4 min de lecture Musée

40 ans du Centre Pompidou : "Nous ne sommes pas un musée comme les autres"

INVITÉ RTL - Serge Lasvignes, le directeur du musée aussi célèbre pour ses expositions que son architecture, s'exprime sur les 40 ans et l'avenir de ce lieu culturel emblématique.

Laissez-vous Tenter Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture
>
Laissez-vous tenter du 31 janvier 2017 Crédit Image : Camille Kaelblen/RTL.fr | Crédit Média : Le Service Culture | Durée : | Date : La page de l'émission
Monique Younès
Monique Younès Journaliste RTL

Le 31 janvier 1977 était inauguré, en plein cœur de Paris, le Centre d'art et de culture Georges Pompidou. 40 ans plus tard, Beaubourg est devenu le plus important centre d'art européen, où les arts plastiques avoisinent les livres, le design, la musique et le cinéma. Serge Lasvignes, son directeur depuis avril 2015, était l'invité de RTL pour revenir sur cet anniversaire exceptionnel, et les défis à venir.

Le Centre Pompidou affiche une excellente santé : plus de 3,3 millions de personnes ont visité le centre l'année dernière, un chiffre en augmentation de 9% par rapport à 2015, alors que d'autres musées comme le Louvre voient leur fréquentation chuter, à cause des attentats qui ont fait fuir les touristes étrangers. Les visiteurs du centre sont-ils plus français qu'étrangers ? "Effectivement, cela veut dire que nous ne sommes pas un musée comme les autres, confirme Serge Lasvignes sur RTL. (...) Nous ne nous bordons pas à présenter les collections permanents, nous avons une économie de spectacles vivants. 70% des gens qui viennent sont déjà venus au moins une fois dans l'année. Ce n'est pas une économie touristique"

Une construction polémique

Ce succès actuel ne doit pas faire oublier que l'ouverture du Centre Pompidou a eu son lot de polémiques. À commencer par son architecture si spécifique, qui divisait les habitants du quartier. Serge Lasvignes était-il conquis à l'époque ? "À 23 ans, j'étais un jeune provincial qui montait à Paris, ma réaction était un étonnement très désemparé (...) Là, on se trouvait dans une sorte de grand hall de liberté, et on était un peu perdu."

À lire aussi
Aretha Franklin, en tenue et chaussures à talons rouges, est exposée au musée Charles H. Wright de Détroit jusqu'à la date de ses funérailles, vendredi 31 août funérailles
VIDÉO - Aretha Franklin : des milliers de fans rendent un dernier hommage

Dans le domaine de l'art, Georges Pompidou était un vrai moderniste

Serge Lasvignes, directeur du Centre Pompidou
Partager la citation

Le Centre Pompidou était d'abord l'idée de Georges Pompidou, défendue après sa mort par Jacques Chirac, alors Premier ministre de Valérie Giscard d'Estaing. "Il y avait un point commun entre Georges Pompidou et Valérie Giscard d'Estaing. Il s'agit de deux hommes de droite qui avaient des idées plutôt conservatrices, mais dans le domaine de l'art, Georges Pompidou, c'était le contraire, rappelle Serge Lasvignes. Il était un vrai moderniste. Sa femme, Claude, l'a beaucoup soutenu dans cette démarche. Ce qui est frappant, c'est que le Centre a failli ne pas se faire (...), c'est Chirac qui a mis sa démission en balance parce qu'il estimait que ça aurait été trahir profondément la mémoire de George Pompidou".

Un lieu pluridisciplinaire

Quelques 325 expositions temporaires plus tard, et 120.000 œuvres en tout dans sa collection, le Centre Pompidou continue à ne laisser personne indifférent. Quelle est la principale fierté de Serge Lasvignes, qui le dirige depuis avril 2015 ? "Ce que j'essaie de faire avant tout, c'est de respecter ce que demandait Georges Pompidou, c'est-à-dire d'être à la fois un organisateur et un animateur. J'essaie d'être les deux, c'est-à-dire que j'essaie de faire vivre cette pluridisciplinarité qui est à la base de l'esprit du Centre et nous avons repris une coopération avec l'Institut de Recherche Musicale (IRCAM), qui fait partie du centre, nous essayons aussi d'avoir plus de circulation entre la bibliothèque et le musée". En résumé ? "Je ne veux pas que ça se normalise, que ça se respectabilise", dit Serge Lasvignes.

