2 min de lecture Musique

Les langues, Sanson, Devos, Barabara... Les confidences d'Yves Duteil

INVITE RTL - Le créateur de "Prendre un enfant par la main" publie son autobiographie "Chemins de liberté".

culture Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
Yves Duteil est l'invité en direct de Steven Bellery et d'Yves Calvi. Le créateur de "Prendre un enfant par la main" publie demain son autobiographie "Chemins de liberté". Crédit Image : Éric Vernazobres | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Steven Bellery
Steven Bellery
et Aymeric Parthonnaud

Yves Duteil publiera le 6 mai 2021 son autobiographie Chemins de liberté, aux éditions de l'Archipel... Un coffret de 4 CD compilant ses plus grands succès paraitra, lui, le 19 mai... Dans ce coffret on retrouvera bien entendu sa chanson Virages qu'il a réinventé dans une nouvelle version. "Elle est toujours ma chanson fétiche", écrit-il aujourd'hui, près de 50 ans après son enregistrement...

Yves Duteil, raconte au début de son livre le parcours vers la musique de ce gamin "trop sensible". "Je ne confiais mes états d'âme qu'au piano", écrit-il. "A 15 ans, ma première guitare m'a mis au monde quand elle s'est blottie entre mes bras. (...) J'ai suivi un instinct mystérieux", lit-on. "Je crois qu'on a tous une petite boussole au fond de notre poche et elle nous donne le la de notre vie", explique Yves Duteil.

Le chanteur cite ceux qui l'ont inspiré : Jacques Brel, Claude Nougaro et une chanson qui l'a bousculé : La poupée que fait non de Michel Polnareff.  On apprend dans ce livre qu'au début Yves Duteil n'écrivait qu'en anglais. C'est à cause de cette chanson de Michel Polnareff qu'il s'est autorisé à écrire en français. "Polnareff a fait danser les mots du français. Moi j'écoutais les Beattles, j'étais très inspiré par les Blood, Sweat and Tears, Chicago Transit... J'étais très anglo-saxon. Et je me suis surpris à vouloir traduire mes chansons anglaises en français. Et je me suis aperçu que ça marchait". 

Yves Duteil portraitise aussi sa mère, Brunette, qui jouait au piano, à l'oreille comme lui. Et surtout, une fan de mots croisés et de l'émission Des chiffres et des lettres. "La mémoire est affective et je crois qu'elle m'a offert le tapis rouge de la langue française et de l'anglais d'ailleurs. Elle m'a montré que le français était une langue compliquée, avec des exceptions...", raconte-t-il. "Le français a des supers-pouvoirs. Ses nuances sont infinies".

À lire aussi
musique
40 ans de la mort de Bob Marley : quand Nina Simone chantait "No Woman, No Cry"

Sa rencontre avec Véronique Sanson, Jacques Chirac, Barbara, son amitié avec Raymond Devos qui l'a comme adoubé, sa vie de maire de Précy-sur-Marne, une commune à l'est de Paris entre 1989 à 2014. Toutes ces étapes sont contées dans Chemins de liberté.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Musique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants