4 min de lecture Karin Viard

Karin Viard : "Le politiquement correct ne m'intéresse pas tellement"

REPLAY / INVITÉE RTL - Karin Viard est à l'affiche de la comédie "Le grand partage" d'Alexandra Leclère, en salles le 23 décembre.

Laissez-vous tenter Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
Karin Viard dans Laissez-Vous Tenter : "Le politiquement correct ne m'intéresse pas tellement" Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
stephane-boudsocq
Stéphane Boudsocq et Morgane Giuliani

Dans Le grand partage, Alexandra Leclère fait rentrer les catégories sociales en collusion. La réalisatrice a imaginé une société où une loi oblige les propriétaires de grands appartements à accueillir au moins une personne en situation défavorisée chez eux. C'est le cas du personnage de Karin Viard, bourgeoise du 16e arrondissement aux idées étriquées. Le film est en salles le 23 décembre.

De l'humour "qui gratte"

"C'est le talent d'Alexandra : avoir des sujets qui toujours grattent, mais qui correspondent à quelque chose, estime Karin Viard dans Laissez-Vous Tenter. Elle est sociologique. Elle a écrit ce film il y a 7 ans, mais il a un écho avec l'actualité. Mais il est tellement burlesque que ça échappe au sujet politique et social. Mais sous la blague, il y a un message qui est envoyé."

Le politiquement correct ne m'intéresse pas tellement

Karin Viard
Partager la citation

"C'est un registre qui me plaît comme d'autres, poursuit Karin Viard. Le politiquement correct ne m'intéresse pas tellement. J'aime bien quand ça gratte, parce que je trouve que le rire naît de ça. Ce qui me fait rire, c'est la veulerie, la méchanceté, quand quelqu'un dit quelque chose qu'il n'oserait pas dire normalement. Le film regorge de ce genre de choses." 

Un casting en or

Karin Viard partage notamment l'affiche avec Didier Bourdon, qui joue son mari, et dont le personnage est tout aussi conservateur que le sien. Dans ce couple de cinéma, il n'y a guère plus d'amour, mais la bourgeoise jouée par Karin Viard s'accroche à son mariage.

Mon personnage est le dinosaure d'une catégorie sociale

Karin Viard
Partager la citation
À lire aussi
Karin Viard, Michel Blanc et Stéphane Bern Stéphane Bern
A La Bonne Heure avec Michel Blanc et Karin Viard

"Moi j'adore mon personnage. Elle est affreuse mais je l'aime infiniment, confie l'actrice sur RTL. Ce que j'aime, c'est que c'est quelqu'un qui résiste absolument. Sa mère, sa grand-mère ont été comme ça, elles ont été programmées pour servir l'homme, elles ne sortent pas du 16e ou 8e arrondissements. Le Bataclan, elle ne sait même pas ce que c'est. Cette vie montre qu'on ne peut plus compter sur le mariage pour être protégée, et elle s'y accroche. C'est le dinosaure d'une catégorie sociale.

Josiane Balasko est aussi à l'affiche du Grand partage. Elle incarne une concierge réactionnaire, qui voudrait pouvoir "choisir le pauvre" qu'elle accueillera chez elle. "La difficulté, c'est de libérer la parole et de ne pas dire n'importe quoi, estime Karin Viard. On est dans le domaine de la fiction. (Ces personnages, ndlr) sont évolutifs. Ils partent d'un certain point et à l'épreuve de la réalité, ils se transforment. Ils rencontrent de l'empathie, et finalement ils sont assez sauvés. On voit toutes les ambivalences qu'il peut y avoir."


"Josiane est une facho qui monte un réseaux pour choisir son pauvre, c'est quand même affreux !, souligne Karin Viard. Tous ces acteurs sont venus parce que les rôles sont vraiment savoureux à jouer. Et il n'y a pas d'ambiguïté sur le propos. Josiane, c'est une vraie militante de gauche. On n'est pas mal à l'aise. Évidemment, ce n'est pas ce qu'ils pensent. C'est une grande farce, une grande blague."
Cependant, Karin Viard ne se verrait pas dans la situation de son personnage. "Jamais je ne partagerais mon intimité avec quelqu'un, affirme l'actrice, qui a réfléchi à cette problématique en tournant dans ce film. Ce n'est pas la solution. Il faut organiser quelque chose pour que ces gens ne meurent pas de froid. Cette chose vertueuse au départ peut se révéler cauchemardesque. Il suffit de voir comment ça se passe quand on partage une maison de vacances avec des amis !" 

Changements de registre

Récemment, Karin Viard s'est illustrée en femme libérée dans 21 Nuits avec Pattie, des frères Larrieu, et dans Lolo de Julie Delpy. "Je deviens la chaudasse du cinéma français, plaisante l'actrice. Julie Delpy, j'aime beaucoup son cinéma, son audace, sa liberté. Les copines sont toujours un peu libérées quand elle est coincée. Pourquoi ne pas le faire ? Ça me fait rire. Les frères Larrieu, je les suis au bout du monde. Quand j'ai lu la partition, je rougissais dans mon lit. Le résultat est assez chouette, c'était difficile parce qu'il fallait rester appétissante, gourmande, joyeuse, avec un texte très écrit. Ce n'est que du travail. Et on ne voit rien, on ne voit pas un téton, ce n'est que dit.

Karin Viard sera en 2016 à l'affiche des Visiteurs 3 : la Terreur, dans lequel elle interprète une bourgeoise refusant de voir la fin de ses privilèges. "D'une certaine façon, ce n'est pas si éloigné d'une période un peu troublée qu'on vit en ce moment, estime Karin Viard. Les gens ne supportent pas de ne plus avoir leurs privilèges."

"C'était très bien écrit, très foisonneux, dit-elle à propos du scénario. Quand je suis arrivée sur le tournage, avec tous les décors et les figurants, je me suis rendue compte que je n'ai jamais fait ce cinéma. C'est filmé par Jean-Marie Poiré, qui est juste dingue, un ex-punk qui est punk tout le temps. Alors qu'on pourrait être accablé par le projet, il est extrêmement libre. J'ai adoré ça." Le film sortira le 6 avril 2016.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Karin Viard Laissez-vous tenter Interview
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants