1. Accueil
  2. Culture
  3. Culture générale
  4. États-Unis : au Texas, les étudiants protestent contre le port des armes avec des sextoys
1 min de lecture

États-Unis : au Texas, les étudiants protestent contre le port des armes avec des sextoys

Pour protester contre une loi autorisant le port d'armes cachées sur les campus américains, une étudiante propose de venir à l'université avec des sextoys, qui n'y sont pas autorisés.

États-Unis : au Texas, les étudiants protestent contre le port des armes avec des sextoys
États-Unis : au Texas, les étudiants protestent contre le port des armes avec des sextoys
Crédit : Capture d'écran Twitter
Eleanor Douet
Eléanor Douet

Pour protester contre une loi récente qui autorise le port d'armes cachées sur les différents campus de l'Université du Texas, une étudiante vient de lancer une idée de manifestation qui fait déjà fureur aux États-Unis : venir sur son campus avec un godemiché. La loi incriminée, intitulée la Senate Bill 11, pensée pour rendre les universités "plus sûres", devrait être mise en application de l'été 2016. 

Jessica Jin, une étudiante de l’Université du Texas, encourage ses camarades à accessoiriser leurs sacs avec des sextoys "gigantesques et désinhibées". Et ce sont déjà plus de 5.000 personnes qui ont accepté de participer. Sur l’événement Facebook, crée pour l'occasion, Jessica Jin explique "l'État du Texas a décidé qu'il n'est pas du tout odieux d'autoriser des armes meurtrières dans les classes, alors qu'il existe des règles strictes concernant l'expression libre de la sexualité, pour préserver notre innocence. Vous recevez un procès-verbal pour emmener un godemiché en classe, mais pas pour avoir un pistolet. Le paradis interdit les pénis". 

Par cette action, Jessica Jin veut montrer que les deux objets n'ont pas leur place à l'école. "Face à un tireur psychopathe, le godemiché est aussi inutile qu'une arme pour se défendre, mais c'est mieux pour un usage récréatif", écrit-elle sur le page Facebook "Cocks Not Glocks" (des pénis pas des pistolets). Une protestation qui trouve un échos particulier après les multiples fusillades qui ont eu lieu depuis le 1er octobre sur des campus universitaires dans l'Oregon, l'Arizona et au Texas, faisant 11 morts. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/