8 min de lecture Divertissement

L'enlèvement du bébé Lindbergh : Retour sur l'affaire avec Jacques Pradel

Invité de "A La Bonne Heure" ce mardi matin, Jacques Pradel est revenu sur les circonstances du kidnapping de l'enfant du célèbre aviateur Charles Lindbergh, âgé de 20 mois à l'époque...

A la bonne heure - Stéphane Bern À la Bonne Heure ! Stéphane Bern iTunes RSS
>
D. Casali, N.Tavernier, J. Pradel et D. van Cauwelaert dans "À La Bonne Heure !" du 19 mai 2020 Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Germain Sastre
Germain Sastre
Rédacteur émission

Charles Lindbergh est l'un des aviateurs les plus connus du siècle dernier. Son exploit : Avoir réalisé en 1927 la première traversée de l’Atlantique en avion, en solitaire et sans escales. C’est au faîte de sa gloire que tout bascule. Le 1e mars 1932, Charles Augustus Lindbergh Jr., son fils aîné de 20 mois, est enlevé et ne sera jamais rendu à ses parents, malgré les 50.000 dollars de rançon payés. S’ouvre, deux ans plus tard, l’un des procès les plus controversés de l’Histoire judiciaire américaine, qui verra la condamnation d’un suspect trop facilement désigné...  Il s'agit là de l'un des crimes les plus médiatisés du XXᵉ siècle !

Les énigmes de "A La Bonne Heure !"

Retrouvez Stéphane Bern et l'équipe de A La Bonne Heure ! du lundi à vendredi de 11h30 à 12h30 pour une émission spéciale confinement. 

Pour vous divertir, toutes générations confondues, l'équipe de l'émission vous propose un jeu qui vous emmène des rois aux rois de la pop, des trésors de nos villages aux trésors de la chanson, du cinéma, de tout ce qui fait le patrimoine, et à la rencontre aussi de personnalités qui font l’actualité culturelle. 

Quatre nouvelles énigmes au menu ce matin, et quatre chances de gagner des cadeaux ! Pour cela, dès que vous croyez avoir la bonne réponse à l’énigme, envoyez un SMS au 64900 (0,35cts/sms) avec le mot clé "JEU" suivi de votre réponse. Vous passerez peut-être à l’antenne afin de la vérifier avec Stéphane Bern et un invité qualifié.

Énigme n°1

À lire aussi
Jean-Jacques Annaud a tourné "Le Dernier Loup" en Mongolie Divertissement
Jean-Jacques Annaud : Son "French kiss" avec un loup lors d'un tournage

Transportons-nous à présent à la date du 20 mai 1927, il y aura exactement 93 ans demain. Ce matin-là, dans la banlieue de New York, un jeune homme, dont il faut trouver le nom, s'apprête à jouer sa vie. Dans quelques heures il sera célèbre et aura changé la face du monde... ou bien il sera mort. Deux français ont d'ailleurs disparus, douze jours seulement auparavant, en tentant de réaliser le même exploit ! D'après les dernières estimations les malheureux étaient proches du but, mais jamais on ne retrouvera leurs corps. 

Pas de quoi faire reculer ce futur héros qui, aux premières heures du jour, s'avance fièrement devant les photographes. Avant de se jeter, à son tour, dans cette folle odyssée, il lance tout de même à l'assistance : "Le condamné à mort vous dit au revoir !" Quel sang froid !

Il faut dire que si l'aventure est risquée, la récompense est alléchante ! En 1927, cela fait huit ans qu'un hôtelier new-yorkais d'origine française, un certain Raymond Orteig, a promis 25.000 dollars en "cash" à celui qui relèverait le défi. 25.000 dollars ? C'est une fortune à l'époque ! Il n'en faut pas plus pour que ce jeune intrépide tente sa chance. Il a besoin d'argent ? Non, sa famille est loin d’être pauvre : Son père, d'origine suédoise, est avocat, membre du Congrès des États-Unis et sa mère professeur. 

Mais il veut prouver justement que lui aussi peut accomplir quelque chose de grand. Jusqu'ici sa passion pour les moteurs et ses études de mécanique n'ont pas convaincu grand monde… Associé à des investisseurs de Saint-Louis, dans le Missouri, et secondé par de brillants ingénieurs, il s'est donc lancé à l'assaut du "Prix Orteig" !

L'épopée entamée le 20 mai au matin sur un terrain de Long Island va bien se terminer.. très bien même ! Sans entrer dans les détails, sachez juste que 33 heures et 30 minutes après son départ, cet homme réussit son pari et entre dans l'histoire !

La suite sera malheureusement plus compliquée : en 1932 lui et se famille seront victimes d'un terrible crime et au début de la seconde guerre mondiale, il fera preuve d'un penchant coupable pour l'Allemagne nazie…

Il reste quand même ce formidable exploit accompli entre le 20 et le 21 mai 1927. Un exploit qui témoigne d'une époque où les rêveurs les plus téméraires faisaient la une de l'actualité !


Alors, quel le nom de cet illustre aventurier, surnommé "l'aigle solitaire" ? 

Réponse : Charles Lindbergh.

Au téléphone : Le journaliste et présentateur de L'heure du crime sur RTL, Jacques Pradel.

Énigme n°2

Il faut à présent trouver le titre d’un tableau ou l’événement historique qu’il raconte. C’est un tableau qui a été peint entre 1805 et 1807 qui est immense, 6 mètres sur 10 environ qu’on peut voir au Louvre mais aussi à Versailles où il en existe une copie à l’identique.

La première chose que l'on peut remarquer, c’est que ce tableau est une reconstitution. L’événement qu’il reproduit s’est déroulé un an avant que le peintre ne commence à le coucher sur la toile.

Et puisqu’il s’agit d’une reconstitution et même si c’est une reconstitution pour l’Histoire officielle, nous allons prendre quelques libertés avec la vérité. On comprend déjà qu’il y a de la communication, on dirait aujourd’hui du marketing politique, dans la fabrication de ce tableau.

Il y a par exemple des personnages qui n’ont pas assisté à l’événement, on pense notamment à la mère du personnage principal de cette cérémonie et que l’on retrouve pourtant dans le tableau. Et d’ailleurs le héros de ce tableau a été très touché que le peintre pense ainsi à rendre hommage à sa mère à laquelle le liait une relation passionnelle… Cette cérémonie est assez classique de l’Histoire de France. Mais il y a, et ce tableau le montre bien, deux différences essentielles entre ces cérémonies classiques et celle-ci.


La première de ces différences, c’est le lieu. Quant cette cérémonie concernait les rois de France, elle avait lieu, depuis Clovis, dans la cathédrale de Reims. Ici, on est à Notre-Dame de Paris, Paris qui est à la fois le symbole de la France éternelle, mais aussi celui de la Révolution.

Il s’agit ni plus ni moins de montrer que, même si cette cérémonie institue un pouvoir personnel et héréditaire, l’homme qui va occuper ce pouvoir n’est pas le restaurateur de la Monarchie mais, d’une certaine façon, le continuateur de la Révolution. Il est au fond le lien entre ces deux mondes qui se sont combattus, et apparaît ainsi comme l’unificateur, le pacificateur de la France.

La seconde différence a trait au rapport avec l’Eglise. Les rois tenaient leur pouvoir de Dieu. Ça n’est pas le cas ici. D’ailleurs, le Pape est là. Il est venu de Rome, certes un peu contraint et forcé, mais il est venu quand même. Si on le regarde, assis sur son trône, d’abord il est un plan plus bas que le héros de la cérémonie, il est même un peu caché, il est habillé assez simplement sans mitre ni tiare et quand on regarde son visage si on s’aperçoit qu’il assiste à la cérémonie, qu’il la cautionne de sa présence, mais qu’il n’en est pas le maître.

On voit bien qu’on est là dans un domaine qui est à la limite de l’Histoire et du mythe. De l’Histoire parce que, naturellement, cette cérémonie a vraiment eu lieu, et du mythe parce que ce tableau c’est une histoire qu’on nous raconte ; celle d’une France unie, pacifiée, renouant avec les fastes de la monarchie mais tout en revendiquant les apports de la Révolution, la France telle que la rêve le héros de cette cérémonie…

Quel est ce tableau que l’on doit au peintre Jacques Louis David ou quelle est la cérémonie auquel il se rapporte ?

Réponse : Le couronnement de Napoléon.

Au téléphone : L'historien et spécialiste de Napoléon, Dimitri Casali. Il est notamment l'auteur du livre Napoléon sur le divan, publié en novembre dernier chez Flammarion.

Énigme n°3

Parlons maintenant de quelqu’un qui a poursuivi un rêve insensé, qui a même consacré à ce rêve fou toute une partie de sa vie. Et seul contre tous, il a fini par imposer ce rêve et en faire une réalité.

Il est né dans une famille de petits cultivateurs de la Drôme. Il fait peu d’études et d’ailleurs maîtrise assez mal la langue française qu’il n’écrit que de manière phonétique. Mais il est tout sauf sot : Il passe mon certificat d’études primaires avant de devenir apprenti boulanger, puis boulanger, tandis que son frère héritait de la petite exploitation familiale.


A la mort de son frère aîné, il devient quelques temps ouvrier agricole mais la misère le guette et il finit par passer le concours des postes. Au moins, il mangera à sa faim… Le voici à Hauterive, effectuant, chaque jour, et cela jusqu’à sa retraite, une tournée d’une trentaine de kilomètres.


C’est au cours d’une de ces tournées, qu’ayant chuté sur une pierre, il la regarde de près et la met dans sa poche pour mieux l’observer. Le lendemain, au même endroit il en découvre d’autres, plus belles encore.

Il poursuit un rêve secret. Construire, peut être pour sa petite fille, née de son second mariage, une sorte de palais imaginaire ou de grotte ou elle pourrait aller jouer. Il n’en a rien dit à personne, mais pendant plus de 30 ans, dans sa brouette, il a amassé des tonnes et des tonnes de pierres et un jour, il a commencé à édifier cet édifice peut-être pour prouver que les gens modestes,  eux aussi, peuvent avoir du génie.

Aujourd’hui, il est célèbre dans le monde entier. Niels Tavernier lui a consacré un superbe film et c’est Jacques Gamblin qui a interprété son rôle. Mais qui est ce personnage insolite ?


La réponse : Le facteur Cheval.
 
Au téléphone : Nils Tavernier, le réalisateur du film L'Incroyable Histoire du facteur Cheval, sorti en salles en 2018, disponible en VOD et DVD.

Énigme n°4

Il faut à présent donner le nom d'une petite "bête". C'est un peu "vicieux" d'en parler la semaine où l'on fête l'anniversaire de la loi sur les 35h car elle.. elle ne s'arrête jamais de travailler. Il faut dire que son espérance de vie n'est pas longue, mais tant qu'elle est sur cette terre elle ne fait que bosser et change même plusieurs fois d'emplois au cours de son existence ! De quoi faire rêver les plus libéraux de nos dirigeants… 
 
Plus sérieusement : C'est sans doute cette ardeur et cette efficacité qui explique la fascination, voire la passion, que les hommes lui vouent depuis des millénaires ! En effet, grâce à des peintures découvertes en Espagne, nous savons que l'Homme est entré en contact avec elle dès la fin du Paléolithique. On ne peut pas encore parler de "domestication" mais à l'époque nos ancêtres profitent déjà de ses bienfaits. 

Quelques centaines d'années plus tard c'est dans l’Égypte antique, celle des Pharaons, qu’on l’ apprivoise et que l'on commence à transformer le fruit de son travail. Un intérêt qui ne fait que grandir au fil des siècles, à tel point que le minuscule volatile devient l'emblème de nombreux souverains ! Même Napoléon Ier, après son couronnement en 1804, en fait l'un des symboles de sa dynastie ! 

Il faut dire que malgré sa toute petite taille, elle est capable de prodiges : Distinguer les formes et les couleurs, se repérer dans l'espace grâce au soleil, formuler toutes sortes de calculs. Dans les années 40, un célèbre éthologue prouve même qu’elle utilise la danse comme moyen de communication. Autant de qualités que l'on a longtemps attribué uniquement aux hommes et aux grands singes…

Aujourd'hui encore, on ne cesse de s'émerveiller devant ses capacités, mais, hélas, on se fait également beaucoup de soucis pour son avenir. Le recours massif à la chimie dans les vignes et dans les champs lui est fatal. Si on ne fait rien, dans quelques années elle pourrait bien cesser d'exister ! Ce qui serait une catastrophe pour toutes les espèces vivantes, car elle est évidemment indispensable à la nature et donc à notre vie …

Mais de quel "bête" s'agit-il ? 

 
Réponse : L'abeille.
 
Au téléphone : L'écrivain Didier van Cauwelaert. Il est notamment l'auteur d'un livre illustré avec les photos de Jean Claude Teyssier et intitulé Les abeilles et la vie, paru en 2013 chez Michel Lafon.

Lire la suite
Divertissement Stéphane Bern Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants