2 min de lecture Littérature

Fred Vargas publie "Quand sort la recluse", un captivant polar arachnéen

RENCONTRE - C'est l'événement de la semaine au rayon polar : l'arrivée en librairie demain du nouveau Fred Vargas, "Quand sort la recluse", une nouvelle aventure du commissaire Adamsberg face à une mystérieuse araignée.

Laissez-vous tenter Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
Fred Vargas publie "Quand sort la recluse", un captivant polar arachnéen Crédit Image : PIERRE VERDY / AFP | Crédit Média : Bernard Lehut | Durée : | Date :
La page de l'émission
Bernard Lehut
Bernard Lehut Journaliste RTL

L’événement de la semaine en librairie c'est la sortie du nouveau polar de Fred Vargas, Quand sort la recluse chez Flammarion. C'est elle qui a créé l'un des flics les plus célèbres désormais de la littérature policière, le commissaire Adamsberg. Rencontre avec Fred Vargas, un moment rare, parce qu'elle ne se montre pas beaucoup et parce que sa conversation emprunte toujours des chemins de traverse. 

Le rendez-vous, cette fois, avait été donné dans un bistro parisien, à deux pas de chez elle. Tout en sirotant son café, Fred Vargas raconte comment est né Quand sort la recluse : "C'est toujours le soir avant de m'endormir que je cherche des idées. Là, c'était la petite araignée-recluse, le lendemain matin elle n'était pas partie. Ça a été une longue bagarre, il n'y avait plus qu'à construire une histoire autour d'elle".

L'assassin est une araignée

L'assassin, ici, serait donc une araignée. La recluse, dont la morsure, certes venimeuse, n'est pas mortelle et pourtant, la psychose se répand sur les réseaux sociaux. Dans le Sud-Est de la France, des hommes meurent après avoir été mordus par la petite araignée. Leur grand âge les a-t-il rendus particulièrement fragiles, le dérèglement climatique et la pollution ont-t-ils provoqué une mutation génétique des recluses les rendant dangereuses ? 

Plus imprévisible et intuitif que jamais, le commissaire Adamsberg démêlera un à un les fils de cette étrange affaire. Alors Adamsberg, un double de Fred Vargas ? Détrompez-vous répond l'intéressée ! "J'ai pas du tout sa manière déambulatrice de penser. Je suis très rationnelle, scientifique, raconte-t-elle. Depuis le début il est comme ça, et je ne le comprends pas bien parce que je ne suis pas du tout comme lui". Les intuitions d'Adamsberg vont le conduire à faire le rapprochement entre la recluse, l'araignée, et les femmes qu'on appelait également ainsi au Moyen-Âge parce qu'elles se retranchaient du monde.

La présence d'animaux, le charme de ses polars

À lire aussi
Maxime Chattam et Stéphane Bern Stéphane Bern
Maxime Chattam : le roi de l'horreur de retour avec "Un(e)secte"

Quel fil entre ces femmes recluses et les araignées du même nom ? C'est tout le talent de Fred Vargas, zoologue et archéologue de formation, rappelons-le, que de tisser la toile qui piégera magistralement les lecteurs jusqu'à la dernière page. L'un des charmes des polars de Fred Vargas, c'est la présence d'animaux. Ici encore, tout un bestiaire irrésistible, à commencer par une couvée de merles qui élit domicile dans la cour du commissariat, adoptée, nourrie et protégée par toute la brigade. Cette attention constante au règne animal, même à ses plus modestes représentants fait de Fred Vargas quelqu'un qui a "une sensibilité très puissante à l'environnement. C'est normal parce que si on continue comme ça, on est mort dans pas beaucoup de temps."

Je suis timide, je me cache, comme la recluse.

Fred Vargas
Partager la citation

Si elle devait être un animal, lequel Fred Vargas choisirait-elle ? "Mon animal fétiche c'est la gerbille, le suricate, les sentinelles du désert. Je suis en vigilance sur l'environnement, en politique, en injustice, en protection des miens et des autres. Mais il y a aussi de la timidité, je suis timide, je me cache, comme la recluse", conclut-elle. La boucle est bouclée ! Fred Vargas publie demain Quand sort la recluse, captivant polar arachnéen qui nous rappelle fort opportunément que le plus dangereux des animaux reste l'homme et que sa proie est trop souvent la femme. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Littérature Polar
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants