2 min de lecture Littérature

"Une superproduction de Kim Jong-il", un scénario incroyable

REPLAY - "Une superproduction de Kim Jong-il" retrace une saga incroyable : l'enlèvement, en 1978 par la Corée du Nord, des deux plus grandes stars du cinéma sud-coréen.

Laissez-vous tenter Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
L'entretien intégral avec Paul Fischer, l'auteur d'"Une superproduction de Kim Jong-il" Crédit Image : MYCHELE DANIAU / AFP | Crédit Média : Bernard Lehut | Durée : | Date :
La page de l'émission
Bernard Lehut
Bernard Lehut et Martin Cadoret

Une superproduction de Kim Jong-il est un document exceptionnel signé d'un jeune producteur américain Paul Fischer. Il raconte l'enlèvement par la Corée du Nord des deux grandes stars du cinéma sud-coréen pour les contraindre à travailler à la gloire du pays le plus totalitaire de la planète. Un scénario complètement fou imaginé par Kim Jong-il, le fils du leader de la Révolution, Kim Il-sung. Son père lui a confié la propagande du régime. On découvre un Kim Jong-il passionné de cinéma, visionnant des milliers de films venus d'Occident dont les James Bond qui l'obsèdent.

Envoyé au goulag

En 1978, il fait kidnapper la plus célèbre actrice sud-coréenne, Choi, puis son mari, Shin, le Spielberg sud-coréen, mais le scénario dérape. "L'erreur que Shin a fait, c'est qu'il a essayé de s'échapper", explique Paul Fischer. Le cinéaste a volé une voiture, objet rare en Corée du Nord, ce qui a facilité la tâche de ses poursuivants pour le repérer.

Par la suite, Shin est envoyé au goulag 5 ans avant que Kim Jong-il ne le fasse sortir et mette en scène des retrouvailles grandioses avec son épouse. Le couple qui n'a plus d'autre choix que de collaborer. Ils tournent 7 films à la gloire du régime jusqu'au faux-pas de Kim Jong-il. Ses protégés, entre guillemets, sont envoyés promouvoir le cinéma nord-coréen dans un festival à Vienne, ils échappent à leurs gardes et se réfugient à l'ambassade américaine, la fin de 8 ans de cauchemar.

Tableau fascinant de l'intimité du pouvoir nord-coréen

Un scénario magistralement raconté par Paul Fischer qui nous propose aussi un tableau fascinant de l'intimité du pouvoir nord-coréen, un monde entre Kafka, Caligula et le roi Ubu où l'alcool coule à flots. 
30 ans après le dénouement de cet incroyable enlèvement, M. Shin est mort tout comme Kim Jong-il. Mme Choi, elle, vit recluse à Séoul où Paul Fischer a rencontré la vieille dame désormais octogénaire qui lui a confié avoir pardonné au tyran cinéphile et fou qui lui a volé 8 ans de sa vie. "En même temps on peut voir dans son visage et dans sa voix qu'elle essaie de croire à ses mots mais qu'elle n'y croit pas complètement", témoigne l'auteur. Empressez-vous d'ouvrir Une superproduction de Kim Jong-il et de tourner les pages du récit hallucinant de Paul Fischer, publié chez Flammarion.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Littérature Corée du Nord Corée du Sud
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants