1. Accueil
  2. Culture
  3. Arts et spectacles
  4. Janine Boissard sur RTL : "L'écriture inclusive, ça me semble bête"
2 min de lecture

Janine Boissard sur RTL : "L'écriture inclusive, ça me semble bête"

L'écrivain (ne dites pas "écrivaine") est un phénomène de librairie. Elle vient de publier son nouveau roman, "Ne pleure plus, Marie". Rencontre chez elle.

Janine Boissard et Bernard Lehut
Janine Boissard et Bernard Lehut
Crédit : RTL
Les confidences d'un phénomène de librairies : Janine Boissard publie "Ne pleure plus, Marie"
21:19
Les confidences d'un phénomène de librairies : Janine Boissard publie "Ne pleure plus, Marie"
21:19
Bernard Lehut & Aymeric Parthonnaud

Plus de 60 ans de carrière, autant de livres à son actif et un succès qui ne se dément pas, loin pourtant des feux médiatiques... Janine Boissard est un singulier phénomène de librairie. Elle vient de publier son nouveau roman, Ne pleure plus, Marie. Le temps ne semble pas avoir de prise sur l'énergique et souriante octogénaire, à la svelte silhouette et au chic discret. Chemisier blanc, collier de perles et pantalon noir. Nous nous installons dans son salon bibliothèque et dès notre première question, l'échange démarre sur les chapeaux de roues avec l'écrivain. Ne l'appelez pas "écrivaine". 

"Écrivain ! Si ça ne vous ennuie pas, corrige-t-elle. Le pire c'est 'autrice', mais quelle horreur ! Elles sont folles. Je suis féministe. Elles m'ont permis d'avoir un enfant quand je voulais. Mon premier chèque c'était mon mari qui le touchait. Pour passer la frontière avec les enfants, lui avait le droit mais pas moi. Je suis féministe parce qu'elles ont gagné tout ça. Mais elles vont loin dans leur rejet des hommes. Tous les hommes ne sont pas des porcs. Ce n'est pas vrai. On est très différents. Je m'élève contre ça. Ne me parlez pas d'écriture inclusive. Je vais me mettre beaucoup de personnes à dos mais ça me semble bête". 

Une blessure ancienne

Comment écrit-elle ? "Je me réveille vers 6 heures. Je prends un énorme petit déjeuner en écoutant de la musique classique comme ça je suis en état d'émotion. Et, à la plume, j'écris 4 ou 5 heures. J'écris dans mon lit, j'ai un très grand lit avec ma radio, mes papiers et je suis adossée à deux oreillers. Et l'après-midi, je tape sur une machine basique. Il n'en existe plus. J'en ai 4 de rechange au cas où..."  

Nous avons cherché à connaitre l'origine de l'inépuisable soif d'écrire de Janine Boissard. Et là, surprise, est arrivé le moment des confidences intimes, l'instant où, au-delà de son allégresse, la romancière fend l'armure ! "L'art est une blessure devenue lumière, disait le peintre Georges Braque, la blessure est là. J'avais une mère sans tendresse. C'était la belle dame qui le soir paraissait en robe de soirée toute parfumée. Et elle m'a mis en pension. Et dans les pensions j'ai vraiment souffert. Je n'ai pas envie que la blessure cicatrise. J'écrirai toujours pour être connue et aimée. Ça peut faire midinette de dire ça, mais on écrit tous pour être aimé", confie-t-elle. 

"Ne pleure plus, Marie"
"Ne pleure plus, Marie"
Crédit : Fayard
À lire aussi

De son style toujours aussi simple et limpide, elle signe un efficace roman épistolaire. La lettre pleine d'admiration d'un inconnu arrive un matin chez Marie. Elle répond, ainsi débute une correspondance qui bouleversera sa vie. Outre celui de la rencontre, Ne pleure plus, Marie aborde le thème de l'enfance maltraitée avec la présence d'un petit héros malheureux, Léo...

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/