1. Accueil
  2. Culture
  3. Musique
  4. Bob Dylan et Hugues Aufray : la ballade de deux musiciens engagés
2 min de lecture

Bob Dylan et Hugues Aufray : la ballade de deux musiciens engagés

À LA CROISÉE DES DESTINS - Les deux chanteurs vont se rencontrer aux États-Unis. Ils deviendront des idoles pour toute une génération.

Bob Dylan, à Toulouse le 21 juin 1981
Bob Dylan, à Toulouse le 21 juin 1981
Crédit : DANIEL JANIN / AFP
Bob Dylan et Hugues Aufray : la ballade de deux musiciens engagés
04:17
Jean-Alphonse Richard

Mon premier fait ses premiers pas dans la musique. Avec lui, la France fredonnera bientôt ses plus jolies ballades. Mon  second est lui aussi un chanteur débutant, tous justes vingt ans, quasi inconnu. Il va devenir une légende.

C'est en plein hiver 1961, au cœur de Greenwich Village, le quartier bohème de New York, que le destin d'Hugues Aufray croise celui de Bob Dylan, dans l'atmosphère enfumée du Gerdes Folk Café.

Le jeune Robert Zimmerman, alias Bob Dylan, joue ses compositions. Hugues Aufray, qui court le cachet à New York, est aussitôt bouleversé. Et Dylan ne va plus tarder à se faire connaître. Au même moment, il vient d'écrire ce qui va devenir l'hymne de toute une génération.

Hugues Aufray veut lui aussi chanter dans le vent. Il rentre en France avec l'amitié du compositeur de Greenwich en poche et une bonne partie de ses partitions. Par sa voix, Bob Dylan, réécrit en français, débarque à Paris.

À lire aussi

Le musicien français vient de faire la rencontre de sa vie. Il va désormais se glisser dans ses pas en essayant de ne pas se faire écraser par ce géant. Le but est d'imposer lui aussi ses propres mélodies. 

En cette année 1966, Bob Dylan est à Paris. Il devient le porte-parole de la génération hippie dans une Amérique en pleine guerre du Vietnam. Il vient de marcher sur Washington avec les pacifistes mais il garde son mystère derrière ses lunettes noires. Hugues Aufray s'inspire plus que jamais de son jeune maître américain, avec des ballades et des airs de folklore remis au gout du jour.

Toute la génération 68 marche avec Bob Dylan sur un chemin de traverse où, pierre après pierre, il semble construire son monument musical. Plus d'interview et des apparitions publiques de plus en plus rares pour le pape rouge du rock and folk, resté indémodable, toujours sur scène où il joue de trois quarts face au public. C'est une poignée d'amis dont le vieux Français Hugues Aufray, qui croise toujours sa route. C'est comme si leur balade, sous des arbres centenaires, ne s'arrêtait jamais.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/