4 min de lecture Cinéma

"50 nuances plus claires" : fin idéale pour les fans et bijou comique pour les autres

NOUS L'AVONS VU - C'est le clap de fin pour la trilogie sado-maso qui raconte les aventures d'Anastasia Steele et du riche Christian Grey. Pour ce troisième volet, le réalisateur semble avoir embrassé le double niveau de lecture de ce plaisir coupable absolu.

Dakota Johnson et Jamie Dornan dans "50 nuances plus claires"
Dakota Johnson et Jamie Dornan dans "50 nuances plus claires" Crédit : Universal
AymericParthonnaud1
Aymeric Parthonnaud
Journaliste

L'intrigue de 50 nuances plus claires, le troisième et ultime volet de la trilogie tirée des romans érotiques de E. L James est parfaitement géniale. Romance anti-moderne qui n'arrive jamais à être érotique, thriller incongru... Le film est tellement "too much" qu'il en devient un divertissement total. 

Il faut dire que la saga a toujours joué habilement sur son statut de plaisir coupable. Les livres d'abord. Loin d'être innovants (les romans érotiques sont légion), les écrits d'E. L. James ont su capitaliser sur un lectorat post-Twilight qui désirait un phénomène littéraire de plus, une histoire d'amour intense avec le sel de scènes explicites plus osées que d'habitude. Le fond l'emporte sur la forme. On lit avec le plaisir de l'anticipation : quand le sexe va-t-il arriver ? Comment vais-je être choqué ? Quel conflit va fracturer le couple ? Et surtout : on en parle autour de soi.

Q'importe la qualité du texte ou des films, le succès est là. Les livres sont lus en retirant la couverture jugée honteuse ou sur liseuse pour une discrétion optimale. Les films sont vertement critiqués au grand jour mais sont regardés en masse via le streaming ou le téléchargement plus ou moins légal. Là est le paradoxe de 50 nuances. 

50 nuances plus claires est un représentant parfait de ce style. Un film efficace contre toute attente, capable de donner aux fans ce qu'ils veulent sans honte et de confier aux spectateurs sarcastiques de quoi se moquer pour des années. Une double lecture désormais assumée. 

À lire aussi
L'acteur Bruno Ganz à Venise en 2015 Cinéma
L'acteur suisse Bruno Ganz est décédé à 77 ans

Satisfaire tous les désirs

50 nuances plus claires semble être déterminé à offrir aux spectateurs ce qu'ils sont venus chercher. Si le film suit l'intrigue des romans, la version cinématographique offre aussi ses moments de plaisirs que seules les images sont capables de satisfaire. 

Le film s'ouvre sur le mariage de Christian et Anastasia. Les détails de la robe sublime portée par l'actrice Dakota Johnson, la montagne de roses blanches et le diamant gigantesque sur l'annulaire gauche de la mariée feront frémir celles et ceux qui rêvent d'un mariage princier. Les candidats de 4 mariages pour une lune de miel peuvent retourner s'habiller. 

Des candidates de "4 mariages pour une lune de miel"
Des candidates de "4 mariages pour une lune de miel" Crédit : TF1

Outre le diamant que l'on verra une quinzaine de fois en gros plan, la vie de luxe et d'oisiveté du couple fera soupirer d'envie le public. Pour peu que vous aimiez les voyages, les palaces, les voitures de sport, acheter des maisons cash sans passer par un prêt sur 30 ans ou sortir de votre travail à 16h pour partir en week-end romantique, vous serez jaloux.

En parlant de jalousie, nous devons naturellement pointer du doigt les corps parfaits de nos deux héros qui sont nus une grande partie du film pour flatter les rétines du public. Les amateurs de la peau sans pore et sans défaut de Dakota Johnson ou des muscles saillants de Jamie Dornan seront aux anges. Ce dernier est plus nu que jamais, enfin au même niveau que sa partenaire à l'écran. Les relations sexuelles sont d'ailleurs omniprésentes. Tellement nombreuses qu'elles ne réussissent jamais à créer érotisme ou excitation.

Il y a aussi : la lune de miel, les batailles de territoire avec des rivales et rivaux potentiels, des lectures de textos en secret, des engueulades de couple qui se terminent sur l'oreiller, des ex qui resurgissent, une grossesse, un danger tapi dans l'ombre... Chaque figure obligatoire du roman de gare le plus basique est là. Une telenovela à grand budget qui donne exactement ce que l'on attend d'elle : un mélodrame sans enjeu et parfaitement conservateur. 

Plus c'est gros, plus ça passe

C'est là où le génie pointe. Tout est si grossier et attendu que cette surenchère fait de 50 nuances plus claires un divertissement très efficace. Beaucoup de spectateurs et spectatrices font mine de ne pas apprécier l'intrigue alors que sa lecture au second degré en fait une excellente comédie

Une comédie plutôt involontaire dans le premier film mais qui est totalement embrassée dans le 3ème volet. Naturellement, les illusions sont conservées. L'ironie n’apparaît jamais pour briser la dramaturgie d'une scène. Les acteurs ne rient jamais d'une situation difficile. Mais tout de même... Lorsque Anastasia se fait menacer au couteau par son ancien boss pervers, elle échappe à la mort par la réaction brave de ses gardes du corps. Ses derniers recherchent un lien pour immobiliser l'assaillant au sol et Anastasia saute sur l'occasion pour expliquer que son couple dispose de toutes sortes d'entraves dans leur donjon sexuel. Une réponse qui fait hurler de rire la salle. On est à deux doigts de voir le grand méchant du film avec des menottes couvertes de fourrure rose... 

Lorsque Christian se lève la nuit, qu'il ouvre le frigo et qu'il ose répondre à Anastasia assise derrière lui qu'il "la cherchait", on ne peut qu'éclater de rire en ce demandant pourquoi il cherchait sa femme dans un réfrigérateur. Là est l'humour quasi-volontaire du film.

Une vraie-fausse prise de pouvoir

Il est aussi drôle involontairement, par ses nombreux défauts. Certaines scènes de sexe sont absurdes par nature. La scène de l'enlèvement final, avec à la clef rançon et course poursuite apparaît comme une folie scénaristique de plus. Le personnage de l'architecte tactile et l'arc narratif du frère de Christian qui va se marier est annoncé pour ne jamais réapparaître. Le film navigue très difficilement et se perd entre la comédie, la romance, le thriller et le film érotique.

Enfin, la vraie-fausse prise de pouvoir d'Anastasia alors qu'elle demeure l'objet de son mari (interdiction de voir ses amis, d'être topless, son banquier et son garde du corps qui préviennent son mari de tous ses faits et gestes...) est une gifle aux films d'héroïnes féministes qui reçoivent enfin la lumière qu'ils méritent aujourd'hui. En cela, 50 nuances plus claires ne fait plus vraiment rire, sinon jaune. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cinéma 50 Nuances de Grey
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792160853
"50 nuances plus claires" : fin idéale pour les fans et bijou comique pour les autres
"50 nuances plus claires" : fin idéale pour les fans et bijou comique pour les autres
NOUS L'AVONS VU - C'est le clap de fin pour la trilogie sado-maso qui raconte les aventures d'Anastasia Steele et du riche Christian Grey. Pour ce troisième volet, le réalisateur semble avoir embrassé le double niveau de lecture de ce plaisir coupable absolu.
https://www.rtl.fr/culture/cine-series/50-nuances-plus-claires-fin-ideale-pour-les-fans-et-bijou-comique-pour-les-autres-7792160853
2018-02-07 18:31:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Pg6viGiSD_yp0KSJO5PPeg/330v220-2/online/image/2018/0207/7792160905_dakota-johnson-et-jamie-dornan-dans-50-nuances-plus-claires.jpg