1. Accueil
  2. Culture
  3. Ciné et séries
  4. "James Bond" : dans les coulisses du tournage de "Spectre" au Mexique
3 min de lecture

"James Bond" : dans les coulisses du tournage de "Spectre" au Mexique

REPLAY / EXCLU RTL - Le prochain épisode de l'agent 007 sera sur nos écrans en novembre prochain. RTL a pu se rendre sur le tournage à Mexico.

La place principale de Mexico a été transformée en décor de carnaval
La place principale de Mexico a été transformée en décor de carnaval
Crédit : RTL / Stéphane Boudsocq
"James Bond" : dans les coulisses du tournage de "Spectre" au Mexique
02:59
"Laissez-vous tenter" du 31 mars 2015
21:28
Laissez-vous tenter du 31 mars 2015
21:18
Stéphane Boudsocq & Loïc Farge

Imaginez la place de la Concorde locale, El Zocalo, totalement bloquée pendant une journée. Elle est le décor d'un carnaval reconstitué avec orchestre, danseurs, squelettes géants articulés, des dizaines de figurants et un hélicoptère rasant la foule avant de se poser.

Pour Daniel Craig, qui joue le rôle de James Bond une quatrième fois, c'est la scène d'ouverture la plus compliquée de toute la saga. "J'ai joué dans de gros films, mais c'est la scène la plus importante que j'ai tournée. Des milliers de figurants, habillés de de façon incroyable : je n'ai jamais rien vu de tel", confie l'acteur. "Imaginez, nous avons recréé le jour des morts en plein cœur de Mexico rien que pour la scène d'ouverture du film".

Daniel Craig répond aux rumeurs

À l'image de cette scène d'ouverture, Spectre sera le plus ambitieux des James Bond : budget estimé à 300 millions de dollars. Est-ce rentable à ce niveau ? Rassurez-vous : même s'il faut doubler cette somme en y ajoutant la promotion et la publicité, les résultats de Skyfall en 2012 ont de quoi donner le tournis, comme le célèbre Martini-Vodka de 007. Le film avait rapporté 1,5 milliard de dollars au final.

Les marques se battent pour placer leurs produits (voitures, montres, alcool). On estime à 100 millions de dollars le montant des contrats publicitaires sur Spectre. L'État mexicain, de son côté, a versé 20 millions de dollars pour accueillir le tournage. Daniel Craig répond aux rumeurs qui disent qu'en contrepartie de ces 20 millions de dollars, le film devra donner une bonne image d'un pays ravagé par la crise, la corruption et la violence.

Nous rapportons au mexique plus du double de ce que nous lui coûtons, rien qu'en terme d'emploi

Daniel Craig, interprète de 007
À lire aussi

"C'est assez simple. Nous bénéficions de la défiscalisation, c'est très avantageux. Mais c'est la même chose au Royaume-Uni, et c'est pour cela que nous pouvons y tourner. Croyez-moi, nous leur rapportons plus du double de ce que nous leur coûtons, rien qu'en terme d'emploi, explique-t-il. Je sais que l'on polémique autour de cela, mais au final ils seront largement gagnants".

Après Mexico, le tournage de Spectre va repartir vers Londres, puis Marrakech. Christoph Waltz, Léa Seydoux et Monica Bellucci font également partie de l’aventure. Clap de fin début juillet, sortie sur nos écrans le 11 novembre prochain.

007, l'être humain idéal

James Bond, cela fait plus de 50 ans que cela dure, du moins au cinéma. Comment expliquer une telle longévité pour ce héros inventé par l'écrivain Ian Flemming en 1953 ? Tout simplement parce Bond s'adapte aux époques qu'il traverse à l'écran. Il incarne une sorte de témoin des crises, des guerres et des périls qui nous menacent.

Les Soviétiques, les anciens nazis, les dictatures, les savants fous, les milliardaires mégalomanes, les génies malfaisants de la technologie : l'agent secret a tout affronté pour défendre l'orphelin et la veuve, tout en essayant au passage de la consoler !

Violent, charmeur, fort, blagueur, courageux, désintéressé : ce héros-là correspond à une sorte d'être humain idéal que nous ne serons jamais, mais en qui nous avons besoin de croire pour espérer en des lendemains meilleurs.

James Bond n'était pas seul sur le tournage

Léa Seydoux, joue un personnage essentiel : Madeleine, atout charme et psychologique de ce 24e James Bond. Une directrice de clinique embarquée malgré elle dans l'aventure. Après Robin des bois et Mission impossible, c'est sa 3e superproduction hollywoodienne. "James Bond, c'est une responsabilité en fait" explique la jeune actrice. "Est-ce que je vais être capable d'être à la hauteur ? C'est vrai que c'est un film sur lequel je me sens très à l'aise. C'est l'une des plus belles expériences que j'ai eu".

Évidemment, il y a aussi le méchant histoire : Oberhausser, milliardaire chef d'entreprise, patron du Spectre. C'est Christoph Waltz, (vu chez Tarantino dans Unglorious basterds et Django), qui tient le rôle très envié du vilain, ce qu'il considère lui comme performance quasi théâtrale. "Nous avons tous une définition différente du mal et de ce que c'est d'être un méchant. Pour ma part, je dirais que c'est comme si on jouait au 21éme siècle le répertoire des foires populaires du 19éme. Il n'y a plus d'ours dans des cages ou de Comedia del Arte, mais il y a les films de James Bond".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/