1 min de lecture À la croisée des destins

Federico Fellini - Nino Rota, le plus somptueux mariage du cinéma italien

CHRONIQUE - Il est difficile d'imaginer l'univers de Federico Fellini sans la musique de Nino Rota. La collaboration entre le réalisateur et le compositeur a donné naissance à des chefs-d'oeuvre.

Jean-Alphonse Richard A la croisée des destins Jean-Alphonse Richard
>
Federico Fellini - Nino Rota, le plus somptueux mariage du cinéma italien Crédit Image : DR (Mis en ondes par Grégory Caranoni) | Crédit Média : Jean-Alphonse Richard | Durée : | Date : La page de l'émission
Jean-Alphonse Richard
Jean-Alphonse Richard Journaliste RTL

La croisée des destins de Federico Fellini et de Nino Rota est plus que celle de l'oeil et de l'oreille. C'est le plus somptueux mariage du cinéma. Ces noces à l'italienne commencent avec le Cheick Blanc, le deuxième long métrage de Fellini.

>
La BO du "Cheick Blanc"

La rencontre fulgurante a lieu à Rome, dans le bureau du réalisateur. Dès lors, Nino Rota, petit bonhomme effacé au regard rêveur et tourmenté, et Federico Fellini, le colosse rageur, vont donner naissance à des chefs-d'oeuvre (Les Vitelloni, La Strada).

>
La BO de "La Strada"

En 1960, un film scelle leur triomphe. La Dolce Vita, chronique scandaleuse des nuits romaines avec le duo Marcello Mastroianni - Anita Ekberg, balaie le Festival de Cannes et empoche la Palme d'Or.

>
Nino Rota - 'La Dolce Vita (finale)'

Un metteur en scène qui filme de la musique, un compositeur qui joue sur des images : la suite va être encore plus étourdissante. À croire que des anges veillent sur ce couple qui n'enfante que des succès. Trois ans après La Dolce Vita, voici venu Huit et demi. La musique, qui sonne comme une cavalcade, est écrite après des heures de silence, de regards et de discussions.

À lire aussi
À la croisée des destins
Elizabeth Taylor et Richard Burton, l'amour à la folie

Il faudra une journée pour trouver le thème d'Amarcord.

>
Nino Rota : le thème de "Amarcord"

Les deux hommes travaillent ensemble. Sans Fellini, pas de Rota. Sans Rota, pas de Fellini. Et vogue ainsi le navire amiral du cinéma et ses deux capitaines.

Après la mort du musicien en 1979, à 67 ans, Federico ne sera plus tout à fait le même. Il cherchera ses mots autour d'un piano vide. Il meurt quatorze ans plus tard. Il avait demandé que la musique de Nino l'accompagne jusqu'à sa dernière demeure.

Lire la suite
À la croisée des destins Cinéma Musique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants