1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Frédérique Bel pose nue sur Twitter pour le droit à l'avortement
2 min de lecture

Frédérique Bel pose nue sur Twitter pour le droit à l'avortement

"J'emmerde profondément ceux qui veulent m'empêcher de disposer de mon corps" : l'actrice Frédérique Bel a poussé un coup de gueule sur Twitter contre les anti-IVG... en postant une photo d'elle nue.

Frédérique Bel le 10 juin 2013.
Frédérique Bel le 10 juin 2013.
Crédit : AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

L'actrice Frédérique Bel a posté sur son compte Twitter dimanche 19 janvier une photo d’elle nue, pour proclamer son droit à l’avortement, alors qu’un projet de loi est actuellement en discussion à l’Assemblée. Il établit qu’une femme puisse demander une IVG (interruption volontaire de grossesse) si elle "ne veut pas poursuivre une grossesse" et non plus parce que "son état (la) place dans une situation de détresse", comme le stipule actuellement la loi Veil de 1975.

Sur cette photo, on peut voir l’actrice, qui a joué dans le film Camping en 2005, nue, sans que l’on puisse toutefois distinguer son visage, ni ses jambes et ses bras. Son sexe est caché par une image de bouche ouverte, rappelant le logotype des Rolling Stones. Un commentaire délibérément provocateur accompagne l’image : “J'emmerde profondément et sérieusement ceux qui veulent m'empêcher de disposer de mon corps:Ma chatte . #IVG “:

Pas à l'abri d'un "retour en arrière"

Dans une allusion à l'Espagne, où le gouvernement a présenté en décembre un projet supprimant quasiment l'avortement, la ministre des droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, a jugé lundi que "les évolutions dans certains pays voisins" montrent que "nous ne sommes pas à l'abri d'un retour en arrière de 40 ans", avant la légalisation de l'avortement.

Alors que le président François Hollande doit rencontrer vendredi le pape François au Vatican, ce dernier a apporté son soutien à la "marche pour la vie" qui a rassemblé dimanche à Paris 16.000 personnes selon la police, 40.000 selon les organisateurs, encouragés par l'"exemple" espagnol et mobilisés contre les évolutions dans l'Hexagone. Une partie de la droite s'élève aussi contre ce qu'elle juge être une remise en cause du compromis de 1975.

Faute "morale et politique"

À lire aussi

L'ancien Premier ministre UMP François Fillon a estimé que le gouvernement commettait une "faute morale et politique" en voulant réécrire la loi Veil. Le président de l'UDI Jean-Louis Borloo et l'ancien ministre UMP Bruno Le Maire ont aussi mis en garde contre la relance du débat sur l'avortement.Pour sa part, la présidente du FN Marine Le Pen a assuré que son parti voulait simplement lutter contre sa "banalisation totale" prônée, selon elle, par les socialistes.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/