1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Romain Duris, engagé contre les cancers masculins : "Il faut être au courant"
1 min de lecture

Romain Duris, engagé contre les cancers masculins : "Il faut être au courant"

INVITÉ RTL - L'acteur, parrain de l'association Cerhom, déplore le "tabou" qui entoure les cancers qui touchent la gent masculine. La prévention est insuffisante, selon lui.

Romain Duris au Festival du Film à Angoulême
Romain Duris au Festival du Film à Angoulême
Crédit : JEAN MICHEL NOSSANT/SIPA
Le Journal Inattendu du 31 mars 2018
00:51:47
Vincent Parizot

Romain Duris était l'invité du Journal inattendu de ce samedi 31 mars sur RTL. Face à Vincent Parizot, l'acteur de 43 ans a évoqué une cause qui lui tient à cœur : la prévention, insuffisante, des cancers masculins

Parrain de l'association Cerhom, qui œuvre contre le manque d'information concernant les cancers des testicules et de la prostate, la star de L'Auberge espagnole et L'Arnacœur explique pourquoi il a décidé de prêter sa voix à cette cause : "On a trouvé les femmes très organisées. Elles savent vraiment se regrouper et parler des cancers féminins, et on s’est posé la question et on a trouvé que chez les hommes il y avait peut-être plus de tabous, plus de difficultés à en parler, à prendre conscience des choses", confie Romain Duris.

Le comédien déplore par ailleurs les conséquences du manque d'informations à destination des jeunes hommes : "Pour certains cancers masculins (...) ça peut arriver assez jeune, et parfois il faut être au courant, et ce n’est pas toujours si compliqué d’aller chercher des informations, d’être rassuré". 

Un "coup de massue" souvent suivi de "bonnes nouvelles"

Pour le Journal inattendu, Romain Duris a choisi d'inviter le professeur Karim Fizazi, chef du département d’oncologie médicale a l'institut Gustave Roussy et créateur de l'association. Ce dernier renchérit : "Dans les formes localisées aux testicules, qui n’ont pas métastasé, (on a) à peu près 100% de chances de guérison".

À lire aussi

Une raison supplémentaire de prendre les choses en main, selon Romain Duris : "Ça arrive souvent (…) quand on a 30, 35, 40 ans, donc ça met un coup de massue un peu sur le patient, alors qu’il y a de bonnes nouvelles derrière".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire