1. Accueil
  2. Culture
  3. Médias et people
  4. Apple, Google et Twitter font un appel du pied aux journalistes
3 min de lecture

Apple, Google et Twitter font un appel du pied aux journalistes

Désireux de ne pas rater le train du contrôle de l'information sur mobile, les géants du web rivalisent d'applications et d'annonces, certaines faisant la part belle aux journalistes quand d'autres misent sur les algorithmes.

Apple News, nouvelle application lancée avec iOS 9
Apple News, nouvelle application lancée avec iOS 9
Crédit : AFP
Benjamin Hue & AFP

La bataille pour l'information que se livrent les géants des nouvelles technologies a pris de l'épaisseur ces dernières semaines. Désireux de ne pas rater le coche du contrôle des flux de contenus d'actualité sur mobile, les majors du digital rivalisent d'applications et d'annonces. Après Google News, Facebook Instant Articles et Apple News, Twitter s'est ainsi lancé à son tour dans l'arène avec son projet Lightning. Si tous ces services ont en commun de proposer une information personnalisée à leurs millions d'utilisateurs, certains entendent se démarquer en misant sur la crédibilité journalistique, en plaçant la curation (mise à jour à la main d'une base de donnée) humaine au cœur de leurs projets.

Apple cherche des journalistes "compétents et passionnés"

Première illustration avec Apple qui a choisi d'embaucher des journalistes confirmés pour gérer son application consacrée aux informations, contrairement à ses concurrents Google News, Instant Articles ou Flipboard, qui s'appuient sur des algorithmes. "Apple veut que ses nouvelles soient créées par des êtres humains et non par des algorithmes, en accord avec la réputation de la marque qu'il défend", confiait récemment à l'AFP Judd Slivka, professeur de journalisme à l'université du Missouri, spécialisé dans les contenus pour appareils mobiles.

Apple n'a pas détaillé son projet, se bornant à indiquer sur sa page d'embauches qu'elle recherchait "des journalistes passionnés et compétents pour permettre d'identifier et de publier ce qu'il y a de meilleur en matière d'informations nationales, internationales et locales". L'avis précise que ces journalistes "doivent avoir l'instinct pour les informations de première importance mais aussi être capables d'identifier des histoires originales qui ne seraient pas repérées par des algorithmes".

Twitter recrute des curateurs de contenus populaires

Après avoir tenté de racheter l'agrégateur d'articles Flipboard, Twitter compte sur son projet Lightning pour s'imposer comme un intermédiaire privilégié entre les producteurs de contenus et les lecteurs. L'objectif de cette prochaine fonction est de permettre aux utilisateurs de suivre l'actualité des plus gros événements mondiaux en direct dans de nombreuses thématiques (international, politique, sport, mode, science...) sur des fils dédiés et plus seulement des comptes utilisateurs.

À lire aussi

Selon les dernières informations sur le sujet, entre sept et dix événements seront mis en avant chaque jour, sous la forme de photos, de textes et de vidéos partagés sur le réseau social. Pour assurer la sélection éditoriale, la firme californienne souhaite se baser sur une curation humaine et non sur des seuls algorithmes. Le service de micro-blogging a ainsi fait savoir récemment qu'il recherche des journalistes en mesure de repérer les thématiques intéressantes pour les internautes et les articles les plus pertinents pour les alimenter.

"Ne pas être informé par des robots"

Cela place Apple et Twitter sur un tout autre terrain que celui de Facebook qui veut mettre au point des formules informatiques lui permettant de délivrer les informations à ses utilisateurs en fonction de leurs habitudes de fréquentation  de l'internet, leur démographie et leurs intérêts. Même si Apple va vraisemblablement avoir recours à des algorithmes pour filer les informations qu'il proposera à ses utilisateurs, le fait qu'elle embauche des journalistes expérimentés est une démarche positive, estime Dan Kennedy, professeur de journalisme à l'université de Northeastern. 

"Beaucoup de gens ne veulent pas être informés par des robots qui décident ce qui les intéresse", affirme-t-il. "Surtout si vous n'avez pas votre mot à dire dans le processus de sélection de ce robot. L'algorithme utilisé par Facebook est tout à fait mystérieux et les gens commencent à ne pas aimer cela", souligne-t-il, alors qu'Apple affirme que sa nouvelle application "va suivre des millions de sujets et en extraire les plus intéressants en fonction de vos intérêts spécifiques".

Google veut former les journalistes

Souvent présenté comme le nouveau rédacteur en chef d'une presse en quête de nouveaux modèles économiques, Google, déjà  au four et au moulin avec Google News - et son algorithme secret fort pourvoyeur d'audience - et son fonds européen pour la presse, n'entend pas céder un pouce de terrain à ses concurrents de l'informatique. La firme de Mountain View a lancé la semaine dernière un laboratoire en ligne pour aider les journalistes à étoffer leurs compétences à l'âge d'internet en les formant à ses différentes applications.

"À présent, les journalistes à travers le monde ont accès à des modes d'emplois pour ces produits", a précisé le responsable dans un blog publié par Google. Sur ce nouveau site, les journalistes peuvent également recevoir des formations en recherche de données ou en techniques de reportage, indique le blog. Selon Google, le projet a une dimension internationale avec le recrutement d'équipes en France, Grande-Bretagne, Allemagne et États-Unis. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/