1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Confondue avec "Quotidien", une équipe du "Petit Journal" bousculée lors d'un meeting FN
1 min de lecture

Confondue avec "Quotidien", une équipe du "Petit Journal" bousculée lors d'un meeting FN

Lors d'un meeting de Marine Le Pen dans le Jura vendredi dernier, l'équipe télé de l'émission de Canal + a été sortie par la force de l'événement. Le service d'ordre avoue devant la caméra la méprise : ils les ont pris pour l'équipe de Yann Barthès.

La journaliste du "Petit journal" a tenté de comprendre ce que le service d'ordre entendait par "maladresses"
La journaliste du "Petit journal" a tenté de comprendre ce que le service d'ordre entendait par "maladresses"
Crédit : Capture d'écran
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze

Le mercato télé est parfois difficile à suivre. Depuis la mi-septembre, Yann Barthès présente l'émission Quotidien sur TMC, quand Cyrille Eldin le remplace aux commandes du Petit Journal sur Canal +. Pendant longtemps, les politiques ont eu à faire aux équipes insolentes du Petit Journal, commandées par Yann Barthès. Il semblerait que le Front national entretient des relations assez compliquées avec elles puisque, même après être passés sur TMC, les journalistes de Quotidien sont, parfois, cibles d'un désaccord, ou d'une bousculade.

Vendredi 17 février, lors du meeting de Marine Le Pen, c'est bien une équipe du Petit Journal, donc de Cyrille Eldin, qui s'est fait sortir avec force de l'événement par le service d'ordre. "Casse toi", entend-on notamment dans la vidéo dévoilée lundi 20 février lors de l'émission en access prime-time. "Vous ne la tenez pas par le cou", lance la journaliste Lucy Rémy parlant de sa JRI, "un petit gabarit" et qui décrit un service d'ordre "hostile". 

Une fois dehors, un autre homme chargé de l'ordre retourne les voir pour leur proposer de finalement entrer. "Parce que maintenant on parle sur un ton calme ? Est-il possible de parler au collègue qui a tenu ma cameraman par la gorge ?", rétorque la journaliste en colère. "C'était une maladresse, lui répond alors l'agent de sécurité. Il y a eu une méprise sur... entre Le Petit Journal et Quotidien", avoue-t-il, misant sur le fait que les équipes de Yann Barthès n'étaient pas autorisées au meeting.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/