1. Accueil
  2. Culture
  3. Musique
  4. Rock en Seine 2015 : Kasabian, The Offspring et FFS mettent tout le monde d'accord
4 min de lecture

Rock en Seine 2015 : Kasabian, The Offspring et FFS mettent tout le monde d'accord

NOUS Y ÉTIONS - Les portes du Parc de Saint-Cloud se sont ouvertes vendredi 28 août pour le dernier festival de l'été. Au programme de cette première journée : du rock énervé, des prêcheurs musicaux et un public conquis.

Ghost sur la Grande Scène de Rock en Seine le 28 août 2015
Ghost sur la Grande Scène de Rock en Seine le 28 août 2015
Crédit : Olivier Hoffschir
Ghost sur la Grande Scène de Rock en Seine le 28 août 2015
Kate Tempest sur la Scène Pression Live de Rock en Seine
Pour cette première journée, le festival affichait complet
John Butler Trio sur la Grande Scène de Rock en Seine
Wolf Alice sur la Scène Pression Live de Rock en Seine
Benjamin Clementine sur la Scène de la Cascade à Rock en Seine
Rock en Seine
Rodrigo y Gabriela sur la Grande Scène de Rock en Seine
FFS sur la Scène de la Cascade à Rock en Seine le 28 août 2015
La Grande Scène la nuit tombée
The Offspring sur la Grande Scène de Rock en Seine
Le collectif Fauve sur la Scène de la Cascade à Rock en Seine
Kasabian sur la Grande Scène de Rock en Seine (1/2)
Kasabian sur la Grande Scène de Rock en Seine (2/2)
Ghost sur la Grande Scène de Rock en Seine le 28 août 2015 Crédits : Olivier Hoffschir
Kate Tempest sur la Scène Pression Live de Rock en Seine Crédits : Nicolas Joubard
Pour cette première journée, le festival affichait complet Crédits : Nicolas Joubard
John Butler Trio sur la Grande Scène de Rock en Seine Crédits : Olivier Hoffschir
Wolf Alice sur la Scène Pression Live de Rock en Seine Crédits : Nicolas Joubard
Benjamin Clementine sur la Scène de la Cascade à Rock en Seine Crédits : Olivier Hoffschir
Rock en Seine Crédits : Cecchetti
Rodrigo y Gabriela sur la Grande Scène de Rock en Seine Crédits : Olivier Hoffschir
FFS sur la Scène de la Cascade à Rock en Seine le 28 août 2015 Crédits : Olivier Hoffschir
La Grande Scène la nuit tombée Crédits : Nicolas Joubard
The Offspring sur la Grande Scène de Rock en Seine Crédits : Olivier Hoffschir
Le collectif Fauve sur la Scène de la Cascade à Rock en Seine Crédits : Olivier Hoffschir
Kasabian sur la Grande Scène de Rock en Seine (1/2) Crédits : Olivier Hoffschir
Kasabian sur la Grande Scène de Rock en Seine (2/2) Crédits : Olivier Hoffschir
1/1
Arièle Bonte
Arièle Bonte

Bon démarrage pour cette 13e édition du festival Rock en Seine. La première journée affichait en effet complet, et la programmation n'a pas laissé une seconde de répit aux festivaliers. Entre les incontournables The Offspring ou Rodrigo y Gabriela et les découvertes britanniques, allant du rap de Kate Tempest au grunge de Wolf Alice, en passant par l'inclassable Benjamin Clementine, difficile de se remettre de ce périple musical. Il ne fait pourtant que commencer. 

Les messes de Ghost et de Kate Tempest

Alors que les premiers festivaliers foulent les chemins boueux du Parc de Saint-Cloud, la Grande Scène du festival s'est transformée en église couleur sang et inquiétante. Cinq membres du groupe suédois Ghost viennent de faire leur entrée et imposent d'emblée leur mise en scène théâtrale, à la limite de l'étrange. Masqués, les cinq musiciens prennent place pour faire résonner leurs instruments. Arrive alors Papa Emeritus 3, prêtre sombre et chanteur de ce groupe de fantômes venus du froid. En quelques titres, Ghost rallie alors une bonne partie des festivaliers à sa cause. Papa Emeritus 3 contrôle son public : des bras se lèvent, des corps ondulent en rythme et avec mysticisme.  

Autre prêcheur musical du festival : une femme cette fois, venue du Sud-Est de Londres pour déverser ses vers et ses rimes comme si sa vie en dépendaitKate Tempest est entourée d'un batteur (électronique) et d'une pianiste (au synthé). La rappeuse et poète de 29 ans s'en tient quant à elle au micro. Lorsqu'elle interprète les morceaux de Everybody Down, son premier album, Kate Tempest tire sur son tee-shirt comme s'il était trop grand, rentre sa tête dans ses épaules ou cache son visage derrière sa masse de cheveux blonds et bouclés. Mais cette prodige des mots captive l'assistance, restée parfois complètement muette devant son débit de parole impressionnant. Un concert de Kate Tempest, c'est une performance, du théâtre, un discours sur l'amour et une critique du monde. Et entre quelques sourcils froncés ou vers énervés, Kate Tempest affiche souvent un large sourire, communicatif.

Wolf Alice et Benjamin Clementine : le dilemme

Après la claque Kate Tempest, direction la Grande Scène où une valeur sûre des festivals se produit. John Butler Trio installe alors le public de Rock en Seine dans une ambiance douce et agréable. Leur folk énergique et ensoleillée accompagne à la perfection cette journée de fin d'été. 

À lire aussi

Après le trio australien, difficile de faire son choix entre la prestation de Wolf Alice, groupe londonien mené par la jeune Ellie Rowsell, et le prodigieux pianiste britannique Benjamin Clementine. La Scène Pression Live et celle de la Cascade sont d'ailleurs toutes les deux prises d'assaut par le public du festival. Wolf Alice semblait alors très attendue, puisque dans le public, on chante les paroles de My Love Is Cool, premier album du groupe. Sur scène, il faut attendre quelques morceaux pour qu'Ellie Rowsell laisse entendre sa voix cristalline à l'énergie punk.

De son côté, Benjamin Clementine a installé une ambiance électrique pour un public fasciné. Entouré d'une violoncelliste, d'un synthé/bassiste et d'un batteur, le jeune anglais se tient derrière son piano. Son corps immense lui donne une stature impressionnante. Il interprète avec émotion Condolence ou London, titres issus de At Least For Now, son premier album. "J'habite dans le 18ème", raconte-t-il dans un français approximatif avant d'offrir à Rock en Seine une version arrangée du très beau London. Le set de Benjamin Clementine se termine sur des applaudissements chaleureux. Alors que l'artiste est parti, des spectateurs espèrent quand même un rappel... Qui ne viendra pas.  

Rodrigo y Gabriela, FFS, The Offspring : les groupes à l'honneur

Pour la première fois de son histoire, le festival Rock en Seine a invité Rodrigo y Gabriela. Une foule compacte est rassemblée devant la Grande Scène pour danser au son des guitares acoustiques de ce duo venu du Mexique. Et lorsque Rodriguo invite plusieurs personnes à monter sur la scène, le concert se transforme en grande fête entre amis, un brin démesurée, mais terriblement joyeuse

La joie, c'est aussi le terme le plus adéquat pour évoquer le set de FFS, le groupe formé par les Écossais Franz Ferdinand, et les vétérans australiens Sparks. Avec un concert commencé quelques minutes en avance, les festivaliers se ruent jusqu'à la Scène de La Cascade pour assister à ce show manifestement très attendu. Plus tard, alors que retentissent les dernières notes de Take Me Out, l'un des tubes de Franz Ferdinand, la Grande Scène du parc accueille un autre groupe de vétérans : The Offspring. Les Californiens n'ont rien perdu de leur punk-rock. La foule, venue en masse, est déchaînée et complètement à la merci des guitares électriques du groupe. 

Fauve et Kasabian terminent cette journée en beauté

Les inconditionnels de Rock en Seine n'auront pas découvert Fauve cette année. Mais le collectif torturé et habitué du festival a délivré un concert coup-de-poing en interprétant ses (déjà) classiques Nuits Fauves, Haut-les-cœurs ou Kané, et des titres plus récents comme Voyou, Infirmière et l'inévitable Blizzard. Le concert s'est terminé sur une confession de Fauve. Le collectif parisien va en effet prendre une pause bien méritée après 3 ans passés sur les routes. 

Cette première journée s'est terminée avec le concert de Kasabian sur la Grande Scène du Parc de Saint-Cloud. La formation britannique a délivré son rock de stade, devant un public nombreux et en folie. Difficile de quitter la pelouse du festival après tant d'émotions. Mais pas d'inquiétude, ça recommence samedi, puis dimanche.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/