Le public profitera des festivités du 40e anniversaire les 4 et 5 février, dès 11h du matin jusqu'à 2h du matin, où le centre sera gratuit pour tous. Des bals, des parades, des fanfares, des rencontres avec les artistes sont prévus. "J'attends beaucoup du bal monochrome", révèle Serge Lasvignes. La fête n'aura pas lieu qu'à Paris. 75 événements sont prévus dans 40 villes en France, en 2017. "On veut faire la fête avec tous nos amis", se réjouit le directeur. 

Une référence mondiale

Le Centre Pompidou ne rechigne d'ailleurs pas à prêter ses collections à d'autres établissements. "Nous sommes un musée spécialement généreux, ça fait partie de nos gênes", se félicite Serge Lasvignes. Après l'ouverture du Centre Pompidou-Metz, antenne permanente délocalisée, et des antennes provisoires en France et à l'étranger, le Centre Pompidou s'installera à Bruxelles à partir de 2020, et a en ce moment une antenne à Shanghaï. 

La vocation de toute grande institution culturelle est mondiale

Serge Lasvignes
Partager la citation

"La vocation de toute grande institution culturelle est mondiale, surtout dans le domaine des arts plastiques, défend Serge Lasvignes, parce que l'art est globalisé lui-même, et parce que le rayonnement du notre institution fait qu'on se compare au MoMa et à la TATE".

"Le Centre ne veut surtout pas donner l'impression d'un McDonalds avec ses succursales, affirme Serge Lasvignes, ce qu'on veut, c'est trouver un modèle de collaboration avec l'étranger pour présenter notre art, découvrir le leur, et enrichir notre collection".

Des rénovations à venir

Comme lors de son 20e anniversaire, le Centre Pompidou aura bientôt besoin de rénovations. Mais contrairement à ce qui s'est passé à l'époque, l'établissement ne devrait pas fermer ses portes au public pendant les travaux : "C'est redoutable de fermer pour une institution comme la nôtre. Fermer pendant 2-3 ans, c'est une sorte de rupture terrible, il faut reconstruire ensuite. Je vais tout faire pour l'éviter."

Nous avons un besoin crucial de mécénat, de soutien

Serge Lasvignes, directeur du Centre Pompidou
Partager la citation

D'autant que les besoins de financement sont grands. "La question de l'art contemporain est aussi une question financière, nous avons un besoin crucial de mécénat, de soutien", indique Serge Lasvignes. L'argent versé par les mécènes représente 20 fois le budget d'acquisition du musée.

L'équipe de Laissez-vous tenter avec Serge Lasvignes
L'équipe de Laissez-vous tenter avec Serge Lasvignes Crédit : Caille Kaelblen/RTL.fr
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Musée Paris Laissez-vous tenter
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787002686
40 ans du Centre Pompidou : "Nous ne sommes pas un musée comme les autres"
40 ans du Centre Pompidou : "Nous ne sommes pas un musée comme les autres"
INVITÉ RTL - Serge Lasvignes, le directeur du musée aussi célèbre pour ses expositions que son architecture, s'exprime sur les 40 ans et l'avenir de ce lieu culturel emblématique.
https://www.rtl.fr/culture/arts-spectacles/40-ans-du-centre-pompidou-nous-ne-sommes-pas-un-musee-comme-les-autres-7787002686
2017-01-31 10:56:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/-6fYzx3k-Lfw2f7ODsXkAQ/330v220-2/online/image/2017/0131/7787005165_serge-lasvigne-directeur-du-centre-pompidou-etait-l-invite-de-laissez-vous-tenter-pour-les-40-ans-de-l-etablissement.jpg