3 min de lecture Télévision

Isabelle Morini-Bosc : "Faut-il flageller Maxime Hamou sur la place publique?"

ÉDITO - Isabelle Morini-Bosc revient le comportement du tennisman Maxime Hamou qui a embrassé de force une journaliste d'Eurosport.

Maxime Hamou qui embrasse de force une journaliste à Roland-Garros
Maxime Hamou qui embrasse de force une journaliste à Roland-Garros Crédit : Capture d'écran / Eurosport
Isabelle Morini-Bosc
Isabelle Morini-Bosc Journaliste RTL

"Inexcusable, bien sûr. Pas de débat. Mais sinon, chacun doit donner son avis sur les modalités de son exécution ? Surtout les politiques ?" Voilà qui est dit et qui ne mérite pas d'être contredit. Tout me semble en effet parfait dans ce "touite" de notre camarade Christian Ollivier, le responsable du service des Sports de RTL. Comme quoi, il suffit parfois effectivement de peu de mots pour résumer et "recentrer" une polémique, polémique du jour commencé la veille pour un fait survenu l'avant-veille, en l'occurrence le dérapage incontrôlé de l'espoir du tennis Maxime Hamou

24 heures, c'est le temps d'incubation qu'il faut désormais pour qu'un incident devienne une affaire, parmi d'autres puisque tout, désormais, est "affaires", sur lesquelles tout est à faire ! Ne serait-ce d'ailleurs pas judicieux de créer un espace médiatique qu'on pourrait appeler "le coin des bonnes Affaires". Avec, comme à la Foir'Fouille, les vraies bonnes occasions à saisir d'urgence. Et les autres, celles qu'il faut garder sous le coude pour s'en servir "à l'occasion".

La vraie belle affaire de la semaine, on pouvait justement tellement s'en saisir que c'est la justice qui l'a fait. Elle touche le très efficace Richard Ferrand, ce sympathique "maréchal" d'Emmanuel Macron, un maréchal (ferrand, bien sûr) qui ne manque de cohésion ni côté boulot (il est chargé de celle du territoire) ni côté "entreprises publico-personnelles". C'est donc évidemment, répétons-le, "La Grosse Affaire de la semaine".

À lire aussi
Cédric Herrou à la sortie du tribunal de Nice. Télévision
"On n'est pas couché" : Cédric Herrou et Kiddy Smile… les invités du 22 septembre

Retour sur "l'affaire" Maxime Hamou

La petite concerne, on y revient, Maxime Hamou, un jeune homme dont j'ignorais tout puisque je suis, moi, une passionnée de badminton. Mes connaissances "tennistiques" datent du temps où je couvrais Roland-Garros côté coulisses, l'épique époque d'un John McEnroe très bagarreur et peu réputé pour son sens de la nuance. Croyez-moi, cet as de la musique battait autre chose que la mesure quand il avait un rival ou un ennemi photographe face à lui ! Oui, la terre n'était pas la seule à être... battue.

Mais revenons-en à Maxime Hamou, le sujet qui m'occupe et qui préoccupe. Qui est-il, histoire de parfaire mon éducation sur lui qui en a manqué : 287e joueur mondial, 1m85, 21 ans, belle morphologie (ben si, ça c'est indéniable). Après avoir perdu contre Pablo Cuevas (le 285e) il a, si j'ai tout compris, reçu quelques copains dans un "espace aménagé", bu autre chose que de l'eau, et répondu ensuite aux questions d'une journaliste d'Eurosport, "à la je-m'en-foutiste", c'est-à-dire en tentant de l'embrasser avant de finir par lui frôler la poitrine.

Logique tollé général. Cette colère généralisée a ensuite hâtivement englobé un Henri Leconte accusé d'avoir d'abord éclaté de rire dans Avantage Leconte, l'émission qu'il présente sur Eurosport . À cela je répondrai qu'il est plus facile de mesurer la gravité d'un "comportement inapproprié" après décorticage et multi-visionnage de la séquence concernée, qu'en direct avec l'agitation d'une équipe, regardant si j'ose dire, "à chaud". 

Maintenant qu'il a été viré, humilié, qu'il s'est multi-excusé, qu'est-ce qu'on (en) fait ?

Isabelle Morini-Bosc
Partager la citation

Alors, résumons : oui, ce joueur a fait preuve d'un inadmissible "laisser-aller" en se laissant précisément aller. Alors oui, on peut comprendre que les internautes aient immédiatement "dégainé", suivis par les médias. Tout le monde est d'accord et raccord sur ce point. Seulement maintenant qu'il a été insulté, viré, humilié, qu'il s'est multi-excusé, qu'est-ce qu'on (en) fait ?

On le flagelle en place publique ? On l'enduit de goudron et de plumes ? On le radie à vie ? On le conduit à la frontière? On l'oblige à se mettre au canevas ? Ou on passe plutôt l'éponge après lui avoir passé ce sacré savon ? Il a compris qu'il valait mieux réussir ses revers sur le terrain que les essuyer en dehors, non ?

Et puis dites-moi, attendu que, aux dires de ses potes, ce "moment d'égarement" serait dû à un trop-plein de relâchement et de boisson, si on élevait le débat ? Ne serait-il pas ainsi opportun de s'interroger sur l'obligation de limiter la consommation d'alcool dans l'enceinte de Roland-Garros, histoire que personne n'ait ensuite à "trinquer" ? Moi, ce que j'en dis, c'est histoire de monter à mon tour au filet !  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Télévision Editos Médias
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7788786724
Isabelle Morini-Bosc : "Faut-il flageller Maxime Hamou sur la place publique?"
Isabelle Morini-Bosc : "Faut-il flageller Maxime Hamou sur la place publique?"
ÉDITO - Isabelle Morini-Bosc revient le comportement du tennisman Maxime Hamou qui a embrassé de force une journaliste d'Eurosport.
https://www.rtl.fr/culture/medias-people/isabelle-morini-bosc-maxime-hamou-a-fait-preuve-d-un-inadmissible-laisser-aller-7788786724
2017-05-31 20:03:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/4si4ay4Uaq61xAblD_pCIA/330v220-2/online/image/2017/0530/7788769319_maxime-hamou-qui-embrasse-de-force-une-journaliste-a-roland-garros.PNG