3 min de lecture Cinéma

Isabelle Morini-Bosc : "Victor Lanoux était un homme intègre et intense"

ÉDITO - Isabelle Morini-Bosc rend hommage à son ami Victor Lanoux, inoubliable Louis la Brocante, décédé dans la nuit du 3 au 4 mai.

Victor Lanoux, l'inoubliable acteur de "Louis la Brocante"
Victor Lanoux, l'inoubliable acteur de "Louis la Brocante" Crédit : Andanson/SIPA
Isabelle Morini-Bosc
Isabelle Morini-Bosc Journaliste RTL

C'est parfois reposant d'avouer sans chichi et sans flonflon le chagrin que l'on ressent, un gros chagrin brut, peu raffiné. Authentique. C'est celui que j'ai ressenti en apprenant ce matin la disparition de Victor Lanoux, victime d'un AVC et mort cette nuit dans une chambre de l'hôpital de Royans. "Cette chambre, c'est bien la seule chose qu'il aura eu de stérile dans sa vie foisonnante", me suis-je dit tristement. Il aurait peut-être d'ailleurs aimé cette boutade, et plaisanté avec moi qui ai partagé avec lui, au gré des interviews, de grands moments d'humeur et d'humour agrémentés d'un certain nombre de fous rires. J'aimais cet homme intègre et intense par ailleurs pas toujours facile, mais constamment vif et vivant. Même appuyé sur un assistant ou sur une canne. 

Il me faisait rire comme j'avais la chance de parfois le faire rire, et il assumait par ailleurs sa forte personnalité. Il est vrai que lorsqu'on est un ancien para qui a souvent sauté en parachute, on n'a nul besoin d'ouvrir ensuite le parapluie avant de parler. Il aimait aussi la terre, Victor Lanoux, et comme la terre, il était cultivé. Viril sans le vouloir, impressionnant sans le savoir. Sans le faire exprès. Il lui arrivait d'ailleurs aussi d'avoir avec les autres la délicatesse de Ferdinand, le taureau de Disney qui aimait renifler l'odeur des fleurs. J'adorais enfin cette façon qu'avait Victor Lanoux d'être dans le système et tout de même en dehors. En résumé, je l'aimais et je l'aime infiniment, comme on aime en fait un cousin bougon au grand cœur, un cousin qui disait préférer la province au microcosme parisien. 

Louis la Brocante a statufié Victor Lanoux dans le coeur du public

Isabelle Morini-Bosc
Partager la citation

Il m'avait un jour raconté comment l'envie de devenir comédien lui était venue en observant l'acteur Anthony Quinn sur le plateau du film Notre Dame de Paris, lui qui était alors machiniste aux Studios de Boulogne. En 1998, date du démarrage de Louis la Brocante, il avait beau avoir déjà tourné 40 films et autant de fictions télé, sans parler de toutes les "scènes qu'il avait faites" (mais de théâtre), c'est sa brocante qu'il préférait évoquer, ce Louis d'or, cette série devenue une véritable "affaire affective familiale". Et le public suivait. Bien sûr, il l'avait auparavant aimé dans L'affaire Dominici, Cousin, cousine, Un si joli village (il y était un industriel odieux face au petit flic obstiné Jean Carmet), ou encore dans Un éléphant ça trompe énormément et Nous irons tous au paradis, où il était le gros Bouli sans gros boulard. Mais, c'est Louis la Brocante qui l'a statufié dans le cœur du public. 

Et Victor n'aimait rien tant que se confondre avec Louis. Rien tant que conduire le vieux tube Citroën sur les routes de la région lyonnaise où il tournait. Il le disait et je le croyais. Il était également très fier de montrer à l'écran de vraies antiquités, et plus fier encore lorsque des téléspectateurs le contactaient pour en acquérir une. Heureux de servir d'intermédiaire. "Étant né le 18 juin, qui plus est l'année de la création des congés payés", répétait-il avec l’œil qui frise, "je suis moi-même une antiquité qui se restaure". À propos du 18 juin, il ajoutait : "Je suis né un 18 juin, je mourrai un 18 juin parce que j'attendrai. J'attendrai l'Appel, forcément !". Il aura justement, hélas, devancé l'Appel. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Isabelle Morini-Bosc Editos
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants