1 min de lecture Musique

Eddy de Pretto sur RTL : "Mes potes se foutaient de mon homosexualité"

INVITÉ RTL - L'artiste présente sur RTL la réédition de son album "Cure". Il se livre sur son enfance et envoie un message d'espoir aux jeunes homosexuels.

Revue de Presse - Le Journal Inattendu Vincent Parizot iTunes RSS
>
Eddy de Pretto sur RTL : "Mes potes se foutaient de mon homosexualité" Crédit Image : Fred Bukajlo / Sipa Press | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245-PARIZOT
Vincent Parizot et Benjamin Hourcade

Eddy de Pretto était l'invité du Journal Inattendu samedi 3 novembre. Fort de son succès fulgurant, l'artiste venait présenter la réédition de son album Cure et son single Random. Sur RTL, il s'est livré sur son enfance qui a inspiré nombre de ses textes, notamment la prise de conscience de son homosexualité.

Déculpabiliser, c'est le message que veut envoyer Eddy De Pretto avec sa chanson C'est pas grave. Très jeune, les parents de l'artiste ont tenté de le faire coller à une image virile qui n'était pas la sienne.

"J'ai grandi dans un environnement où il ne fallait aucune sensibilité, toujours être conquérant, vaillant, alors que je n'étais pas du tout ça. Je suis retombé sur mon vieux journal intime, où je me demandais : "Pourquoi suis-je efféminé ?", car je ne ressemblais pas aux silhouettes des autres garçons", raconte Eddy de Pretto.

Le moment où il faut l'assumer pour les autres, tu prends tout un tas de réflexions

Eddy de Pretto
Partager la citation

Il développe le chemin parcouru pour assumer son homosexualité. "Dans une première étape il y a comprendre une certaine différence que l'on a par rapports aux autres garçons. Ensuite, il y a l'assumer personnellement. Et enfin, il y a le moment où il faut l'assumer pour les autres et là, tu prends tout un tas de réflexions. Par exemple mes parents me disaient : "Mais ça va changer, t'es sûr ? Tu veux qu'on t’emmène chez le médecin ? C'est pas juste une passade ?", se remémore Eddy de Pretto.

À lire aussi
Renaud musique
Renaud et U2 dans le Stop ou Encore du 16 Novembre 2019

Une pression qu'il n'a pas connue auprès de ses amis. "Il y avait un 'jemenfoutismede ma sexualité. J'ai grandi dans une situation où avec mes potes, c'était : 'C'est pas grave on s'en fout". Et c'est exactement ce que je voulais mettre dans ma chanson, en citant tout un tas de choses qui donnent un peu d'espoir", explique Eddy de Pretto.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Musique Homosexualité Vidéo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants