2 min de lecture Cinéma

"Snowden" : un film peut-il aider le lanceur d'alerte à rentrer aux États-Unis ?

Hollywood va-t-il permettre à l'informaticien, qui a révélé le système d'écoute de la NSA, à retourner dans son pays ?

Rémi Sulmont RTL vous en parle déjà Rémi Sulmont
>
"Snowden" : un film peut-il aider le lanceur d'alerte à rentrer aux États-Unis ? Crédit Image : AFP / MANDEL NGAN | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Rémi Sulmont
Rémi Sulmont et Loïc Farge

Le 1er novembre au cinéma sortira Snowden, un film d’Olivier Stone, qui voit dans le lanceur d'alerte un nouveau héros des temps modernes. Edward Snowden était déjà l’acteur d’un roman d’espionnage de John Le Carré qu’on a vécu en direct. Souvenez-vous, en 2013, les révélations qui ont fait trembler l’Amérique. Obama poussé aux aveux sur le système de renseignements tentaculaire, des incidents diplomatiques en cascade sur les écoutes de Merkel ou de Hollande, et l’exil (improbable) d’un défenseur des libertés qui atterrit chez... Poutine. Trois ans après, le réalisateur américain Oliver Stone, patriote et fan de conspirations d’État, s’emploie à donner à Snowden une stature historique et à l’inscrire dans la longue lutte pour les libertés.

Une locomotive hollywoodienne pour expliquer le combat du lanceur d’alerte. Les organisations de défense des droits de l'Homme, qui défendent Snowden, ne pouvaient pas rêver mieux. Elles profitent donc du film pour faire appel à Barack Obama. Il faut se dépêcher, car ce dernier aura bientôt un successeur. Nicolas Krameyer, d’Amnesty International, organisation partenaire du film, pense qu’il y a aujourd'hui une fenêtre d’opportunité unique avant qu'Obama ne quitte la Maison Blanche en janvier prochain.

Un geste de clémence d'Obama ?

"On demande tout simplement à Obama d'être du bon côté de l'Histoire. Il s'agit de savoir s'il restera comme le président qui a poursuivi et emprisonné le plus de lanceurs d'alerte de l'Histoire américaine", selon Nicolas Krameyer. "L'administration américaine, progressivement, a reconnu que les questions d'Edward Snowden avaient provoqué une réaction saine en matière de débat public. Il n'y a d'autre choix aujourd'hui que la grâce présidentielle", estime-t-il.

Très honnêtement, il y a peu de chance que le président Obama fasse un geste de clémence envers Edward Snowden. Ce film ne permettra pas à l’ex-consultant de la NSA d’être gracié. Mais le biopic, qui érige Snowden en porte-voix de nos angoisses technologiques, peut consolider sa notoriété.

Sa notorié le met à l'abri de Washington et de Moscou

À lire aussi
L'actrice Eva Green, en septembre 2019 roman polanski
Polanski accusé de viol : "C'est à la justice de trancher", déclare Eva Green sur RTL

Cette notoriété aujourd'hui le met à l’abri. À la fois des Américains et des Russes. Washington n’est pas vraiment pressé d’organiser un procès pour espionnage forcément à très grand spectacle. Ce serait une tribune rêvée pour refaire le procès de la surveillance. Et puis condamner à vie un homme considéré comme un héros par une partie de l’opinion internationale abîmerait l’image des États-Unis.

Cette notoriété protège aussi Snowden en Russie. Le lanceur d’alerte exilé, par défaut en Russie, ne se prive pas de critiquer dans ses vidéo-conférences et sur Twitter les violations des droits humains sous Poutine. Beaucoup de Russes sont aux arrêts pour beaucoup moins que ça. Mais Poutine ne bouge pas, car il ne pourrait plus se vanter d’abriter un défenseur des libertés. Le seul danger pour Snowden, c’est d’être livré par la Russie aux Américains. De servir, un jour, de monnaie d’échange. Sa médiatisation et le film d’Oliver Stone l’aident à éloigner cette perspective.

>
Le bande annonce du film "Snowden" d'Oliver Stone
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Affaire Snowden
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants