1. Accueil
  2. Actu
  3. Tech
  4. Tinder : les utilisateurs français ne pourront pas fouiller le casier judiciaire de leurs matchs
1 min de lecture

Tinder : les utilisateurs français ne pourront pas fouiller le casier judiciaire de leurs matchs

Aux États-Unis, l'application de rencontre va permettre à ses adeptes d'obtenir les antécédents judiciaires d'un profil via une option payante. Une perspective inimaginable en France où le casier judiciaire ne peut être consulté que par des tiers habilités.

L'application Tinder sur un smartphone en octobre 2020
L'application Tinder sur un smartphone en octobre 2020
Crédit : Aamir QURESHI / AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue

Jusqu'où est-on prêt à aller pour se sentir en sécurité ? Telle est la question posée par la nouvelle fonctionnalité implémentée aux États-Unis par l'application de rencontres Tinder. L'entreprise a annoncé mercredi 9 mars qu'elle allait permettre à ses utilisateurs américains de vérifier le casier judiciaire de leurs matchs à la faveur d'un partenariat avec un site spécialisé dans les recherches sur les antécédents judiciaires. 

Moyennant 2,50 dollars et des frais de traitements, les adeptes de Tinder pourront accéder à la plateforme Garbo directement dans l'application pour y entrer des informations basiques sur une potentielle conquête afin de découvrir si elle a déjà eu des démêlées avec la justice. Si les antécédents sont avérés, ils seront invités à signaler le profil sur la plateforme. Car "le meilleur indicateur de violences ou d'abus futurs, ce sont les antécédents", assure la fondatrice de Garbo.

Que les utilisateurs français de Tinder se rassurent : cette fonctionnalité controversée, déjà critiquée pour sa capacité à créer un faux sentiment de sécurité et perpétuer les biais raciaux et les inégalités devant la Justice, est réservée aux États-Unis. Sollicitée par RTL, l'entreprise américaine confirme que la vérification du casier judiciaire n'est pas à l'ordre du jour en France. Pour une raison légale : la consultation du relevé des décisions judiciaires et administratives concernant une personne est réservée à certains tiers habilités dans l'Hexagone. 

Comme le rappelle le site Service-public.fr, le bulletin B1, qui recense les sanctions prononcées par la justice ou les autorités administratives, est réservé aux services judiciaires. Le B2, qui contient seulement une partie des décisions, peut être délivré aux administrations et à certains employeurs. Enfin, le B3, qui recense uniquement les condamnations les plus graves, peut être consulté sur demande par la personne concernée ou son représentant légal. Sa consultation par un tiers est passible d'une amende de 7.500 euros.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.