1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Brigitte Bardot : son mari furieux de l'exploitation abusive de son image
1 min de lecture

Brigitte Bardot : son mari furieux de l'exploitation abusive de son image

Un artiste peintre a ouvert une boutique, à Saint-Tropez, où des produits dérivés à l'effigie de Brigitte Bardot sont vendus.

Brigitte Bardot
Brigitte Bardot
Crédit : AFP
ARCHIVES RTL - Le peintre Sasha de Saint-Tropez réfute toute exploitation abusive de l'image de Brigitte Bardot (07/06/2015)
00:44
Marie-Pierre Haddad & Arnaud Tousch

"Il y a des proportions dans l'exploitation". Bernard d'Ormale, le mari de Brigitte Bardot s'emporte face à l'ouverture d'une boutique de produits dérivés, à Saint-Tropez, avec l'image de l'ancienne actrice, sans son autorisation.

Dans un entretien à Var-Matin, il explique que "l'on a l'habitude de voir des représentations de BB partout, mais là c'est trop ! Dans la boutique, il y a des bougies, des montres, des espadrilles, des assiettes, des tas de trucs ! Bientôt, on va faire des bagnoles avec le nom de BB". Le propriétaire de la boutique est Sasha, un artiste peintre qui possède aussi une galerie, depuis plusieurs années, rue des Remparts de la station balnéaire.

Le seul droit que Brigitte Bardot possède, c'est son droit à l'image

Bernard d'Ormale

L'artiste explique de son côté que les images utilisées sont "tirées de portraits qu'il a peints de BB", note Var-Matin. Mais pour l'époux de Brigitte Bardot, "c'est juste une façon détournée d'exploiter l'image de quelqu'un (…) Le seul droit qu'elle possède, c'est son droit à l'image : on ne met pas les gens comme ça devant le fait accompli. La semaine prochaine, nous t'envoyons l'huissier".

C'est moi qui ai lancé l'idée et depuis tout le monde m'a suivi. Quant aux autorisations, il faut parfois savoir passer outre

Sasha

Cependant, Sasha explique avoir essayé de joindre "à plusieurs reprises sans succès" les proches de la star : "Je serais heureux de partager mes bénéfices avec la Fondation Brigitte Bardot. En faire une pompe à fric pour la cause animale. Quand je suis arrivé ici, il y a 13 ans, l'image de BB n'était pas associée à Saint-Tropez. C'est moi qui ai lancé l'idée et depuis tout le monde m'a suivi. Quant aux autorisations, il faut parfois savoir passer outre. Comme lorsque je suis arrivé dans la cité sans un sou en poche et que j'ai pris d'office ma place sur le port, pour ne pas crever de faim".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/