3 min de lecture Musique

Liverpool célèbre toujours les Beatles

REPLAY - Pour les 50 ans de l'album Sergent Pepper, Le Figaro Magazine rend hommage à la ville.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
Liverpool célèbre les Beatles Crédit Image : Facebook officiel The Beatles | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

Des cartes, tout d'abord, dans la revue de presse de ce samedi 17 juin. On ne parle pas de René Descartes, mais des cartes avec lesquelles on peut réviser la philo, l'histoire-géo, les maths. Cela s'appelle les mind map, et c'est Le Point qui s'y intéresse cette semaine. Car les mind map font fureur cette année pour les examens. "Rien de moins, nous dit l'hebdo, qu'une révolution de l'intelligence, la promesse d'une nouvelle ère pédagogique, la garantie d'utiliser mieux sa mémoire". Le mind map est un dessin fléché où les mots sont rangés par arborescence, la cartographie mentale s'appuie sur un principe qui veut que notre cerveau ne soit pas capable de  retenir plus de sept informations nouvelles par heures.

C'est là qu'intervientla cartographie mentale, dans laquelle il est interdit d'écrire une phrase. Exemple : un enfant apprend la guerre de 100 ans, il met ce sujet au centre d'une feuille et de là, part une première flèche "les raisons", une deuxième "les personnages-clefs", une troisième "les pays", une quatrième "les lieux du conflit", une cinquième "les dates", etc... Vous utilisez aussi des dessins et des couleurs qui permettent au cerveau de mieux mémoriser et le tour est joué. La technique fait parti depuis 2010 des outils pédagogiques de l'éducation nationale mais peu de profs s'en servent, en revanche les écoles scandinaves, elles font du mind map, une matière obligatoire.

De son côté, Marianne dit stop au fameux modèle scandinave. Économie, mode de vie, santé, le paradis nous assène-t-on se trouve entre la Suède, la Finlande, le Danemark et la Norvège, toujours en tête du classement mondial des pays heureux. Alors, avec un peu de mauvaise foi, le magazine démonte l'idéal nordique. Avec des chiffres que l'on ne donne jamais : saviez-vous qu'au Danemark le taux de divorce est de 3.4 pour 1000 personnes contre 1.9 chez nous ? Le taux de suicide en Finlande est de 16 pour 100.000, c'est 14 en France.

Saviez-vous que les Norvégiens tuent plus de baleines que les Japonais ? D'ailleurs, allez-y maintenant, la grande chasse annuelle a lieu en juin, le gouvernement norvégien a fixé le quota a 999 cétacés péchés, c'est trois fois plus que les quotas du Japon. Et puis la déco scandinave : indigestion de peau de chèvre nonchalamment jeté sur un tabouret en pin clair, les décorateurs d'intérieur commencent à dire que c'est déjà passé de mode. Sus au modèle scandinave, à lire dans Marianne.

Pèlerinage au Mans et à Liverpool

À lire aussi
musique
"Starmania" : Cyndi Lauper chante la version anglaise des "Uns contre les autres"

Avecles 24 Heures, du Mans bien sûr, numéro spécial de VSD qui fait le portrait de la seule femme en lice, Christina Nielsen. Elle est danoise, modèle scandinave quand tu nous tiens. À lire aussi dans VSD, les perles du paddock, florilèges de méchancetés et de drôleries en dehors du circuit. "Pour arriver premier, il faut premièrement arriver", disait Enzo Ferrari.

La petite phrase aussi de Mario Andretti : "si tout semble sous contrôle, c'est juste que vous n'allez pas assez vite". On aime bien aussi Fangio, qui, à la question : à quelle vitesse faut-il rouler pour gagner une course ? répondait  le plus lentement possible, "il suffit juste d'arriver avant le deuxième".  "Parce que, disait Gilles Villeneuve, être deuxième, c'est être le premier des derniers".

Direction Liverpool. Au milieu de la foison d'articles qu'on trouve ce mois-ci sur les 50 ans de l'album Sergent Pepper, il y a ce beau reportage du Figaro Magazine, à Liverpool, la ville natale des Beatles. Un voyage comme un pèlerinage, avec passage obligatoire à Saint Peter's Church, le Graal de tous les fans des Beatles. C'est là, le 6 juillet 1967 que Paul McCartney a rencontré John Lennon, alors qu'il chantait avec son groupe à la fête de la paroisse. Ils deviennent inséparables, Paul intègre le groupe de rock de John, et ils répètent ensemble dans la maison ou vit John avec sa tante, à quelques mètres de Strawberry Field, l'orphelinat de l'armée du salut. Pour s'y rendre, Paul doit descendre au terminus Penny Lane. Un détour ensuite par la Caverne, le pub où le groupe a joué son premier concert le 9 février 61.

Aujourd'hui, c'est toujours une petite salle de concert où l'on ne joue que le répertoire des Beatles, entrée gratuite. Liverpool est une ville rayonnante où l'ombre des Beatles est partout. On les voit d'ailleurs sur les docks, récemment rénovés, où ont été érigées les statues de quatre garçons dans le vent. À ce jour, on estime que le groupe a rapporté à la ville pas moins de 82 millions de livres. Ils sont plus présents ici que Bernadette Soubirous à Lourdes écrit Le Figaro

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Musique The Beatles Liverpool
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants