1. Accueil
  2. Culture
  3. Musique
  4. Musique classique : écouter Mozart est-il vraiment bon pour la santé ?
2 min de lecture

Musique classique : écouter Mozart est-il vraiment bon pour la santé ?

La musique adoucit-elle vraiment les mœurs ? Une étude affirme qu'écouter la sonate K448 de Mozart serait bénéfique pour les patients souffrants d'épilepsie. Le magazine scientifique "Epsiloon" a mené l'enquête.

Une femme jouant du piano (illustration)
Une femme jouant du piano (illustration)
Crédit : JUAN BARRETO / AFP
Musique classique : Mozart est-il bon pour la santé ?
03:39
Musique classique : Mozart est-il bon pour la santé ?
03:39
Isabelle Choquet

La sonate K448 , également appelée sonate en ré majeur pour deux pianos du maître Amadeus Mozart aurait d’innombrables vertus pour la santé. Fantasme ou réalité ? 

Le magazine Epsiloon a voulu en savoir plus. Une étude récente l’affirme : l’écoute des 8 premières minutes de ce morceau aurait réduit de 32% les décharges électriques anormales chez 18 patients épileptiques résistant à tout traitement. À l’examen, c’est très clair : la diminution des décharges intervient surtout dans le lobe temporal latéral, celui qui perçoit les signaux acoustiques. Alors la musique adoucit-elle vraiment les mœurs ? Dans les faits non, ce n'est pas si simple. Parce que la même étude a aussi testé la symphonie n°94 en sol majeur de Joseph Haydn.

Avec cette musique, on obtient exactement l’effet inverse, les symptômes de l’épilepsie sont amplifiés. "Notre hypothèse, c’est que la musique de Mozart possède des propriétés particulières qui agissent sur les ondes électriques cérébrales", dit le neurologue Ivan Rektor. De fait, les courbes présentent des motifs plus récurrents, avec des attaques plus douces. Ce serait ça, l’effet Mozart. Et cela fait 30 ans que les scientifiques bataillent sur la question. 

Augmentation du QI

Tout a commencé en 1991. Dans son livre Pourquoi Mozart ?, le médecin français Alfred Tomatis assure que cette musique “équilibrante de par sa structure”, a permis à des chanteurs célèbres de retrouver leur voix. Le début de la pensée magique.

À lire aussi

Deux ans plus tard, une étude d’une psychologue américaine fait l’événement : écouter 10 minutes de la sonate K448 permet à 13 étudiants d’augmenter de 8 à 9 points leur score à un test de QI. Pourtant, personne n’a jamais réussi à reproduire exactement cet effet. 

Les chercheurs insistent : en 2005, ils constatent que des souris sortent plus vite d’un labyrinthe après avoir été bercées plusieurs heures par la sonate K448. Mais depuis, on a observé le même effet avec une simple musique de confort. 

Gain de poids pour les prématurés

En 2008, une étude montre que 30 minutes de Mozart sur deux jours ont aidé des enfants prématurés à gagner du poids… sauf qu’une berceuse chantée par maman produit le même effet. Depuis, certains se demandent s’il n’y aurait pas un effet Mozart sur la maladie de Parkinson.

Alors, comment s’y retrouver ? "Je n’ai jamais vu de preuves sérieuses d’une spécificité de la musique de Mozart", explique un neurologue. "Mais ce que toutes nos études confirment, c’est qu’une musique est efficace sur un patient quand elle lui plaît", dit-il. Le reste ne serait qu’un vaste emballement médiatico-scientifique. 

"Le fantasme d’une mélodie qui guérit ou qui sublime est enraciné dans nos imaginaires depuis l’Antiquité", ajoute un musicologue. Le mythe moderne de Mozart, alimenté par le film Amadeus de Milos Forman, a fait le reste. En fait, on a envie d’y croire, et tant que le doute subsiste, il est permis d’y croire. Voilà comment naissent les neuromythes.  

L’éternel retour de l’effet Mozart. À lire dans le magazine Epsiloon d'octobre.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/