1 min de lecture Cinéma

Martin Scorsese, le réalisateur qui pensait devenir prêtre

PORTRAIT - Le cinéaste américain est à l'honneur au 71e Festival de Cannes. Celui qui a réalisé "Taxi Driver", "Les Affranchis", et tant de classiques, a reçu, ce mercredi 9 mai, un Carrosse d'or pour l'ensemble de sa carrière.

fallait l'inviter- Fallait l'inviter Isabelle Choquet iTunes RSS
>
Martin Scorsese, le réalisateur qui pensait devenir prêtre Crédit Image : Alberto PIZZOLI / AFP | Crédit Média : Bénédicte Tassart | Durée : | Date : La page de l'émission
245 _TASSART
Bénédicte Tassart
Journaliste RTL

Il ne mesure qu'1,63 mètre, mais Martin Scorsese compense sa petite taille par un débit à la mitraillette et un charisme incroyable. Un réalisateur américain possède une incroyable filmographie, de 1967 à aujourd'hui, marquée par une obsession : la rédemption, le bien et le mal, le doute et la grâce.

Né de parents catholiques d'origine sicilienne en 1942, le petit Martin est un enfant fragile. Asthmatique, il ne pouvait pas jouer au football avec les autres gamins de son quartier new-yorkais de Little Italy. Alors ses parents l'emmènent au cinéma où il découvre les films de John Ford, d'Alfred Hitchcock et de son idole, le réalisateur britannique Michael Powell. "Mes connexions émotionnelles sont nées au cinéma", analyse-t-il.

Un court séjour au séminaire

À 14 ans, il décide de devenir prêtre, mais ses débuts au séminaire tournent court, comme il l'expliquait au micro de RTL en novembre 2016. Le cinéma devient son refuge et il est vite repéré par Francis Ford Coppola qui lui ouvre les portes des majors.

Mais Martin Scorsese s'identifie aussi à ses acteurs. Ses alter ego : Harvey Keitel dans Mean Streets en 1973, son deuxième long-métrage déjà présenté à Cannes, Robert De Niro, puis Leonardo DiCaprio. C'est grâce à eux qu'il fait passer ses images de violence, de cupidité sur les excès de l'Amérique. Bien au-delà de l'image du mafieux ou du gangster.

Palme d'Or et dépression

À lire aussi
Daisy Ridley sur le tournage de "L'Ascension de Skywalker" Star Wars
"Star Wars 9" : où se situe le film dans la chronologie de la saga ?

Martin Scorsese le reconnaît, la Palme d'Or pour Taxi Driver en 1976 lui a fait péter les plombs. Il boit la tasse : drogue, dépression, départ en Italie. Robert de Niro va alors le chercher pour le remettre derrière une caméra pour Raging Bull.

Son film le plus personnel : La Dernière Tentation du Christ, qui a provoqué l'ire des associations traditionalistes. Martin Scorsese qui a quand même dû attendre ses 64 ans pour obtenir son premier Oscar de la mise en scène pour Les Infiltrés, son plus grand succès au box-office également.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma Martin Scorsese Portrait
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants