3 min de lecture Médias

Dans "À l'état sauvage", Laure Manaudou a eu "tout bon", selon Isabelle Morini-Bosc

ÉDITO - La journaliste salue la performance et le mental "hors normes" de la championne française de natation, dans le programme d'aventure de M6.

Laure Manaudou dans "À l'état sauvage" sur M6
Laure Manaudou dans "À l'état sauvage" sur M6 Crédit : Capture M6
Isabelle Morini-Bosc
Isabelle Morini-Bosc Journaliste RTL

Il n'y a pas à dire, mariner dix-huit heures par jour dans la flotte chlorée d'un bassin, ça vous forge un mental. Laure Manaudou le prouve ce soir sur M6 avec À l'état sauvage, cette émission dans laquelle l'"aventurier-de-l'extrême" Mike Horn emmène une "personnalité-dite-médiatique" à l'autre bout du monde et d'elle-même. Histoire pour elle de tenter et tester l'aventure-au-delà-de-l'aventure ! Sans nourriture, sans argent, sans lit, sans superflu, quasiment sans le nécessaire, mais aussi et surtout sans portable, sans assistant voire si possible sans caprices. 

Et malgré un problème de sang rendant hasardeuse une telle expédition, Laure Manaudou a eu "tout bon" durant 5 jours d'efforts sans réconfort. Du moins sans réconfort matériel, l'entente ayant en revanche été immédiate entre l'aventurier "qui sait se mouiller" et la nageuse "toujours dans le bain". L'effet semble facile, mais avec cet ancien des forces spéciales sud-africaines, il était forcément plus facile de passer un cap. Horn, évidemment. 

Laure Manaudou, un mental hors normes

Chaque À l'état sauvage a en effet donné lieu à un premier voyage qu'il a effectué avec des pros et des proches, un voyage où sont prises en compte les aptitudes (ou pas) de chaque "bioutifoul pipole" invité. Il savait ainsi que notre championne olympique, dotée d'un mental hors normes, avait dans les jambes la force musculaire lui permettant de courir longtemps. "Contrairement à Christophe Dechavanne qui n'a pas cette facilité-là", précise-t-il au passage. 

Sans oublier, entre autres atouts, de splendides épaules de nageuse, voire de "déménageuse", on entend par-là qu'elles "déménagent", en tous les cas, aux yeux d'un Mike Horn en admiration devant la "statue Manaudou", cette championne qui-est-avant-tout-une-personne, "surtout une belle personne, attentive au monde, pleine d'amour pour les autres. Elle n'a jamais geint, alors qu'on a mangé seulement 3 fois en 5 jours". Du moins ne l'a-t-elle jamais fait à voix haute, bougonnant juste ce qu'il fallait durant l'implacable marche du troisième jour, sans eau ni repos, sans répit ni pipi. 

On apprend vite à être vigilant

Mike Horn
Partager la citation
À lire aussi
Le philosophe Alain Finkielkraut médias
Les propos d'Alain Finkielkraut sur le viol suscitent l'indignation

Car pas de petits besoins en présence de grosses bêtes. "Il fallait se soulager dans l'eau, raconte-t-elle, ou avec Mike surveillant la zone. On apprend vite à être vigilant". Au départ, le chef-de-meute Horn avait d'ailleurs hésité à inviter des femmes dans le programme. Et il avait emmené l'une de ses filles lors des "repérages" dans cette zone de l'Afrique australe. "Des filles, j'en ai deux, ironise-t-il gentiment, et je crois bien avoir vu au moins une fois dans ma vie un corps de femme, alors je ne suis pas complètement en terre inconnue". 

On signale d'abord, outre une équipe "interdite de contact" avec les "voyageurs", la présence de rangers ne devant intervenir qu'en cas d'absolue nécessité. Ce qui faillit arriver après l'infection de l'ongle d'un pied de Laure qui, un autre soir, fut prise de vomissements après avoir mangé un morceau d'antilope provenant d'une carcasse hissée sur un arbre par un léopard. L'image crue gâche la viande cuite, c'est sûr ! Mais à aucun moment, la spécialiste du grand plongeon, donc de l'immersion, n'a réclamé de l'aide, pas plus pour porter son sac que pour tirer la pirogue de 150 kilos. 

"Mon compagnon [Jérémy frérot, NDLR] a été fier de moi, et si j'ai souffert de ne pas pouvoir partager cette expérience avec ma fille, je n'ai pas souffert de l’éloignement avec mon compagnon, parce que nous en avons l'habitude. J'ai adoré chaque minute de cette expérience où aucune souffrance n'était inutile, et je n'avais pas envie de retrouver le quotidien, le téléphone et les problèmes". Elle est comme ça, Laure, elle ne fait des vagues que pour le bon motif. Et ça donne un très beau reportage. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médias Laure Manaudou Télévision
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants