3 min de lecture Stanley Kubrick

VIDÉOS - Les 7 scènes inoubliables de "Shining", le film culte de Stanley Kubrick

Adapté du roman de Stephen King, "Shining" est sorti en France le 16 octobre 1980, il y a bientôt trente-cinq ans. Il est aujourd'hui encore l'un des films d'horreur les plus effrayants.

>
The Shining steadicam clip Crédit Image : Warner Bros. France | Date :
CharlieVandekerkhove
Charlie Vandekerkhove
Journaliste RTL

Prenez l'un des plus grands réalisateurs de tous les temps, une musique angoissante, un plan séquence incroyable à travers les couloirs d'un hôtel et des prestations d'acteurs inoubliables. Cela donne Shining, de Stanley Kubrick, considéré comme un chef-d'oeuvremais aussi comme une référence absolue en matière de films d'horreur. En 2012, on apprenait ainsi, grâce à une équipe de chercheurs bien inspirés, que sur une sélection de dix films d'horreur, réunissant Le Projet Blair Witch, Saw, Alien et L'Exorciste, Shining est celui qui fait perdre le plus de calories à ses spectateurs. 

Sorti dans les salles françaises le 16 octobre 1980, Shining a trente-cinq ans cette année, et son influence ne faiblit pas. Même s'il s'en éloigne, le film doit beaucoup au roman de Stephen King dont il s'inspire, un des meilleurs parmi les dizaines de livres écrits par l'auteur américain. Le jeu de Jack Nicholson, terrifiant dans la peau d'un écrivain raté qui perd la raison et tente de massacrer sa famille, y est lui aussi pour beaucoup.

Les "Shinologists" veulent percer les mystères du film

Mais si le film fascine autant, c'est parce qu'il compile une série de scènes devenues cultes, et ayant donné lieu aux interprétations les plus folles. Aujourd'hui, il existe ce que le New York Times a appelé les "Shinologists", ces fans qui ont élaboré des théories plus ou moins farfelues et tentent depuis plusieurs décennies de décrypter les messages soi-disant cachés par Kubrick dans son film. Cette nébuleuse a d'ailleurs donné lieu à un documentaire acclamé par la critique à sa sortie en 2012, Room 237

À lire aussi
"2001 : l'odyssée de l'espace" est un film de Stanley Kubrick À la télé ce soir
Programme TV : ce soir, "2001: l'odyssée de l'espace" et "L'Amour est dans le pré"

La première de ces scènes inoubliables est le long plan séquence qui suit Danny, le fils de Jack et Wendy, parcourant les couloirs de l’hôtel Overlook au volant de son tricycle. Outre la moquette géométrique multicolore et la beauté technique de cette séquence, c'est aussi le moment où l'enfant passe devant la fameuse chambre 237, dont on lui a interdit l'accès, et rencontre les jumelles terrifiantes, assassinées par leur père, qui était gardien de l’hôtel avant Jack. Danny finira évidemment par entrer dans cette chambre interdite, et y fera une nouvelle mauvaise rencontre, poussant son père à visiter la chambre à son tour. C'est dans la salle de bain que Jack rencontrera lui aussi l'occupante de la chambre, ou plutôt ce qu'il en reste.

Danny sur son tricycle et Jack avec sa batte de base-ball

La puissance du film tient aussi dans plusieurs scènes qui représentent les visions de Danny. N'oublions pas que le film - et le livre avant lui - tirent leur nom du "pouvoir" détenu par le garçon : le "shining", c'est sa capacité à voir des choses invisibles pour tout le monde. L'une de ces visions est l'un des moments les plus choquants du film, visuellement, quand une rivière de sang se forme soudain et dégouline de l'ascenseur. Mais Danny a aussi un ami imaginaire, Tony, qui parle avec une petite voix aiguë et glaçante. Des années après avoir vu le film, on se souvient encore de son moment de transe, quand, un couteau à la main, il trace au rouge à lèvres le mot "meurtre" à l'envers sur une porte en s'écriant "redruuuum". 

Plusieurs autres scènes clé du film tournent autour de la folie de Jack, qui s'installe progressivement. Wendy, sa femme, en prend pleinement conscience quand elle tombe sur le manuscrit du "livre" qu'il est censé écrire. Jack passe en fait ses journées à écrire la même phrase, inlassablement : "All work and no play makes Jack a dull boy", qu'on peut traduire par "le travail et le manque de jeu abrutissent Jack".

Découvrant qu'elle a percé ce secret à jour, Jack attaque sa femme, armé d'une batte de base-ball, lors d'un affrontement on ne peut plus angoissant. Il lâche cette phrase, restée dans les mémoires : "Wendy, donne-moi la batte (...) Je ne te ferai pas de mal, je vais juste t'exploser la cervelle". Quant à la dernière scène culte, c'est elle qui a servi pour l'affiche du film : Jack défonce la porte de la salle de bain où est enfermée Wendy à coup de hache, en citant des tirades du loup, dans les Trois petits cochons, lorsqu'il détruit leurs maisons.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Stanley Kubrick Cinéma Vidéo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7779902809
VIDÉOS - Les 7 scènes inoubliables de "Shining", le film culte de Stanley Kubrick
VIDÉOS - Les 7 scènes inoubliables de "Shining", le film culte de Stanley Kubrick
Adapté du roman de Stephen King, "Shining" est sorti en France le 16 octobre 1980, il y a bientôt trente-cinq ans. Il est aujourd'hui encore l'un des films d'horreur les plus effrayants.
https://www.rtl.fr/culture/cine-series/videos-les-7-scenes-inoubliables-de-shining-le-film-culte-de-stanley-kubrick-7779902809
2015-10-01 18:15:56
https://cdn-media.rtl.fr/cache/ZyyEK6jBuqJi4HsMSmXVMA/330v220-2/online/image/2015/1001/7779911069_les-8-meilleures-scenes-de-shining-le-film-culte-de-kubrick.jpg