3 min de lecture Exposition

Laurent Le Bon, directeur du Musée Picasso : "Picasso nous surprend toujours"

REPLAY - INVITÉ - Laurent Le Bon, le directeur du musée Picasso à Paris est l'invité de "Laissez-Vous Tenter". Depuis le 21 mars, son musée propose l'exposition "Olga Picasso".

Laissez-vous tenter Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
Laurent Le Bon, directeur du Musée Picasso : "Picasso nous surprend toujours" Crédit Image : ROMUALD MEIGNEUX/SIPA | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Monique Younès
Monique Younès Journaliste RTL

Picasso est à l'honneur ce matin sur RTL, puisque dans les mois à venir des dizaines d'expositions consacrées au peintre andalou vont avoir lieu en France et dans le monde. À tout seigneur, tout honneur, le musée Picasso à Paris, ouvre les festivités et met en avant Olga Khokhlova, la première épouse de Pablo Picasso avec une exposition qui a démarré le 21 mars. Et d'ici 2019, de Paris à Naples, de Madrid à  Pompéi, de Rome à Rabat, des éclairages nouveaux vont nous permettre de mieux connaître l’œuvre pléthorique de ce génie absolu. "Picasso nous surprend toujours et nous avons voulu le montrer sous toutes ses facettes", explique Laurent Le Bon.

"Aussi étrange que cela puisse paraître, il n'y avait jamais eu d’exposition consacrée à Olga Picasso. Donc pour nous, c'était fondamental de donner le pouvoir de la redécouverte Picassienne, à travers le prisme de sa première femme", poursuit Laurent Le Bon, directeur du Musée Picasso depuis deux ans. Monique Younès, notre reporter, a visité l'exposition Olga au musée Picasso et a découvert un personnage beaucoup plus complexe que les historiens et critiques nous l’avaient décrit jusqu’à présent. C’est qu’ils ne connaissaient pas tout. Il y avait la malle d’Olga. Comme il y a eu la malle de Newton et bien d’autres valises mystérieuses qui ont changé les histoires que l’on croyait connaître. Et dans la malle d’Olga, une Goyard, forcément, se trouvaient la correspondance entre Olga et sa famille russe. Et à partir de là tout change. 

Une exposition émouvante autour de Picasso

Et c’est aussi ce qui fait de cette exposition une des plus émouvantes jamais conçues autour de l’œuvre de Picasso. Elle nous fait entrer dans l'intimité d'Olga et de Pablo Picasso avec une délicatesse et une franchise absolues. Ils se sont rencontrés à Rome en 1917, grâce à Cocteau. Une photo les montre tous les trois, très souriant, jeunes et beaux. Olga Khokhlova est alors ballerine dans la troupe de Diaghilev, les ballets russes. On se souvient que Picasso a réalisé le rideau de scène du spectacle Parade. Il est à Rome pour assister à la première. Il s'éprend d'Olga, élégante, gracieuse, forcément sublime. Il l'épouse à l'Église orthodoxe de la rue Daru à Paris, il en est dingue, jusqu'à ce que, douze ans plus tard environ, il tombe amoureux d'une autre, la jeune et frétillante Marie-Thérèse Walter.

Picasso va alors mener une double vie des plus compliquée. Et l'exposition montre à la fois l'évolution des sentiments de Picasso, et l’influence qu’ils exercent sur sa peinture. Amoureux d'Olga, Picasso la peint sublime, coiffée d'une mantille, alanguie dans un fauteuil, maternant leur fils Paul. À l’arrivée de Marie-Thérèse, Olga est peinte tantôt comme un monstre avec une bouche dévorante, tantôt en cheval transpercé par un taureau ou encore en femme violée par un minotaure. "On passe d'une histoire à une autre dans les peintures de Picasso. L'autobiographie est au cœur de son oeuvre", poursuit Laurent Le Bon.

Une oeuvre extrêmement riche

À lire aussi
Une statue d'un gardien de la tombe de Toutankhamon exposée à La Villette exposition
Les infos de 7h30 - "Toutânkhamon" bat le record de l'exposition la plus visitée en France

Plusieurs toiles sublimes du début de leur idylle représentent Olga mélancolique en train de lire. Elle est toujours en train de lire, c’est fascinant à voir ! Mais, ce ne sont pas des romans de Dostoïevski ou de Tchekhov qu'elle a entre les mains. "C'est le moment magique de l'exposition, c'est le rêve, car les pages sont ouvertes sur un imaginaire", décrit Laurent Le Bon. Ce sont des lettres. Des lettres de la malle d’Olga, celles que lui envoient sa mère et sa sœur et qui sont, pour la première fois, exposées. Leur contenu est ravageur.  

Une des citations que l'on peut lire dans l'exposition signée Picasso dit ceci : "Chaque tableau est une fiole pleine de mon sang, c'est avec cela qu'il a été fait".  Une phrase qui montre que Picasso était un artiste torturé, alors qu’on a plutôt une image de lui torturant ses femmes. "C'est toute extraordinairement richesse de l'oeuvre de Picasso. Il avait le sens des mots", conclut Laurent Le Bon.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Exposition Art Picasso
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants