1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Jane Birkin veut que Hermès débaptise le sac en crocodile qui porte son nom
2 min de lecture

Jane Birkin veut que Hermès débaptise le sac en crocodile qui porte son nom

La chanteuse demande à la prestigieuse marque de débaptiser son sac en crocodile "Birkin" pour dénoncer les mauvaises pratiques du sellier.

Jane Birkin au Festival de Cannes le 24 mai 2015.
Jane Birkin au Festival de Cannes le 24 mai 2015.
Crédit : LOIC VENANCE / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

"Alertée par les pratiques cruelles réservées aux crocodiles (...)  j'ai demandé à la Maison Hermès de débaptiser le Birkin Croco". Jane Birkin se désolidarise du sellier dont l'un des modèles emblématiques porte son nom. 

"Ayant été alertée par les pratiques cruelles réservées aux crocodiles au cours de leur abattage pour la production des sacs Hermès portant mon nom, en tant que signataire des pétitions Mercy for animals de (l'acteur américain) Joaquin Phoenix, protestant contre tout mauvais traitement envers les animaux, j'ai demandé à la Maison Hermès de débaptiser le Birkin Croco, jusqu'à ce que de meilleures pratiques répondant aux normes internationales puissent être mises en place pour la fabrication de ce sac", indique la chanteuse dans un communiqué transmis par son agent ce lundi 28 juillet. Contactée par l'AFP, la maison Hermès n'a pas réagi. 

Vendu à partir de 33.000 euros

Le Birkin, créé au début des années 1980 après une rencontre entre la chanteuse et le président d'Hermès d'alors, Jean-Louis Dumas, est l'un des sacs les plus chers du monde. Le modèle en crocodile, disponible à partir de 33.000 euros, s'arrache également aux enchères. Début juin, un sac à main Diamond Birkin fuchsia en peau de crocodile a battu le record de ventes aux enchères pour un tel accessoire, trouvant preneur pour 202.000 euros chez Christie's à Hong Kong.

L'organisation de défense des animaux Peta a lancé, en juin, une campagne pour demander à Hermès de "cesser immédiatement d'acheter et d'utiliser des peaux exotiques, et de vendre des accessoires en peau de crocodile et d'alligator". L'association a diffusé un film relatant son enquête dans des élevages envoyant leurs peaux aux tanneries appartenant à Hermès. Peta affirme que les animaux "croupissent dans de sombres hangars ou dans de tristes fosses en béton et sont tués avant même d'avoir atteint l'âge adulte". "Leur vie est aussi cauchemardesque que leur mort", dénonce l'ONG. 

À lire aussi

Regardez le documentaire de Peta (en anglais) : 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/