3 min de lecture Séries

"The Deuce" : 3 raisons de découvrir la série sur le porno avec James Franco

La nouvelle série de HBO sur l'essor de l'industrie du porno sort le 10 septembre avant d'être diffusée en France sur OCS.

James Franco dans "The Deuce"
James Franco dans "The Deuce" Crédit : HBO
Manon Bricard
Manon Bricard
Journaliste

Drogue, mafia, prostitution. Voilà le triptyque The Deuce, la nouvelle série HBO signée David Simon, qui était déjà aux commandes de la fiction culte The Wire. Avec des répliques tranchantes et une atmosphère rétro, le spectateur plonge dans le New York des années 1970 au moment où le porno va connaître son essor. 

Proxénètes, trafiquants de drogues, parieurs, prostitués, tenanciers de bars malfamés, tout ce petit monde se croise dans les rues malfamées de la Grande Pomme, alors que circulent sous le manteau des films pornographiques de piètre qualité. Mais une révolution est en marche et l'industrie du porno va connaître un grand boom. Dans le bar des frères Martino, se côtoient des proxénètes, des prostituées, des flics ou des malfrats, qui gravitent autour de cette industrie en plein essor. Au casting, on retrouve des actrices et acteurs brillants, comme Maggie Gyllenhaal ou James Franco.

Diffusé à partir du 10 septembre sur la chaîne américaine HBO, The Deuce fait partie des nouveautés de la rentrée les plus attendues sur le petit écran. Le premier épisode de cette série sombre et réaliste a déjà été diffusé par OCS, qui proposera chaque semaine à partir du 11 septembre chacun des huit épisodes à destination du public français.

>
The Deuce: Official Trailer (HBO)

1. Une plongée dans les bas fonds de New York

Des ruelles sombres, des flics pourris, des chambres d'hôtels crasseuses... The Deuce ne cherche ni à être tendre, ni à faire des concessions. La série peint ainsi un portrait dur et ultra-réaliste d'une époque où les mœurs se libèrent et de ces quartiers où la délinquance et la mafia font la loi, et pas en douceur. Le créateur David Simon se fait d'ailleurs un point d'honneur à fournir dans ses œuvres le plus de réalisme possible en se concentrant sur divers témoignages, offrant par la même occasion un portrait de la société américaine : c'est ce qui fait la signature de The Wire et qui caractérise également The Deuce.

Le bar de Vincent Martino dans "The Deuce"
Le bar de Vincent Martino dans "The Deuce" Crédit : HBO
À lire aussi
Les films et séries nommés pour les Golden Globes 2020 séries
Golden Globes 2020 : la liste complète des nominations, catégorie par catégorie

Le titre "The Deuce" n'est d'ailleurs pas choisi au hasard : il désigne ainsi Forty-Deuce, le surnom donné un quartier bien particulier de la ville où pullulaient il y a quelques années les cinémas projetant des films pornographiques. Si les premiers épisodes évoquent les balbutiements de cette industrie naissante, le sujet est suffisamment riche pour offrir des suites et intriguer le spectateur pendant plusieurs saisons.

2. James Franco se dédouble

Le casting de la série a de quoi faire saliver les passionnés de cinéma et de séries. Rien que le duo aux commandes, David Simon et George Pelecanos (auteur américain de romans noirs), est un gage de réussite pour les sériephiles les plus avertis. De nombreux acteurs gravitent au cœur de l'intrigue, dont Maggie Gyllenhaal, très convaincante dans le rôle de Candy, une prostituée en quête de liberté.

C'est pourtant James Franco qui risque d'étonner le public : il incarne deux personnages qui partagent le même visage, mais aux personnalités opposées. Après Tom Hardy dans Legend, il rejoint donc la liste d'acteurs incarnant des frères jumeaux ayant véritablement existé. L'un, Vincent "Vinnie" Martino, est un barman calme et discret, père de famille, se tuant au boulot pour joindre les deux bouts. L'autre, Frankie Martino, est un petit malfrat accro aux paris qui baigne dans des sales coups. Il n'en fallait pas plus pour que James Franco dévoile l'étendue de son talent.

James Franco, dans "The Deuce"
James Franco, dans "The Deuce" Crédit : Capture d'écran YouTube

3. Une peinture réaliste des années 70

Au-delà de l'aspect purement narratif, The Deuce est une série qui se regarde et se savoure. Rien que le premier épisode, qui prend le temps de présenter ses (nombreux) personnages, en impose dans la reconstitution clinquante et très réaliste des seventies, avec ses néons, ses Cadillacs et ses coupes de cheveux rétro.

The Deuce, c'est aussi un décor glauque et une ambiance poisseuse qui réussit à fasciner grâce à une mise en scène maîtrisée. Si le premier épisode réussit déjà à convaincre, il faut désormais patienter jusqu'à la sortie des prochains épisodes pour être définitivement conquis.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Séries James Franco HBO
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants