1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. "Rogue One : A Star Wars Story" : un film haletant qui éclaire la saga originelle
3 min de lecture

"Rogue One : A Star Wars Story" : un film haletant qui éclaire la saga originelle

NOUS L'AVONS VU - Le premier spin-off de la galaxie "Star Wars" est un film de guerre très réussi, mais qui ne comblera pas toutes les attentes du public. Garantie sans spoilers.

Les héros de "Rogue One" avec Jyn Erso en tête
Les héros de "Rogue One" avec Jyn Erso en tête
Crédit : LucasFilm/Disney
Capucine Trollion
Capucine Trollion

Des mois que l'on attendait Rogue One. Le premier spin-off de la saga Star Wars dévoile comment une troupe de rebelles menée par Jyn Erso s'est emparée des plans de l'Étoile Noire. Plans qui ont permis à Luke Skywalker dans Un nouvel Espoir de détruire l'arme de l'Empire. Le ton a été donné dans les innombrables bandes-annonces et teasers : il faudra s'attendre à un film de guerre. Le réalisateur, Gareth Edwards, n'a pas chômé sur ce point-là avec des images spectaculaires, des batailles intergalactiques dantesques. Parmi les plus impressionnantes jamais vues au cinéma. 

Depuis des mois Disney et LucasFilm expliquent que Rogue One se détache de tout ce qu'on a pu voir précédemment. Il n'a pas de générique déroulant, ni les présences fortes de Leia, Luke Skywalker et des Jedi. Logique, dira-t-on puisque le film se déroule avant Un nouvel espoir (épisode 4), donc avant la rencontre des héritiers Skywalker, Han Solo et les Chevaliers de la Force. Il n'empêche que Rogue One se trouve quand même entre deux univers et que la séparation (pourtant accentuée par Gareth Edwards dans des interviews) entre le film et la saga originelle n'est pas si évidente. C'est ce qui risque de perdre un peu les spectateurs, même si Rogue One poursuit le renouveau de la saga avec un film bien plus sombre que l'épisode 3.

Une histoire inédite de la grande histoire "Star Wars"

Rogue One tient quand même sa promesse numéro 1 : celle d'un film de guerre galactique aussi bien dans l'espace qu'au sol. Des scènes magistrales, où la 3D est indispensable pour en prendre deux fois plus plein la vue. On rentre assez vite dans l'histoire, même si on regrette le générique iconique, et le reste du film se poursuit presque sans accrocs. Seulement, Gareth Edwards n'a finalement pas poussé à fond le côté innovant du spin-off. On s'attendait à découvrir essentiellement des nouveaux personnages : une héroïne forte, qui n'est pas issue d'une lignée de Jedi, Jyn Erso, dont le père n'est autre que le concepteur de l'Étoile Noire, Galen Erso (campé par Mads Mikkelsen), celui à qui l'on doit cette arme destructrice, mais pas vraiment par choix. 

Jyn Erso n'est pas seule dans sa mission suicide, à savoir récupérer les plans de l'Étoile Noire sur la planète Scarif (base de l'Empire) : elle est accompagnée par 4 autres Rebelles aux personnalités différentes (mention spéciale pour le duo Baze Malbus-Chirrut Imwe). Tout ce petit monde va devoir faire face à la méfiance de l'Alliance Rebelle, mais aussi au pouvoir destructeur de l'Empire. Une vision inédite de la grande histoire de la Guerre des Étoiles, juste avant tous les films que l'on connaît. Cela fonctionne, mais l'épisode 4 est aussi très présent. 

... avec de nombreux éléments liés à l'épisode 4

À lire aussi

On le savait depuis les bandes-annonces : Rogue One allait permettre à Dark Vador, Bail Organa (le père adoptif de Leia), Mon Mothma (leader de la Rébellion) et Grand Moff Tarkin de faire leur grand retour à l'écr