1. Accueil
  2. Culture
  3. Culture générale
  4. Rennes : bloqué pendant 8 heures dans sa salle de bain, il appelle à l'aide et ses voisins l'ignorent
2 min de lecture

Rennes : bloqué pendant 8 heures dans sa salle de bain, il appelle à l'aide et ses voisins l'ignorent

Pour ce Rennais de 47 ans, pas de doute, ses voisins ont sciemment ignoré ses appels à l'aide.

Une voiture de SOS Médecins. (Illustration)
Une voiture de SOS Médecins. (Illustration)
Crédit : LOIC VENANCE / AFP
Eleanor Douet
Eléanor Douet

Huit heures dans sa salle de bain. C'est la mésaventure vécue par un Rennais de 47 ans, vendredi 10 juin. Depuis mi-juin, Jean-Marc, conseiller en clientèle pour une grande marque de téléphonie, souffre d'un sévère lumbago. "Les jours précédents, j'étais allé voir un médecin puis un ostéopathe mais la souffrance était toujours là", a-t-il raconté au journal Ouest France. Mais le 10 juin, la douleur devient insupportable, à tel point qu'il fait venir un médecin à son domicile qui lui prescrit un nouveau traitement. Mais face à la douleur, Jean-Marc ne peut même pas se rendre à la pharmacie. Il décide alors de prendre une douche, dans sa salle de bain située à moins de 2 mètres de l'entrée de son appartement. Et c'est là que la situation vire au drame.

"J’étais debout accoudé à l’évier et là, j’ai senti une très vive douleur dans le dos. Je ne pouvais plus du tout bouger. Il était environ 11h du matin", précise-t-il au quotidien régional. Il reste debout. "Mon téléphone portable était dans la pièce d’à côté mais j’étais incapable de l’atteindre. J’avais peur de tomber et de ne plus pouvoir me relever." Il commence alors à crier lorsqu'il entend alors des bruits dans le couloir. "Ma porte d’entrée n’était pas verrouillée et celle de la salle de bain ouverte." Il sait que des voisins rentrent déjeuner. Mais personne ne répond à ses appels de détresse. "J’ai entendu quelqu’un dire : 'Mais qu’est-ce qu’il a encore celui-là'". Pour Jean-Marc, pas de doute : ses voisins ont sciemment ignoré ses appels à l'aide.

Vers 19 heures, il décide que ça ne peut plus durer : "J'ai pris le risque de bouger." Malgré la douleur, il parvient à attraper son téléphone et à appeler les secours. Soigné depuis, Jean-Marc va mieux mais se dit déçu de l'attitude de ses voisins : "J'ai l'impression que c'est chacun pour soi. Mon médecin m'a dit que c'était de plus en plus courant ce genre de situations."

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/