1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. Le solitaire Jean-Luc Godard a tout appris à sa muse Anna Karina
2 min de lecture

Le solitaire Jean-Luc Godard a tout appris à sa muse Anna Karina

REPLAY - Repérée par le réalisateur suisse, qu'elle épouse en 1960, la petite Danoise refusera le rôle féminin de "À bout de souffle". Elle n'en deviendra pas moins une égérie de la Nouvelle Vague.

Jean-Luc Godard et Ana Karina à l'aéroport de Marrakech, en 1963
Jean-Luc Godard et Ana Karina à l'aéroport de Marrakech, en 1963
Crédit : AFP / STR
Le solitaire Jean-Luc Godard a tout appris à sa muse Anna Karina
04:01
Jean-Alphonse Richard

Le Suisse fait un peu de critique de films et tourne des courts métrages. Après lui, le cinéma ne sera plus jamais le même. Toute jeune, la Danoise ne parle que trois mots de français. Elle va devenir aussi célèbre que la petite sirène de Copenhague. La croisée des destins de Jean-Luc Godard et Anna Karina s'est faite autour d'une publicité pour les savons Palmolive. Il tombe en arrêt devant le mannequin.

Elle a 17 ans. Elle vient de débarquer du Danemark. Il la retrouve et lui propose un tout petit rôle, dévêtu, dans son premier long métrage qu'il bricole tant bien que mal. Elle refuse. Le film s'appelle À Bout de Souffle. Anna Karina - son nom de mannequin que lui a donné Coco Chanel - n'y figure pas.

Six mois après, Godard la rappelle pour un nouveau rôle. I'invite au Café de la Paix et la séduit. C'est le début d'une parenthèse enchantée entre le metteur en scène et sa muse. La Nouvelle Vague va les porter au plus haut durant trois ans. Une éternité.

Le Petit Soldat, Une Femme est une Femme, Vivre sa vie. Anna Karina vit et tourne avec Godard, ce réalisateur qui n'aimerait pourtant pas les femmes. Godard, solitaire, secret, peu présent. Mais il lui a tout appris : parler français, jouer, briller.

À lire aussi

La petite Danoise n'a rien de Bardot, mais elle est tellement moderne qu'elle devient elle aussi une idole des sixties. Elle l'aime. Mais avec Godard, la vie à deux dure le temps d'un éclair. Trois ans ensemble, trois petits films encore, puis le divorce. Son cinéma ne sera plus tout à fait le même.

L'égérie de la Nouvelle Vague va chanter pour Gainsbourg qui lui écrit une comédie musicale qui porte son prénom.

Anna Karina et Jean-Luc Godard emprunteront désormais des chemins parallèles. Des routes sur lesquelles on ne se croise pas, mais où on finit toujours par se retrouver.

(Chronique mise en ondes par Grégory Caranoni)

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/