3 min de lecture Versailles

"Un président chez le Roi" nous emmène sur les traces du général de Gaulle à Versailles

Direction Versailles, non pas sur les traces du roi Soleil, mais sur celles du général de Gaulle. L'exposition qui a lieu au Grand Trianon s'intitule "Un président chez le Roi".

Laissez-vous tenter Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
"Un président chez le Roi" nous emmène sur les traces du général de Gaulle à Versailles Crédit Image : PATRICK KOVARIK / AFP | Crédit Média : Monique Younès | Durée : | Date : La page de l'émission
Monique Younès
Monique Younès Journaliste RTL

Un président chez le roi, c'est le titre de l'exposition qui a lieu au Grand Trianon, entièrement restauré et remeublé pour l'occasion. Une exposition qui nous emmène sur les traces du général de Gaulle chez Louis XIV. C'est dans le château que le général recevait ses hôtes étrangers. Il n'aimait pas l'Élysée qu'il considérait, dit-on, comme une cage à poules. Car le palais de l’Élysée a été offert par Louis XV à sa favorite, la marquise de Pompadour. Et vous connaissez les principes de l'ancien chef de l’État : une France libre, oui, mais pas la France libertine. Toujours est-il que le général de Gaulle voulait un lieu chic, mais convenable, à la fois grandiose comme l’histoire de France, mais de bon goût. C’est son ministre des Affaires culturelles, André Malraux, qui habitait lui-même à la Lanterne, qui lui a conseillé de recevoir ses hôtes au Grand Trianon. 


Le général de Gaulle appréciait ce bâtiment harmonieux, de marbre rose construit au XVIIe siècle par Mansart. Il ordonna de grands travaux qui nécessitèrent d’embaucher 250 ouvriers, de janvier 1963 à juin 1966. La facture de 45 millions de francs fit grand bruit à l'époque, une vraie cabale, parfaitement relayée par la presse, comme l'évoque la présidente actuelle du domaine, Catherine Pégard : "Les dessins de Moisan dans le Canard Enchaîné sur la cour traduisaient bien l'idée que le général de Gaulle pouvait bien céder au faste, à la folie des grandeurs et donc vouloir affirmer son pouvoir. Et je crois que c'est une idée assez fausse. Quand on visite cette aile restaurée du Grand Trianon, on voit que les appartements qu'il a voulu pour lui-même étaient tout à fait bourgeois et pas du tout marqués par le faste et la grandeur de Versailles".

Des hôtes de marque au Grand Trianon

Au Grand Trianon, les appartements présidentiels, que le public découvre désormais pour la première fois, ont été entièrement remeublés comme ils l'étaient du temps du général de Gaulle. C'est-à-dire en style Louis XVI. On se prend pour de Gaulle quand on traverse le salon d'attente, le salon des huissiers, la salle à manger, la salle de bain en bois précieux. Et quand on arrive à la chambre à coucher, surprise, les couvre-lits sont en toile d'Aix.

Le général a reçu des hôtes de marque. Du président américain, Richard Nixon, au président irakien, le général Aref, et the last but not least : la reine d'Angleterre. Celle-ci a fait des caprices. Elle "a refusé de dormir dans le lit de l'empereur, puisque le lit des étrangers était celui de Napoléon, et donc elle a refusé d'y dormir. Le Shah d'Iran est le dernier à y avoir dormi", raconte Catherine Pégard.

À lire aussi
le Moulin du Hameau de la Reine La Curiosité Est Un Vilain Défaut
Le jardin secret de Marie-Antoinette

L’exposition de Versailles vous permettra de revoir le lit de Napoléon qui a retrouvé sa place au Grand Trianon. Et pour une complète immersion dans l’époque, on vous propose toute une série de documents passionnants, des coupures de presse, des notes de cabinet, des photos, des plans d’architectes, une quantité d'archives qui recréent le climat de ces années 60, l’effervescence particulière qui régnait alors autour du général de Gaulle. On entre un peu dans les coulisses du pouvoir, à la fois par la vie officielle et par l'intimité de ce président, monarque malgré lui. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Versailles Exposition Art
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants