1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Comment "On n'est pas couché" vit le départ de Léa Salamé ?
3 min de lecture

Comment "On n'est pas couché" vit le départ de Léa Salamé ?

REPLAY - La productrice de l'émission, Catherine Barma est contente que sa chroniqueuse réalise son rêve.

Léa Salamé, invitée de "Vivement Dimanche" en septembre 2015
Léa Salamé, invitée de "Vivement Dimanche" en septembre 2015
Crédit : PJB/SIPA
Comment "On n'est pas couché" vit le départ de Léa Salamé ?
24:15
Départ de Léa Salamé : "J'aurais préféré qu'elle fasse trois ans", regrette Catherine Barma, productrice de "On n'est pas couché"
02:27
Philippe Robuchon

Catherine Barma, la productrice de "On n'est pas couché" est l'invitée des "Dessous de l'Écran". Elle revient sur la folle semaine de mercato télévisuel. Celle-ci a été lancée par le départ de Yann Barthès qui quitte Canal + pour TF1 et TMC, tandis qu'Yves Calvi part de France 5 pour rejoindre LCI. Et puis bien sûr, sur France 2, la chroniqueuse Léa Salamé quittera le plateau de "On n''est pas couché" à la fin de la saison pour rejoindre le nouveau magazine politique de la chaîne.

"Ça n'est pas un drame absolu", assure d'emblée la productrice. "Léa Salamé, je l'aime énormément, on l'a découverte il y a deux ans et dès le départ je savais que c'était une journaliste qui avait une modernité qui allait marquer cette époque avec une autre forme de questionnement aux politiques". Catherine Barma l'inscrit dans la ligné de la journaliste Megyn Kelly de FoxNews. "Donc on savait très bien qu'elle allait être repérée par d'autres", mais la situation n'a rien de grave. En effet, la journaliste ne part pas pour un autre talk-show, mais pour une autre émission de la chaîne publique. "C'était son rêve, je comprends très bien qu'elle aille le faire (...) Je la comprends, mais je ne suis pas spécialement effondrée, loin de là."

Après Audrey Pulvar, Natacha Polony, Éric Zemmour, Éric Naulleau et Aymeric Caron, le show va se séparer d'une nouvelle polémiste. Un poste qui change presque tous les trois ans. Il s'agit désormais de trouver un(e) remplaçant(e) à Léa Salamé et pour l'instant "on a des idées, mais on a d'autres choses à faire". Catherine Barma pense que ce sera sûrement une femme pour avoir un plateau plus "équilibré" entre Laurent Ruquier et Yann Moix, qui restera en poste.

En attendant le départ, Léa Salamé restera dans l'équipe qui effectue cette année une très bonne saison. Elle sera donc présente pour l'émission spéciale en direct de Cannes, samedi 21 mai, avec une dizaine d'invité, "peut-être même quinze", précise la productrice qui veut "faire une fête dans les jardins et dans les salons" de la fameuse villa Domergue.

L'actualité média de la semaine

À lire aussi

- Un match très serré s'est joué le 14 mai entre la finale de The Voice et l'Eurovision. TF1 et France 2 ont fini quasiment au coude à coude sous la barre des 5 millions de téléspectateurs, avec une légère avance de 18.000 spectateurs de plus pour le télé-crochet de TF1.

- Audience : bonne nouvelle pour TF1, le 20H de Gilles Bouleau a battu son record de la saison grâce à la venue de Didier Deschamps pour l'annonce de la liste des 23 pour l'Euro 2016. En revanche, la diffusion des premiers épisodes de la série de Netflix, Marseille a rassemblé moins de 5 millions de téléspectateurs.

Marie Drucker abandonne les JT de France 2 et le Journal inattendu de RTL. Elle souhaite se consacrer entièrement à la présentation de magazine et à la production.

- Canal+ conserve les droits de diffusion du Top 14 de rugby jusqu'en 2023. La chaîne a déboursé 97 millions d'euros pour avoir l'exclusivité. L'accord contient une clause suspensive au cas où l'autorité de la concurrence refuserait le rapprochement Canal+ - BeIn.

- Le magazine GQ a publié le classement des personnalités les plus influentes des médias en 2016. On retrouve dans le Top 5 : Delphine Ernotte, la patronne de France TV, Laurent Bon, le producteur, Olivier Schrameck, le président du CSA, Cyril Hanouna et Laurent Ruquier.

- L'ancien publicitaire Christophe Lambert est mort d'un cancer à 52 ans. Il venait tout juste de quitter la société Europa Corp. de Luc Besson et comptait se lancer dans la production en solo.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/