hippodrome, Yaël Naïm a terminé tout en douceur son magnifique set avec son tube New Soul, repris en chœur par les festivaliers. Pour la musicienne et David Donatien, son compagnon à la ville et collaborateur musical, le festival Solidays représente beaucoup. "On est très sensible au lieu, il y a une ambiance particulière ici", ont-ils expliqué. 

>
Yael Naim - New Soul

IAM a pris possession des lieux

20h, retour au reggae sur la grande scène du festival avec Xavier Rudd. Le musicien australien et multi-instrumentiste a installé une ambiance relaxante sur la pelouse désertique de l'hippodrome. Ensuite, place au duo langoureux Brigitte sous le Dôme des Solidays. Le groupe a interprété des morceaux de son dernier album ainsi que sa reprise sulfureuse de Ma Benz de NTM. 

Il est 21 heures, et les festivaliers sont de plus en plus nombreux. Difficile de faire tenir tous les spectateurs sous les chapiteaux du festival. Les files d'attente se multiplient aussi à toutes les entrées stratégiques du terrain. Il fallait s'armer de patience pour pouvoir se restaurer en ce début de soirée. 

Alors que le soleil se couche et que le vent se lève, le groupe IAM a fait son entrée sur la scène centrale des Solidays. Visiblement très attendus, les rappeurs marseillais ont tout de suite pris possession des lieux et du public. Au même moment et sur la scène Domino, Rone a émerveillé les spectateurs venus assister à son set. Ses beats électro étaient accompagnés d'effets visuels impressionnants. Le DJ français a alors offert aux festivaliers un véritable voyage auditif et visuel. 

La transition électro

Sous le petit chapiteau du César Circus, on a aussi pu observer un drôle de phénomène : le Silent Disco, ou comment écouter de la musique sans déranger ses voisins, grâce à un simple casque qui diffuse la musique en toute discrétion. 

La nuit est enfin tombée sur l'hippodrome, qui comptabilise à la fin de cette deuxième journée plus de 145.000 festivaliers. Les boules à facettes transforment le sol en piste de danse. Il est temps de laisser la place à la programmation électro du festival et de passer en mode nightclub. Le DJ australien Caribou ou le groupe français Electro Deluxe mais surtout, la formation sud- africaine Die Antwoord pour un set entre rap et électro survolté. La nuit est loin d'être terminée.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Solidays Festival Musique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants