2 min de lecture Cinéma

Le tragique destin de Gabrielle Russier

À LA CROISÉE DES DESTINS - C'est la rencontre d'une professeur divorcée et d'un adolescent de 15 ans son cadet. Une romance qui tourne au scandale.

Jean-Alphonse Richard A la croisée des destins Jean-Alphonse Richard
>
Le tragique destin de Gabrielle Russier Crédit Média : Jean-Alphonse Richard | Durée : | Date : La page de l'émission
Jean-Alphonse Richard
Jean-Alphonse Richard Journaliste RTL

Ma première est une agrégée de lettres de 31 ans. Son visage et son histoire vont bouleverser la France. Mon deuxième est un adolescent de 16 ans. Une passion impossible. 

La croisée interdite des destins de Gabrielle Russier et de Christian s'est faite dans une salle de classe du lycée Saint-Exupéry à Marseille, puis dans les manifs de cette fin d'année scolaire 1968. Le temps est aux révolutions et aux changements.

En amour aussi, pour cette prof divorcée qui élève seule ses deux enfants. Même si cet amour, avec un élève de seconde, grand, brun et barbu, est en dehors des normes et des lois. Une attraction inavouable comme elle l'écrira plus tard. Qu'importe le vertige...

Des vacances clandestines en Italie pour la prof et son élève. Et au retour, Christian qui décide de tout raconter à son père, professeur lui aussi. La romance tourne au scandale. Le rectorat, la police, la justice sont alertés. L'affaire Russier va enflammer le pays tout entier. Et mal se terminer...Très mal.

À lire aussi
À la croisée des destins
Elizabeth Taylor et Richard Burton, l'amour à la folie

"La bise est un petit vent chaud, elle lutte contre la tempête, elle gagnera", écrit encore Gabrielle Russier dans une lettre. Sauf que la jeune femme amoureuse est en train de perdre. Christian a fugué, introuvable.

La bise est un petit vent chaud, elle lutte contre la tempête, elle gagnera.

Gabrielle Russier
Partager la citation

Elle est placée en prison cinq semaines avant son procès à huis clos qui fait les gros titres. Condamnée à un an pour détournement de mineur. Et ce désespoir qui submerge la petite prof aux cheveux courts. Deux mois après, elle se suicide. 

C'est une vague d'émotion, d'incompréhension, d'indignation aussi, qui secoue le pays. Le président Georges Pompidou salue Gabrielle Russier, et ce scandale qui aurait dû rester une histoire d'amour devient un film. L'année suivante, André Cayatte tourne l'histoire de Gabrielle et Christian.

Annie Girardot est à l'affiche de Mourir d'Aimer. Le film est un succès. "On s'aimait, on l'a mise en prison, elle s'est tuée. C'est simple. La passion, ce n'est pas lucide", dira Christian quelques années plus tard, sans parvenir à effacer le visage de la petite prof de français. 

On s'aimait, on l'a mise en prison, elle s'est tuée. C'est simple. La passion, ce n'est pas lucide

Christian
Partager la citation
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma À la croisée des destins
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants