2 min de lecture Attentats à Paris

Attentats à Paris : le chanteur Jesse Hughes crée de nouveau la polémique en évoquant "la jalousie des arabes"

Après avoir remis en cause la sécurité du Bataclan lors des attentats du 13 novembre, le leader du groupe affirme dans le magazine américain en ligne "Taki" qu'il a vu des "musulmans célébrer les attaques".

Jesse Hughes, leader d'Eagles of Death Metal, trois mois après les attentats du 13 novembre
Jesse Hughes, leader d'Eagles of Death Metal, trois mois après les attentats du 13 novembre Crédit : GUSTAV MAARTENSSON / AFP
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin
Journaliste

Une nouvelle fois, Jesse Hughes crée la polémique. Le chanteur des Eagles of Death Metal, qui se produisait sur la scène du Bataclan au moment des attaques du 13 novembre dernier, avait déjà fait parler de lui en mars, en affirmant que la sécurité du Bataclan n'était pas au point. 

Sa déclaration allait jusqu'à sous-entendre qu'une complicité existait entre les hommes de la sécurité et les terroristes. Après s'être excusé, Jesse Hughes semble finalement revenir sur sa parole et renchérit, dans une interview consacrée au magazine "culture et politique" américain, Taki's Magazine.

La théorie du complot

Le sulfureux Jesse Hughes enfonce ainsi le clou. "J'ai eu beaucoup de problèmes après avoir dit que des membres du staff étaient complices. Mais je suis certain qu'ils étaient là très tôt, clame le chanteur. Je me souviens d'eux en train de fixer mon pote. J'ai juste mis ça sur le compte de la jalousie des arabes à notre égard. (...) Quand un musulman voit un Américain un peu baraqué et avec des tatouages, il le fixe", s'emporte Jesse Hughes.

J'ai vu des musulmans célébrer les attaques dans la rue pendant qu'elles se déroulaient.

Jesse Hughes
Partager la citation

"J'ai compris plus tard qu'il s'agissait d'Abdeslam qui regardait mon ami", va jusqu'à lancer le chanteur, qui semble ignorer que les frères Abdeslam n'étaient pas présents au Bataclan au soir du 13 novembre. Il n'y a aucun doute que les terroristes étaient déjà à l'intérieur, d'une manière ou d'une autre. Durant les coups de feu, je suis allé dehors et j'ai vu que la porte des coulisses était grande ouverte. Comment est-ce possible ?", interroge-t-il ensuite.

À lire aussi
Chloé Verhlac, veuve de Tignous médias
VIDÉO - "On n'est pas couché" : pour la veuve de Tignous, "ils ont tué un mec bien"

Et le leader du groupe de persister dans ses allégations. "J'ai vu des musulmans célébrer les attaques dans la rue pendant qu'elles se déroulaient. Je l'ai vu de mes propres yeux. En temps réel ! Comment pouvaient-ils savoir ce qui était en train de se passer ? Il y a très certainement eu une coordination", lance Jesse Hughes, six mois après les attentats qui ont coûté la vie à plus de 130 personnes. Selon lui, les "Français ont laissé les musulmans s'en tirer après des meurtres". Pendant ce temps, l'enquête se poursuit et l'analyse du testament de Mohamed Abrini devrait permettre d'en savoir plus sur les motivations des commandos et de leurs complices. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Attentats à Paris Polémique Eagles of Death Metal
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants