3 min de lecture Cats On Trees

Solidays 2014 : un deuxième jour électro-boueux

NOUS Y ETIONS - La pluie incessante a légèrement gâché la journée de samedi à Solidays, malgré une programmation attirante laissant une grande place à l'électro.

Le DJ français Gesaffelstein s'est produit samedi soir à Solidays.
Le DJ français Gesaffelstein s'est produit samedi soir à Solidays. Crédit : AFP
Mathilde Cesbron
Mathilde Cesbron
Journaliste RTL

À 15 heures, l'hippodrome de Longchamp n'était déjà plus qu'un immense champ de boue samedi 28 juin. La faute à la pluie battante et aux va-et-vient tourbillonnants des milliers de festivalier. Un fâcheux aléa qui n'a pourtant pas eu l'air de trop tourmenter le public.

Chaussés de solides bottes en caoutchouc et drapés dans une cape de pluie fluo, beaucoup s'étaient équipés en conséquence. D'autres s'amusaient à remplir leurs verres avec l'eau qui coule à flot des chapiteaux. Sous des trombes d'eau, le festival solidaire a commencé doucement. Les musiciens du métro se sont produit en début d'après-midi devant une petite foule. 

Les Cats on Trees ont enchaîné devant un public motivé qui a repris en coeur les chansons pop du groupe toulousain. Leurs tubes légers et entraînants, la voix cristalline de la chanteuse ont fait oublier un temps la pluie. Avant que la pop rafraîchissante ne cède place à l'électro. La dominante de la journée. 

>

Taubira rend hommage à Mandela

D'emblée, les très charismatiques Lyre le temps se sont employés à réveiller le festival. La musique de ce groupe français mélange hip-hop, jazz, charleston et électro. Le tout appuyé par le flow de l'amusant rappeur Ry'M. 

À lire aussi
musique
Coronavirus : Eurocks, Solidays, Hellfest... Valse des annulations pour les festivals de musique

Le cocktail a fonctionné et la foule réunie auprès de la scène Bagatelle a apprécié l'énergie débordante du leader du groupe, toujours en train de pousser le public à sauter ou agiter les mains. 

>

Au même moment se produisait un groupe d'un genre tout à fait différent mais tout aussi accrocheur : les Klink Clock  Après avoir fait leurs armes auprès d'Indochine, le groupe de rock heavy volait de ses propres ailes à Solidays. 

À 18 heures, la programmation a connu un temps mort. Seule se jouait la comédie musical Madiba, dédiée à Neslon Mandela. La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a récité un long texte en mémoire de l'ancien président sud-africain. 

"Allez les Bleus"

Après cet intermède, le festival est reparti de plus bel. Toujours placé sous le signe de l'électro. En attendant le concert de Jabberwocky, le public a entamé une Marseillaise tout en criant "allez les bleus". Un moment surréaliste, alors que l'équipe de France ne jouera que lundi son huitième de finale. Mais la Coupe du monde de football est partout, même à Solidays. 

Pas perturbé pour si peu, le trio français a pu lancer sa pop électro-planante. Sur scène, Jabberwocky (du nom d'un poème de Lewis Carroll) mêle le son des platines à celui d'une guitare, d'un synthé et au chant. L'effet en live fut réussi. La foule séduite.

Place ensuite à Saint Michel. Le duo français au son électro rêveur et au chanteur doté d'une voix divine. Puis ce fut le tour de Stuck in the Sound, trois Français encapuchonnés, auteurs d'un rock énervé

Comme tous les autres artistes, Gesaffelstein s'est produit sous un torrent de pluie. À la nuit tombée, le spectacle du DJ français a pris une dimension quasi religieuse sur la scène peu éclairée, seulement balayée par des spots d'un blanc fantomatique. Les gens ont eu le courage de danser malgré le mauvais temps. 

>

Concert réussi pour Franz Ferdinand

Les Anglais de Franz Ferdinand ont eu plus de chance. La pluie s'est arrêtée avant le début de leur concert. Les rockeurs ont ainsi eu le luxe de se produire au sec. Motivés, ils ont joué entre 1h10-20 pour 18 chansons. Les Écossais ont interprété une bonne partie de leur dernier album Right thoughts Right words Right actions, sorti l'an dernier. 

>

Le chanteur Alex Kapranos a séduit la foule en parlant français et en rejouant ses anciens tubes (Take me out). Détail amusant : le guitariste Nick McCarthy ressemble de façon frappante à Manuel Valls... Le concert a sauvé la journée maussade.

Avant Franz Ferdinand, le directeur de Solidays Luc Barruet est venu sur scène pour son traditionnel discours. Sur le tout aussi traditionnel I Will Survive de Gloria Gaynor, les militants sont ensuite montés sur scène pour chanter et danser avec le public. Avant que Missil, le DJ sud-africain Mo Laudi et l'Allemand Boris Brejcha n'apportent les dernières notes électro-house de ce samedi. 

La rédaction vous recommande

 

Lire la suite
Cats On Trees Franz Ferdinand Musique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants