1. Accueil
  2. Culture
  3. Musique
  4. Indochine au Stade de France : une communion inter-générationnelle
3 min de lecture

Indochine au Stade de France : une communion inter-générationnelle

NOUS Y ETIONS - Le groupe de rock français a donné vendredi le premier de ses deux concerts au stade de la Plaine Saint-Denis. Un show impressionnant et plein de surprises.

Nicola Sirkis, vendredi au Stade de France, sous une pluie de confettis.
Nicola Sirkis, vendredi au Stade de France, sous une pluie de confettis.
Crédit : Damien Rigondeaud
Mathilde Cesbron
Mathilde Cesbron

Les clones de Nicola Sirkis étaient partout vendredi 27 juin au Stade de France. Qu'ils aient 50, 30 ou 15 ans, nombreux sont les fans aux cheveux noirs de jais en bataille, look noir et creepers aux pieds.

C'est l'effet Indochine. L'un des rares groupes français à pouvoir rassembler 60.000 personnes de tout âge. Les fans de la première heure, des enfants, des adolescents arborent le t-shirt à l'effigie du groupe, une croix noire peinte sur leur joue

Pour les remercier de cette fidélité sans borne, Indochine a pensé ses deux concerts au Stade de France comme une "communion". Ils veulent être au plus proche du public et cela commence dès leur entrée dans l'arène. 

Haie d'honneur à l'entrée

A 21h, le soleil perce sous les nuages pluvieux. À croire que Sirkis est né sous une bonne étoile. Les cinq membres ont choisi d'arriver par la pelouse, s'offrant un bain de foule auprès des fans rangés en une haie d'honneur. 

À lire aussi

Le groupe grimpe ensuite sur la scène - en W avec une avancée jusqu'au milieu de la pelouse - parfaite pour une enceinte aussi grande que le Stade de France. Le show peut commencer. Il est impressionnant. 

Huit poupées gonflables géantes asiatiques surgissent de la fosse, avant même le début du show. Ce sont des "traffic girls", jeunes filles chargées de régler la circulation à Pyongyang. Nicola Sirkis a fait de ces femmes le thème d'une de ses chansons de son album Black City Parade

Au tour du décor de s'animer. Il reproduit une ville de nuit, éclairée par des lumières néon. L'une des tours de cette cité endormie s'enflamme, éclairant la scène noire. Les distractions sont nombreuses alors que la musique n'a même pas commencé. 

Poupées géantes et confettis

Nicola Sirkis se lance hésistant sur Electrastar (Paradize). Le leader peine à placer sa voix noyée sous une musique trop forte. Il en sera ainsi tout le concert. Ce couac ne semble pas déranger les fans sautillants et bras tendus dans l'arène. Le stade tremble. 

Le groupe a réservé une autre surprise à son public lors de la seconde chanson du show. Les poupées asiatiques explosent en un millier de confettis sur Traffic Girl. Les 60.000 personnes se retrouvent noyés sous une pluie multicolore.

Nicola Sirkis est aux petits soins pour ses fans. Il les remercie mille fois, prend des bains de foule, les embrasse, leur touche les mains. Une chanceuse est invitée à le rejoindre sur scène pour s'allonger et regarder le ciel.

En réponse, le public exécute les moindres desiderata du leader : lever les mains, les balancer de droite à gauche de plus en plus vite, sauter...

Malgré le dynamisme fou de Sirkis, le show prend un peu de temps à décoller. Le moment de communion arrive avec J'ai demandé à la lune. La nuit tombe. le public s'époumone. Le concert ira ensuite crescendo après ce tube.

Christine Boutin huée, Renaud dans le public

Dans le noir, la scène s'illumine enfin. Les jeux de lumière sont magnifiques. Le stade passe du bleu au doré puis devient rouge. Des spots d'un blanc fantomatique balaient la pelouse. 

Sirkis se place seul au milieu de la scène circulaire pour interpréter Hexagone a cappella. "À quinze ans, j'ai volé pour voir ce chanteur en concert", confie Sirkis. Surprise : Renaud est dans les gradins.

Après cet hommage, le chanteur se fait plus insolent. Un discours de Christine Boutin sur les homosexuels retentit dans le stade. Elle est bien sûr huée, tandis que les premières notes de College Boy retentissent. Sur les écrans géants repasse le clip tant polémique. "Je profite de ce que nous soyons filmés par France télévision pour adresser un petit doigt au CSA", plaisante Sirkis. 

La fin du concert est plus électro : Canary Bay, Paradize, Black City Parade s'enchaînent. Le rappel est long. Une sublime danseuse étoile de l'opéra de Paris Alice Renavand, vêtue de blanc, s'invite sur Wuppertal, chanson hommage à la chorégraphe Pina Bausch

Le groupe termine sur deux tubes : Trois nuits par semaine et L'Aventurier. Deux chansons des années 1980 emblématiques, toutes générations confondues, qui permettent aujourd'hui à Indochine de remplir deux Stade de France. 

Indochine au Stade de France, vendredi 27 juin 2014
Indochine au Stade de France, vendredi 27 juin 2014
Crédit : Damien Rigondeaud - RTL.fr
Indochine au Stade de France, vendredi 27 juin 2014
Indochine au Stade de France, vendredi 27 juin 2014
Indochine au Stade de France, vendredi 27 juin 2014
Indochine au Stade de France, vendredi 27 juin 2014
Indochine au Stade de France, vendredi 27 juin 2014
Indochine au Stade de France, vendredi 27 juin 2014
Indochine au Stade de France, vendredi 27 juin 2014
Indochine au Stade de France, vendredi 27 juin 2014
Indochine lance une tournée internationale.
Indochine au Stade de France, vendredi 27 juin 2014
Indochine au Stade de France, vendredi 27 juin 2014 Crédits : Damien Rigondeaud - RTL.fr
Indochine au Stade de France, vendredi 27 juin 2014 Crédits : Damien Rigondeaud - RTL.fr
Indochine au Stade de France, vendredi 27 juin 2014 Crédits : Damien Rigondeaud - RTL.fr
Indochine au Stade de France, vendredi 27 juin 2014 Crédits : Damien Rigondeaud - RTL.fr
Indochine au Stade de France, vendredi 27 juin 2014 Crédits : Damien Rigondeaud - RTL.fr
Indochine au Stade de France, vendredi 27 juin 2014 Crédits : Damien Rigondeaud - RTL.fr
Indochine au Stade de France, vendredi 27 juin 2014 Crédits : Damien Rigondeaud - RTL.fr
Indochine au Stade de France, vendredi 27 juin 2014 Crédits : Damien Rigondeaud - RTL.fr
Indochine lance une tournée internationale. Crédits : Damien Rigondeaud - RTL.fr
Indochine au Stade de France, vendredi 27 juin 2014 Crédits : Damien Rigondeaud - RTL.fr
1/1
La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/