1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Mort de France Gall : l'émouvante histoire du "Paradis blanc", signé de Michel Berger
1 min de lecture

Mort de France Gall : l'émouvante histoire du "Paradis blanc", signé de Michel Berger

Les hommages depuis l'annonce de la mort de France Gall, dimanche 7 janvier, se multiplient et évoquent le "Paradis blanc" qu'aurait désormais rejoint la chanteuse. Retour sur l'histoire de ce qui s'inscrit comme le dernier tube de Michel Berger.

Michel Berger et France Gall en 1976
Michel Berger et France Gall en 1976
Crédit : BOCCON-GIBOD/SIPA
Philippe Peyre

"France Gall a rejoint le Paradis blanc (...)". C'est en ces termes que Geneviève Salama, l'attachée de communication de France Gall, a informé du décès de la chanteuse dimanche 7 janvier, peu après 10 heures du matin.

Depuis l'annonce de cette disparition, les hommages se sont multipliés, évoquant pour la plupart que la chanteuse a rejoint le "Paradis blanc". Ce fameux "Paradis blanc" renvoie à la chanson écrite par Michel Berger, le compagnon de France Gall, pour l'album, son dernier, Ça ne tient pas debout sorti en 1990. 

Cette chanson évoque la douceur de la mort et le paradis comme idéal pour fuir le monde brutal, comme on le comprend aisément dans cet extrait des paroles : "Je m'en irai courir dans le paradis blanc. Loin des regards de haine. Et des combats de sang". Une chanson lourde de sens car elle s'inscrit comme le dernier tube de Michel Berger en solo avant son décès brutal en 1992. Un peu plus d'un an plus tard, en 1994, France Gall, bouleversée par la perte de son amour, avait repris Le Paradis Blanc sur la scène de Bercy. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/