2 min de lecture Séries

"13 Reasons Why" : la série pousse les jeunes harcelés à l'école à témoigner sur Twitter

La série Netflix sur le harcèlement scolaire conduit de plus en plus de jeunes internautes à libérer leur parole et à raconter leur histoire sur les réseaux sociaux.

"13 Reasons Why" est une série originale Netflix, diffusée à partir de ce vendredi 31 mars
"13 Reasons Why" est une série originale Netflix, diffusée à partir de ce vendredi 31 mars Crédit : Netflix
Marie de Fournas

Mettre des mots sur le harcèlement. L'arrivée de 13 Reasons Why sur Netflix le 31 mars a fait grand bruit. La série inspirée du livre de Jay Asher et produite par Selena Gomez a tout de suite séduit un large public. Hannah s'est suicidée à l'âge de 17 ans. Dans une série de 13 cassettes destinée aux responsables, elle explique pourquoi.

La série pointe du doigt le sujet encore trop tabou du harcèlement scolaire. Celui que l'on ne voudrait attribuer qu'à un certain type de personnes. Mais non : Hannah est jolie, intelligente, appréciée et pourtant, elle a mis fin à ses jours. Quant à ses détracteurs, ils ne semblent pas tous avoir fait quelque chose de "grave" et pourtant, ensemble, ils ont conduit à sa mort.

En parler pour lutter contre le fléau

Cette façon d'aborder les choses semble avoir complètement libéré d'un poids, ceux qui ont été victimes ou sont toujours victimes de harcèlement à l'école. À tel point que certains ont décidé de dévoiler leur histoire au grand jour, pour lutter contre ce fléau scolaire. Sur Twitter, le compte français @13reasonwhyFRA reçoit régulièrement des témoignages que son utilisatrice publie sur la page en préservant l'anonymat des victimes. 

Une trentaine d'histoires (pour l'instant) postée entre des citations, des photos des acteurs ou des musiques de la série ou des messages de soutiens aux personnes victimes de harcèlement. Les témoignages démarrent presque tous de la même manière. "Quand on passait à côté de moi on me poussait", raconte une jeune fille. "Pendant mon année de seconde, quelqu'un d'autre au lycée a lancé une rumeur comme quoi j'avais couché avec quelqu'un", écrit une seconde. "Arrivée au collège, je me faisais insulter de 'chienne'", rapporte une autre.

À lire aussi
Otis (Asa Butterfield) et sa mère Jean (Gillian Anderson) dans "Sex Education" Netflix
"Sex Education" : 4 bonnes raisons de regarder cette pépite de Netflix


Une insulte, une rumeur, une bousculade : des incidents qui paraissent insignifiants pour certaines personnes, mais qui empirent avec le temps et finissent par dégénérer jusqu'à mettre parfois les victimes dans un état de dépression. "Il faut en parler, c'est important", écrit la détentrice du compte Twitter. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Séries Harcèlement École
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants