1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. "Moonwalkers", "Zoolander 2" et "Éperdument" parmi les sorties cinéma de la semaine
3 min de lecture

"Moonwalkers", "Zoolander 2" et "Éperdument" parmi les sorties cinéma de la semaine

REPLAY - Ce mercredi 2 mars, découvrez dans les salles "Moonwalkers" avec Rupert Grint et "Éperdument" avec Adèle Exarchopoulos et Guillaume Gallienne.

"Moonwalkers" avec Rupper Grint sort le 2 mars
"Moonwalkers" avec Rupper Grint sort le 2 mars
Crédit : Mars Distribution
"Moonwalkers", "Zoolander 2" et "Éperdument" parmi les sorties cinéma de la semaine
06:27
Stéphane Boudsocq & Capucine Trollion

Ce mercredi 2 mars dans les salles obscures, découvrez Moonwalkers d'Antoine Bardou-Jacquet avec Rupert Grint, l'acteur de la saga Harry Potter. Il jouait Ron, le meilleur ami du célèbre sorcier. Parmi les blockbusters : La chute de Londres avec Gerard Butler et Morgan Freeman. Totalement improbable avec des scènes d'action aussi ridicules que bluffantes. Enfin, le second épisode de Zoolander avec Ben Stiller, Owen Wilson et Penélope Cruz. Sans oublier Éperdument, la passion interdite entre Guillaume Gallienne et Adèle Exarchopoulos.

Rupert Grint est à l'affiche de Moonwalkers, un film anglais réalisé par le Français Antoine Bardou-Jacquet. Il imagine qu'en 1969, la CIA a décidé de confier une grosse somme d'argent à l'un de ses agents pour convaincre Stanley Kubrick de tourner un faux alunissage mission Apollo 11, au cas où Neil Amstrong et ses collègues n'arrivent pas à atteindre la Lune. Mais l'agent va se tromper d'interlocuteur et confier le magot à un manager loser d'un groupe rock londonien de la des Sixties. Le tout va tourner en joyeux bullshit à grand coup de mafieux et de drogues. Un film réjouissant, porté par casting bien barré, dans lequel Rupert Grint évolue comme un poisson dans l'eau, ou plutôt de Guinness.

"La chute de Londres" de Babak Najafi

La chute de Londres est un gros bazar, totalement improbable. Tous les grands chefs d'État sont réunis à Londres et ils vont se faire décimer par des terroristes. Devinez qui arrive s'échapper : le Président américain (Aaron Eckhart) avec son garde du corps (Gerard Butler). Et à eux deux, ils vont tenter d'échapper aux méchants qui veulent récupérer le locataire Maison Blanche... Totalement improbable avec des scènes d'action où le bluffant rivalise avec le ridicule, mais dans le genre "On va tout faire péter", plutôt efficace.

Dans les salles, le second épisode de Zoolander avec Ben Stiller et Owen Wilson. La suite aventures des grands couturiers retirés des podiums, qui vont y revenir pour déjouer un complot (encore un). Une plongée chez les "beautiful people" et la "planète fashion". Ce n'est pas souvent drôle, la caricature est très grossière et vraiment fatigante.

"Éperdument" de Pierre Godeau

À lire aussi

Éperdument de Pierre Godeau avec Guillaume Gallienne et Adèle Exarchopoulos, est une histoire d'amour derrière barreaux, entre une jeune détenue et un directeur de prison.. Le film est tiré d'une histoire vraie, surtout l'occasion de filmer une dépendance passionnelle au risque tout perdre, de sa liberté à ses proches. Le film repose sur ses deux comédiens principaux formidables.

On peut aussi redécouvrir Fatima, le film qui a reçu le César du meilleur film. Il ressort ce mercredi dans 93 salles. Un coup de cœur aussi pour un documentaire signé Jean-Luc Léon : Un vrai faussaire. Le film est consacré à un génie des faux tableaux : Guy Ribes, qui a passé une partie de sa vie à imiter le style des grands peintres pour réaliser non pas copies mais des toiles "à la façon de". Un talent remarqué par des marchands, galeristes. Un stratagème qui a fait sa fortune avant de le voir condamner à 3 ans de prison.

"Saint Amour" de Gustave Kervern et Benoît Delepine

Dans Saint Amour, Gustave Kervern et Benoît Delepine entraînent Gérard Depardieu, Benoit Poelvoorde, Vincent Lacoste, Céline Salette, Michel Houellebecq et Chiara Mastroianni dans un périple où il est question de filiation ou de rapports hommes-femmes. Le tout copieusement arrosé de spécialités viticoles de notre beau pays. Une virée très inégale qui se veut une ode libre et rebelle, mais qui reste prisonnière de son style maniéré, faussement bordélique.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/